Je suis un simple consommateur, blasé des pratiques commerciales des grands acteurs des télécommunications. Par le passé, j'ai déjà eu à débattre avec Bell et Vidéotron concernant des pratiques commerciales trompeuses.

JOCELYN BARIL

J'ai été sidéré de constater la menace faite par TVA Sports de couper le signal aux clients de Bell. Comme rapporté par Stéphanie Grammond dans sa chronique d'avant-hier, il s'agirait là d'un acte illégal, selon le CRTC. 

Conséquemment, n'est-ce pas là, encore, une pratique commerciale trompeuse qui s'attaque d'abord aux consommateurs ?

Dans le présent litige commercial qui oppose Bell et Groupe TVA, si ce dernier obtient gain de cause et force Bell à ajouter TVA Sports dans son forfait le plus populaire, la facture sera évidemment refilée aux consommateurs. Pourtant, plusieurs personnes ne sont pas intéressées par du contenu télévisuel sportif.

Pour le consommateur, le paiement des chaînes télédiffusées devrait s'appuyer sur les principes de l'utilisateur-payeur et de la liberté de choix. Dans sa requête, Groupe TVA blâme l'offre de forfait de Bell Canada et de Bell ExpressVu pour expliquer un taux de pénétration du marché ne satisfaisant pas à ses attentes.

Plutôt que d'exiger l'imposition de TVA Sports à une majorité de consommateurs pour assurer la profitabilité de celle-ci, Groupe TVA devrait plutôt remettre en question ses choix d'affaires.

Plusieurs questions

Les consommateurs éprouvaient-ils réellement le besoin d'obtenir davantage de contenu sportif ? Souhaitaient-ils voir l'offre sportive segmentée entre deux compétiteurs ? Étaient-ils prêts à voir leur facture de service télévisuel augmenter pour une telle offre bonifiée ? Le besoin des consommateurs justifiait-il un déboursé aussi important que celui qu'ils ont fait pour l'acquisition des droits de distribution nationaux francophones de la Ligue nationale de hockey ? Le type de couverture qu'ils proposent (contenu) plaît-il aux consommateurs ? Considéraient-ils comme acquis le retour des Nordiques et la diffusion de ces matchs par TVA Sports ? 

La viabilité commerciale de la chaîne TVA Sports devrait probablement se baser sur des questionnements introspectifs au sein de Groupe TVA, plutôt que sur l'assujettissement des consommateurs francophones à de nouveaux frais télévisuels.

Dans une appréciation bien personnelle, j'ai été client de TVA Sports pendant quelques années. J'apprécie regarder les matchs de hockey du Canadien. Cependant, la couverture proposée par TVA Sports me déplaisait, de telle sorte que lorsque les matchs du samedi soir étaient proposés sur CBC ou sur City, je préférais les regarder en anglais.

Au printemps 2018, j'ai suivi les séries éliminatoires de la LNH sur TVA Sports, à la suite de quoi j'ai décidé d'éliminer cette chaîne de mon forfait au profit de contenu qui convenait à d'autres membres de ma famille. Pour la saison 2018-2019, j'ai fait le choix de ne pas me réabonner à TVA Sports. Sur RDS, j'ai accès à tous les matchs du Canadien qui sont diffusés à un autre moment que le samedi soir. Le samedi, plusieurs matchs sont accessibles gratuitement sur CBC ou sur City ; pour les quelques parties exclusivement sur TVA Sports, je peux les écouter à la radio ou tout simplement faire autre chose ! Ça a donc été mon choix libre, réfléchi et éclairé.

Avec cette menace de TVA Sports, mon choix est clair en vue des séries éliminatoires de 2019 : je ne prévois pas me réabonner à cette chaîne !

Consommateurs, vous êtes trop souvent écartés du débat et tributaires des décisions prises sans que vos intérêts soient présentés. N'hésitez pas à vous exprimer avec votre argent en vous désabonnant de TVA Sports. N'hésitez pas à transmettre vos préoccupations au CRTC afin de défendre votre liberté de choix et d'éviter que de nouvelles chaînes vous soient imposées !