Que penserait aujourd’hui Thérèse Casgrain de la Fédération des femmes du Québec qu’elle a fondée avec d’autres en 1966 ?

Laura-Julie Perreault Laura-Julie Perreault
La Presse

La question se pose alors que la principale organisation féministe du Québec – celle qui a notamment mené les grandes batailles de l’équité salariale, des garderies et du régime québécois de l’assurance parentale – traverse une crise existentielle.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

La présidente de la Fédération des femmes du Québec, Gabrielle Bouchard

Cette crise a été exposée au grand jour cette semaine après qu’un message de la présidente Gabrielle Bouchard mis en ligne sur Twitter a été dénoncé – avec raison – par son propre conseil d’administration et que le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a remis en cause le financement gouvernemental de l’organisation.

IMAGE TIRÉE DE TWITTER

Tweet de Gabrielle Bouchard, publié mardi 

Cette dissension, autour d’un gazouillis sur la « violence des relations hétérosexuelles » pour lequel Gabrielle Bouchard a depuis présenté ses excuses, semble être la pointe de l’iceberg. Au cours des dernières années, l’organisme, qui fédère à la fois des associations, des syndicats et des individus, s’est métamorphosé.

Des administratrices de la FFQ ont claqué la porte. La Confédération des syndicats nationaux (CSN), qui y a longtemps joué un rôle central, s’est retirée. Idem pour la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES). À elles seules, ces deux organisations représentent des dizaines de milliers de personnes.

Pourquoi ce revirement ? Dans un document public, la CSN note que la FFQ s’est éloignée de son rôle qui consistait à rassembler sous un seul parapluie des organisations féministes ayant des points de vue divergents sur certaines questions sensibles, dont la prostitution.

***

Historiquement, la FFQ a longtemps concilié les points de vue de celles qui croient que la prostitution, source d’exploitation des femmes, doit être abolie et de celles qui souhaitent plutôt un encadrement de la pratique pour protéger et donner plus de pouvoir aux travailleuses du sexe. Dans une assemblée houleuse, en 2018, la Fédération a rompu avec la tradition et décidé de choisir le deuxième camp, incitant la CSN et la CLES à quitter le bateau.

Aujourd’hui, la présidente de la FFQ ne fait plus de cachette quant à son mépris du camp abolitionniste.

« Les abolos sont des collabos des répressions policières des marginalisations, de la justification de la déshumanisation, de la victimisation des femmes dans l’industrie du sexe », a écrit Mme Bouchard mardi dans un tweet qui est passé inaperçu. L’accusation à l’égard de certaines féministes est pourtant brutale.

Collabo ? On n’utilise pas ce mot-là à la légère, mais Mme Bouchard ne semble pas avoir peur de la controverse, elle qui a décrété l’automne dernier qu’il serait « badass » de porter le voile en soutien aux musulmanes affectées par la loi 21 plutôt que le coton ouaté lors d’une journée de soutien à la députée de Québec solidaire, Catherine Dorion.

Des féministes avaient alors dénoncé ses propos. Il a alors à nouveau semblé évident que la Fédération des femmes du Québec ne parle plus au nom de toutes les féministes du Québec.

***

Et c’est bien là que semble se trouver le nœud du malaise actuel. La Fédération n’est plus la grande ombrelle qu’elle a longtemps été, mais représente dorénavant surtout un courant de féminisme, le féminisme intersectionnel, très à la mode dans les milieux universitaires et au sein des groupes minoritaires.

Ce féminisme continue de prôner l’égalité des genres, mais s’intéresse d’abord et avant tout à l’égalité des femmes entre elles. Les féministes intersectionnelles mettent au centre de leur action les luttes des femmes marginalisées, qu’elles soient issues des minorités ethniques, des groupes autochtones, de l’immigration ou des minorités sexuelles. Elles s’intéressent aussi aux femmes vivant en situation de handicap. Elles font valoir que les batailles de toutes ces femmes ont trop souvent été oubliées par le mouvement féministe « mainstream » auquel a longtemps appartenu la FFQ.

***

Mercredi, le gouvernement Legault a eu raison de confirmer que l’État continuera de financer la Fédération des Femmes du Québec. Malgré certains propos contestables de sa présidente controversée, l’organisation continue de faire la promotion des droits des femmes.

Mais est-ce que Thérèse Casgrain, cette grande militante et politicienne du XXe siècle qui s’est battue pour obtenir le droit de vote des femmes avant de créer la FFQ, se trouverait à l’aise dans cette mouvance du XXIe siècle ? On en doute fort.

Il est facile de comprendre que plusieurs féministes sont aujourd’hui en deuil de la Fédération des femmes du Québec qu’elles ont jadis connue. La version 3.0 est toujours féministe, mais beaucoup moins rassembleuse.