Vous avez des questions sur la COVID-19 et la vaccination ? Des journalistes de La Presse répondent à vos interrogations sur le sujet. Vous trouverez ici une compilation des articles que nous avons publiés récemment dans cette rubrique. Notez qu’en raison de l’évolution rapide de la situation sanitaire, certaines informations contenues dans les articles peuvent ne plus être à jour.

Mis à jour le 31 janvier

Vous avez des questions sur la COVID-19 et la vaccination à soumettre à notre équipe ? Écrivez-nous !

Combien de doses pour un passeport vaccinal valide ?

Une, deux, trois, voire quatre doses de vaccin, plus une ou deux infections, ça fait combien d’anticorps pour affronter une cinquième vague ? Coup d’œil sur quelques cas particuliers qui attendent une dose de rappel.

Consultez notre article paru le 29 janvier 2022

Consultez notre article paru le 17 janvier 2022

* * *

Conjuguer Omicron au temps présent

Les écoles rouvrent le 17 janvier avec de nouvelles consignes sanitaires pour s’adapter à la circulation du variant Omicron. Survol des questions que nos lecteurs-parents nous ont le plus souvent posées.

Consultez notre article paru le 16 janvier 2022

* * *

Vers un passeport vaccinal à trois doses

« Je veux être clair : on va élargir le passeport vaccinal à trois doses », a annoncé jeudi le ministre Christian Dubé. À quel moment cette mesure entrera-t-elle en vigueur ? Que doivent faire les personnes qui ont contracté le virus avant de recevoir leur troisième dose ? Le point sur cette nouvelle mesure.

Consultez notre article paru le 7 janvier 2022

* * *

Infecté à la COVID-19 ? Pas d’urgence pour la troisième dose

Avec la montée fulgurante d’Omicron depuis la mi-décembre, plusieurs personnes ont attrapé le virus avant de recevoir une dose de rappel. Dans cette situation, quand doit-on aller chercher une nouvelle dose de vaccin ? Réponse courte : après s’être remis d’une infection, il n’y a aucune urgence à recevoir une nouvelle dose. Dans tous les cas, il vaut mieux attendre au moins huit semaines, voire trois mois, avant d’aller se faire vacciner à nouveau.

Consultez notre article paru le 6 janvier 2022

* * *

Un isolement de cinq jours : une bonne idée ?

Certaines provinces canadiennes, tout comme les États-Unis, ont réduit à cinq jours l’isolement des personnes doublement vaccinées ayant contracté la COVID-19. Devrait-on s’inspirer de ce qui est fait ailleurs ? La Presse s’est entretenue avec des experts pour répondre à la question.

Consultez notre article paru le 3 janvier 2022

* * *

Difficile d’être exempté de vaccination

Très peu de personnes peuvent justifier un refus de se faire vacciner contre la COVID-19 en raison d’une contre-indication médicale, comme une allergie ou des problèmes cardiaques. À preuve : seulement le tiers des Québécois qui ont demandé une exemption vaccinale officielle pour cette raison l’ont obtenue, montre une compilation de données recueillies par La Presse. Même dans le cas d’allergies graves à des composants des vaccins, des allergologues québécois ont prouvé qu’il était possible de procéder à la vaccination.

Consultez notre article paru le 29 décembre 2021

* * *

Quel est le degré de protection de la troisième dose ?

Selon les types de vaccins reçus lors des deux premières doses, la protection offerte par la dose de rappel varie légèrement selon la combinaison. Les autorités de santé publique au Royaume-Uni évaluent que la troisième dose du vaccin à ARNm de Pfizer a permis de hausser la protection contre la maladie symptomatique à 70 % pour les doublement vaccinés à l’AstraZeneca, contre environ 75 % pour ceux qui avaient déjà reçu deux doses de Pfizer.

Consultez notre article paru le 24 décembre 2021

* * *

Encore de l’ARNm en troisième dose ?

L’heure de la dose de rappel, la troisième dose, est maintenant arrivée pour de nombreux vaccinés. Les experts ne recommandent qu’un seul vaccin, le vaccin à ARNm (Pfizer ou Moderna), peu importe celui reçu pour les deux premières doses. Pourtant, plusieurs autres types de vaccins (sous-unitaires, à virus inactivé, à vecteur viral…) sont maintenant offerts. Pourquoi ne pas les proposer en dose de rappel ? « Parce qu’on sait qu’avec les variants qui circulent actuellement, les vaccins à ARNm sont plus antigéniques, c’est-à-dire qu’ils stimulent une production plus élevée d’anticorps », dit le DDonald Vinh, microbiologiste-infectiologue au Centre universitaire de santé McGill.

Consultez notre article paru le 4 décembre 2021

* * *

Tout sur la vaccination des 5 à 11 ans

En cette fin octobre, les essais cliniques des sociétés pharmaceutiques se sont avérés concluants, et au moins une demande d’autorisation repose maintenant sur le bureau de Santé Canada. Aux États-Unis, la décision est déjà prise : le vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech est maintenant autorisé pour les 5 à 11 ans. Survol des principales questions concernant la vaccination des enfants.

Consultez notre article paru le 30 octobre 2021

* * *

Quand les noms ne concordent pas sur les passeports

Plusieurs Québécoises qui ont choisi de prendre le nom de famille de leur mari se retrouvent aujourd’hui avec un passeport canadien avec le nom de leur mari, et une preuve vaccinale portant leur nom de naissance.

Consultez notre article paru le 16 octobre 2021

* * *

Cloués au sol à leur 12anniversaire

L’annonce de Transports Canada sur l’obligation d’être adéquatement vacciné pour pouvoir voyager cloue au sol une catégorie bien précise de citoyens : les enfants québécois qui viennent tout juste de fêter leur 12anniversaire. Et malheureusement pour eux, les gouvernements se renvoient la balle.

Consultez notre article paru le 15 octobre 2021

* * *

Comment voyager aux États-Unis en novembre

La nouvelle est finalement tombée : la frontière terrestre vers les États-Unis rouvrira le 8 novembre pour les voyages non essentiels, en même temps qu’entreront vraisemblablement en vigueur les nouvelles exigences vaccinales. Le point.

Consultez notre article paru le 10 octobre 2021

Consultez notre synthèse parue le 15 octobre 2021 (sur l’annonce de l’ouverture du 8 novembre)

* * *

Tout sur le passeport vaccinal

Depuis cet automne, le passeport vaccinal est désormais requis au Québec pour participer à une panoplie d’activités publiques. Survol des questions les plus souvent posées.

Consultez notre article paru 31 août 2021 (questions générales)

Consultez notre article paru le 1er septembre 2021 (questions générales)

Consultez notre article paru le 5 septembre 2021 (questions de protection de la vie privée)

Consultez notre article paru le 13 septembre 2021 (fin de la période de rodage)

* * *

Troisième dose et retour de la bise

De nombreux lecteurs s’interrogent quant à la possibilité de recevoir une troisième dose de vaccin. D’autres, pleinement vaccinés, veulent savoir si la poignée de main et la bise reviendront. Voici des réponses à certaines des questions qui nous ont été soumises.

Consultez notre article paru le 22 juillet 2021

* * *

Le vaccin AstraZeneca reconnu aux États-Unis, sans être homologué

Même si le vaccin n’est pas homologué aux États-Unis, les autorités américaines considèrent désormais les personnes qui ont reçu deux doses du vaccin AstraZeneca (ou Covishield, la version du vaccin produite en Inde) comme officiellement « entièrement vaccinées ». Par contre, l’interchangeabilité des vaccins n’est pas encore reconnue.

Consultez notre article paru le 16 juillet 2021

* * *

Ce qu’on peut faire en zone verte

Vous avez été nombreux à nous faire part de vos interrogations quant aux consignes sanitaires à suivre en zone verte. Rassemblements intérieurs, mariages, port du couvre-visage… Voici des réponses à certaines des questions qui nous ont été soumises.

Consultez notre article paru le 2 juillet 2021

* * *

Surprise ! Du Moderna au menu

Après des arrivages au compte-gouttes ces derniers mois, le Canada a finalement reçu des millions de doses du vaccin à ARNm de Moderna. Près de 10 millions de doses ont été livrées depuis le 14 juin, soit deux fois plus que ce qui a été administré depuis le début de l’année en première dose ! Si la livraison a réjoui les primovaccinés Moderna, qui attendaient impatiemment le devancement de la deuxième dose, l’offre du vaccin de Moderna à des personnes qui s’attendaient plutôt à recevoir un vaccin Pfizer a causé quelques surprises dans les centres de vaccination du pays cette semaine. Le point sur ce vaccin considéré comme un jumeau du vaccin Pfizer.

Consultez notre article paru le 25 juin 2021

* * *

Sur les exigences vaccinales aux frontières et la question de la deuxième dose pour les personnes qui ont eu la COVID-19

Les détails sur la fin de la quarantaine à l’hôtel seront précisés le 21 juin, mais bien d’autres questions restent en suspens pour comprendre comment il sera possible de voyager dans les prochains. Quelles seront les exigences vaccinales aux frontières pour les voyageurs canadiens ? Aussi : les personnes qui ont fait la COVID-19 devraient-elles recevoir une deuxième dose simplement pour prouver qu’elles sont adéquatement vaccinées ?

Consultez notre article paru le 19 juin 2021

* * *

De l’importance de la deuxième dose face aux variants

La domination du variant delta en Grande-Bretagne a forcé les autorités à reporter la fin du déconfinement, le temps de vacciner plus de gens. Bonne nouvelle, les vaccins présentement administrés sont efficaces pour contrer ce variant, à la condition d’avoir reçu les deux doses. Aussi : les primovaccinés avec AstraZeneca et Moderna peuvent maintenant devancer leur rendez-vous, et les premiers ont dès maintenant la possibilité de recevoir un vaccin à ARNm s’ils le désirent.

Consultez notre article paru le 16 juin 2021

* * *

Comment pourra-t-on éviter la quarantaine à l’hôtel ?

Il reste encore beaucoup de détails à régler avant d’officialiser l’abandon de la « quarantaine à l’hôtel » au retour d’un voyage à l’étranger, annoncée par la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu. Toutes les modalités concernant les nouvelles mesures seront annoncées « dans les prochaines semaines », promet Thierry Bélair, le directeur des communications de la ministre fédérale de la Santé. En attendant, voici ce que l’on sait.

Consultez notre article paru le 13 juin 2021

* * *

Pourquoi certains vaccins des snowbirds ne sont-ils pas reconnus ?

Avant de valider les vaccins que leurs citoyens et résidents ont reçus à l’étranger, les autorités sanitaires québécoises et canadiennes évaluent une série de critères. La durée de l’intervalle entre les deux doses en fait partie. Certains snowbirds l’ont appris à leurs dépens : une seule des deux doses du vaccin de Pfizer qu’ils ont reçu aux États-Unis a été reconnue par le Québec. La raison ? Une deuxième dose qui a été administrée 18 jours après la première, un intervalle plus court que celui prescrit par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. En complément : des nouvelles à venir pour les personnes qui n’ont toujours pas reçu leur preuve vaccinale électronique et le code QR qui l’accompagne.

Consultez notre article paru le 11 juin 2021

* * *

Avant de recevoir la deuxième dose

À partir du 7 juin, il sera possible de devancer le rendez-vous de deuxième dose, pourvu qu’on respecte un intervalle d’au moins huit semaines entre les deux doses. À quoi sert la deuxième dose ? Pourquoi l’intervalle doit être d’au moins huit semaines ? Quels sont les effets secondaires ? Quels sont les éléments à prendre en considération pour ceux qui ont reçu le vaccin AstraZeneca en première dose ? Le point.

Consultez notre article paru le 3 juin 2021

* * *

Vaccination des ados : Jeunes, vigoureux et parfois fiévreux

Depuis une semaine, c’est au tour des 12 à 17 ans de relever la manche pour recevoir leur vaccin. À quoi doivent s’attendre les jeunes, leurs parents, voire les enseignants ? À des douleurs au bras, sans doute. De la fatigue et des maux de tête, souvent. Et un peu de frissons, de courbatures, voire de la fièvre. En tout cas, c’est ce que les études cliniques ont noté : les ados sont généralement plus susceptibles que leurs aînés de souffrir d’effets secondaires dans les 48 heures qui suivent l’administration du vaccin.

Consultez notre article paru le 30 mai 2021

* * *

Comment se compare-t-on au reste du monde ?

Comment le Québec se compare-t-il dans la gestion de la pandémie de COVID-19 par rapport au reste de la planète ? Il impressionne dans l’administration de la première dose du vaccin avec le troisième rang dans notre classement de 26 pays et régions. Mais le Québec tire de l’arrière pour l’administration de la deuxième dose du vaccin, le taux de décès liés à la COVID et le nombre de cas. Le Québec et le Canada ont aussi subi parmi les pires soubresauts économiques de la pandémie. État de la situation.

Consultez notre article paru le 31 mai 2021

* * *

Tout sur la deuxième dose d’AstraZeneca

Risques de thromboses moins importants qu’en première dose, effets secondaires moins fréquents, avantages et inconvénients de passer de l’AstraZeneca à un vaccin à ARNm… Le point sur la deuxième dose du vaccin à vecteur viral AstraZeneca.

Consultez notre article paru le 28 mai 2021

AJOUT DU 31 MAI : Pourquoi Québec exige un intervalle minimum de huit semaines entre les deux doses.

* * *

À quel point êtes-vous protégé avec une seule dose ?

Vous avez reçu votre première dose du vaccin contre la COVID-19. Ça y est, vous êtes protégé ? Pas si vite. La première dose offre un bon taux d’efficacité contre le virus, mais celui-ci diminue au fil des semaines pour s’établir en pratique autour de 80 %. Et ça ne veut pas dire que vous êtes « protégé à 80 % ». État des lieux.

Consultez notre article paru le 27 mai 2021

* * *

Quels sont les effets secondaires des vaccins Pfizer et Moderna ?

Ce printemps, les cas de thrombose causée par le vaccin AstraZeneca ont retenu l’attention. Mais les deux autres vaccins, Pfizer et Moderna (le Janssen n’est pas encore administré), sont aussi la source de certains effets secondaires rares, heureusement, mais bien réels. Le point sur les « manifestations cliniques inhabituelles », les effets secondaires des vaccins qui ont fait l’objet d’une déclaration à la Santé publique.

Consultez notre article paru le 26 mai 2021

* * *

Que faire du code QR ?

Vous avez peut-être reçu par courriel une preuve électronique de vaccination, le fameux code QR. Envoyé depuis le 13 mai aux Québécois vaccinés, ce code contient le nom du vaccin reçu, la date où il a été administré et le nombre de doses reçues. En date du 20 mai, 2 179 605 courriels avaient été envoyés et 1 391 815 preuves vaccinales avaient été téléchargées. À quoi sert ce code ? Comment le télécharger ? Et s’il contient des erreurs, que devez-vous faire pour le faire corriger ?

Consultez notre article paru le 22 mai 2021

* * *

Vaccination des ados et rareté des doses d’AstraZeneca

Quatre thèmes sont abordés dans notre article du 20 mai : la vaccination des ados qui ne sont pas à l’école secondaire (ceux qui ont 12 ans et qui sont au primaire, ceux qui ont 17 ans et sont au cégep) ; la rareté du vaccin AstraZeneca à offrir en deuxième dose et les options de rechange ; l’engagement du ministère à offrir une seconde dose de vaccin aux personnes qui ont eu la COVID-19 et qui souhaitent la recevoir ; la démarche pour faire inscrire au registre de vaccination québécois des vaccins reçus ailleurs que dans la province.

Consultez notre article paru le 20 mai 2021

* * *

Preuve vaccinale, vaccin reçu à l’étranger et seconde dose d’AstraZeneca

Petit survol des interrogations les plus courantes de cette semaine : Les personnes qui ne reçoivent qu’une seule dose de vaccin auront-elles un passeport vaccinal « incomplet » ? Le point sur la reconnaissance des vaccins reçus en Floride et ailleurs dans le monde. Et le feu vert des autorités pour recevoir un vaccin autre que celui d’AstraZeneca en seconde dose.

Consultez notre article publié le 16 mai 2021

* * *

Après une dose d’AstraZeneca, peut-on recevoir un autre vaccin ?

Après avoir reçu le vaccin AstraZeneca en première dose, de nombreux lecteurs voient maintenant arriver le moment de la seconde dose avec une pointe d’appréhension. Le risque de caillots sanguins ou la moins bonne performance du vaccin face à certains variants suscitent des réflexions. Patience, recommandent les experts : de nouveaux éléments permettront bientôt aux autorités et aux vaccinés de prendre une décision mieux éclairée quant à l’administration d’une seconde dose d’AstraZeneca.

Consultez notre article publié le 9 mai 2021

* * *

Vacances ou vaccin : peut-on changer la date de rendez-vous de la deuxième dose ?

Est-il possible de modifier la date de rendez-vous de deuxième dose qui vous a été assignée lors de votre premier passage à la vaccination ? Oui… mais à certaines conditions. En téléphonant au 1 877 644-4545, un changement de date sera accordé en fonction de « critères précis », avertit le MSSS. « En effet, le déplacement du rendez-vous n’est possible que pour raison exceptionnelle liée à la santé, au travail ou au déménagement. » Pour les autres raisons (dont les vacances…), aucun changement n’est accordé. La bonne nouvelle, soulignent les experts, c’est que si les promesses de livraisons de vaccins se réalisent, il est bien possible que les deuxièmes doses puissent être administrées plus rapidement que prévu.

Consultez notre article paru le 6 mai 2021

* * *

Peut-on faire reconnaître par Québec un vaccin reçu en Floride ?

Beaucoup de lecteurs nous ont soumis la même interrogation : qu’en est-il des doses de vaccin reçues en Floride ? « Considérant que les vaccins utilisés aux États-Unis ont tous été homologués au Canada, toutes les doses de vaccin contre la COVID-19 administrées aux États-Unis sont considérées comme valides », nous a répondu Robert Maranda, porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Par ailleurs, les informations sur les vaccins reçus aux États-Unis seront saisies dans le Registre de vaccination du Québec — le système informatisé dans lequel sont déjà consignés tous les vaccins reçus ici. « Le MSSS travaille actuellement sur une manière de faire plus simple pour aider les personnes à faire enregistrer leurs vaccins », indique M. Maranda.

Consultez notre article paru le 1er mai 2019

* * *

Personnes ayant eu la COVID-19 : pourquoi une seule dose de vaccin suffit ?

Une seule dose de vaccin est considérée comme suffisante pour que les personnes qui ont déjà eu la COVID-19 soient immunisées contre le SARS-Cov-2. La Santé publique recommande donc de ne pas donner de rendez-vous à ces personnes afin qu’elles reçoivent une seconde dose. « La maladie est considérée comme une première dose, puis le vaccin, comme une seconde dose », dit le DNicholas Brousseau, médecin-conseil à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Consultez notre article paru le 26 mars 2021

* * *

Combien de jours faut-il pour que la protection vaccinale soit maximale ?

Combien de temps faut-il attendre avant que la première dose du vaccin atteigne son plein potentiel ? En général, les immunologues parlent d’un minimum de deux semaines. En conférence de presse, le 16 mars, le premier ministre François Legault a voulu tempérer l’enthousiasme des personnes âgées de plus de 65 ans : « J’aimerais rappeler aux gens que la période d’immunisation […], surtout si on est un petit peu plus âgé, ça peut être trois semaines, des fois ça peut être quatre semaines. » Le DNicholas Brousseau, qui préside le Comité sur l’immunisation du Québec, y va de prudence : mieux vaut attendre trois semaines, soit 21 jours. « C’est un peu plus rapide pour les jeunes, et ça prend un peu plus de temps pour les aînés », dit le DBrousseau.

Consultez notre article paru le 20 mars 2021

* * *

Dans quels cas faut-il éviter la vaccination ?

Les raisons pour recevoir le vaccin ne manquent pas, et tant le ministère de la Santé que l’INSPQ et la communauté scientifique en général martèlent que tous ceux qui sont en mesure de se faire vacciner devraient aller chercher leur dose. Mais y a-t-il des cas où la vaccination n’est pas recommandée ? La réponse courte : très, très peu. Le vaccin cause relativement peu de réactions allergiques graves et n’interfère généralement pas avec la prise de médicaments. Mais voyons voir de plus près.

Consultez notre article paru le 1er mars 2021

* * *

Faut-il superposer les masques pour être mieux protégé ?

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, s’est présenté en conférence de presse le 11 février avec une double protection au visage : un masque médical sous un couvre-visage en tissu. Il a dit qu’il s’agissait là d’une initiative personnelle, et non d’une recommandation de la Santé publique. « Des fois, doubler le masque dans certaines circonstances, moi, j’y crois, et c’est pour ça que je le fais le plus souvent possible. » Sa déclaration est arrivée au lendemain de la publication d’une étude par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) aux États-Unis qui a montré que le port d’un masque médical (le masque bleu et blanc qu’on appelle aussi masque de procédure ou masque chirurgical) sous un couvre-visage constitué de trois plis de coton assurait une protection de 95 % contre les aérosols. Faut-il, dès lors, doubler le nombre de masques que l’on porte ? Pas nécessairement.

Consultez notre article paru le 13 février 2021