Lorsque j'entends Pauline Marois dire que les propos du président français sur la laïcité sont de la musique à ses oreilles, j'ai le goût de vomir.

Publié le 19 déc. 2013
Raymond Gravel

S'il existe un pays où la discrimination et le racisme font loi, c'est bien en France que ça se passe. On n'a qu'à penser à l'homophobie généralisée au moment de la légalisation du mariage gai ou encore au sort réservé aux communautés culturelles dans les villes et les villages de l'Hexagone. Comment un tel pays peut-il devenir une inspiration en matière de politique sociale pour le Québec?

Comme le rappelait Mgr Pierre-André Fournier, archevêque de Rimouski et président de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec, la neutralité religieuse de l'État signifie que celui-ci n'a pas de préférence sur le fait de croire ou de ne pas croire. Pas de religion officielle, mais pas d'athéisme officiel non plus. C'est ça, la neutralité. Et comme les gens sont libres de croire ou de ne pas croire, l'État ne peut leur interdire de le manifester par le port d'un signe ou d'un symbole religieux ou athée.

Contrairement à ce qu'elle affirme, Pauline Marois n'a aucun respect de la diversité religieuse du Québec. Pour elle, la religion, ça fait partie du patrimoine culturel québécois, et c'est seulement dans les musées qu'elle peut se manifester. La foi est du domaine privé et tous les symboles religieux viennent menacer la neutralité de l'État. Elle a beau dire que Philippe Couillard croit à la laïcité pourvu que ça ne veuille rien dire, on pourrait ajouter qu'elle reconnaît la diversité religieuse du Québec, pourvu qu'on ne la voie pas.

La députée d'Ahuntsic, Maria Mourani, a été expulsée du Bloc québécois parce qu'elle s'est opposée à l'appui de son parti au projet de loi 60 du gouvernement péquiste. Aujourd'hui, elle remet en question son adhésion au mouvement souverainiste, parce que, selon elle, la Charte canadienne des droits protège davantage les minorités culturelles que cette nouvelle charte proposée par le gouvernement Marois. On peut ne pas être d'accord avec madame Mourani, mais on peut aussi comprendre sa réalité. Personnellement, ça fait plus de 40 ans que je suis souverainiste et membre du Parti québécois et j'avoue me sentir très mal à l'aise avec ce projet de loi sur la laïcité. Si le gouvernement Marois ne modifie pas sa loi 60 sur la laïcité, je me verrai contraint de changer de parti politique. Pour moi, la liberté religieuse est sacrée. L'exprimer est une question de principe et de dignité.