«  Je vais être la mairesse de la mobilité. [...] Pour moi, la mobilité des Montréalais, c'est fondamental pour le développement économique, le développement social.  »

À trois jours des élections municipales, c'est la promesse qu'a faite Valérie Plante. Ces jours-ci, alors que les rues de Montréal, les autoroutes et les ponts sont couverts de cônes orange, on se demande bien où est passée la «  mairesse de la mobilité  », en poste depuis huit mois.

En cette période estivale, on a l'impression que le ciné-parc a oublié de changer sa programmation et diffuse le même film d'horreur que les étés passés. Parlez-en à ceux qui sont coincés tous les jours sur le pont Honoré-Mercier depuis le mois dernier. Ou ceux qui tentent de se rendre à l'aéroport à partir du sud de l'île de Montréal. L'autobus 747 peut mettre jusqu'à 1 h 30 min pour accomplir le trajet de 15 kilomètres entre la station de métro Lionel-Groulx et ledit aéroport, selon plusieurs usagers qui doivent prendre leur mal en patience et risquent de rater leur avion.

Et la situation n'est pas beaucoup plus facile dans les quartiers de la métropole. La semaine dernière, un détour, mis en place dans Ahuntsic-Cartierville, menait à une rue barrée par d'autres travaux. Signalée aux médias, la situation a été corrigée en moins de 24 heures. Des incidents comparables se produisent aux quatre coins de la ville alors que des chantiers privés, municipaux, provinciaux, fédéraux s'entremêlent à qui mieux mieux. Un seul coup d'oeil à la carte des chantiers du site Québec511 suffit à donner le tournis.

OCCASION MANQUÉE

À son arrivée à la mairie de Montréal, c'est exactement ce genre de fouillis que la mairesse disait vouloir éviter dans la ville la plus congestionnée du Canada (voir tableau). En campagne électorale, Projet Montréal s'était engagé à mettre sur pied une «  escouade de la mobilité  » ou anti-congestion pour veiller à ce que les chantiers et des voitures immobilisées ne bloquent pas inutilement la circulation.

Le parti municipal, qui avait vertement critiqué la manière avec laquelle Denis Coderre gérait les chantiers, a aussi promis de créer une «  escouade chantiers  » avec une dizaine d'ingénieurs pour s'assurer que le travail est bien fait et, du coup, pas repris trois et quatre fois.

En mai, la mairesse a annoncé que ces projets verront le jour... en septembre. Plus de la moitié de la saison des chantiers sera alors terminée. De nombreux touristes auront quitté Montréal en se demandant si la ville vient de se remettre d'un tremblement de terre.

L'attachée de presse de la mairesse assure que l'escouade mobilité est actuellement en rodage, mais est incapable de dire combien d'employés de la Ville y ont été assignés. Une réponse bien floue dans les circonstances. Et une occasion ratée pour Valérie Plante de démontrer en début de mandat qu'elle est capable de faire changer les choses rapidement sur une question qu'elle dit prioritaire.

COMMUNICATIONS DÉFICIENTES

Cela dit, l'élue municipale n'est pas seule dans le bateau de la gestion des travaux. Mobilité Montréal, un comité composé du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, de la Communauté métropolitaine de Montréal et des maires de la région, joue un rôle central dans la coordination des chantiers.

Le ministre des Transports, André Fortin, a d'ailleurs critiqué vertement ses propres troupes ainsi que celles de Mobilité Montréal dans la gestion du chantier du pont Honoré-Mercier, estimant que leurs méthodes de communication «  désuètes  » et «  bureaucratiques  » étaient en grande partie à blâmer pour les bouchons monstres. Espérons que la leçon a été apprise.

Les automobilistes du Grand Montréal ont aussi leur propre mea culpa à faire. Une récente étude de la Communauté métropolitaine de Montréal permet de constater que les deux tiers des déplacements entre la maison et le travail se font toujours en voiture, soit le même taux qu'en 2001. 

Collectivement, il faut se demander ce qui justifie ce choix. Des lacunes dans les transports en commun ou une mentalité tout-à-l'auto nord-américaine dont nous avons peine à nous départir  ? Dans le cas de la région de Montréal, c'est un joyeux mélange des deux.

EN ATTENDANT LE LEADERSHIP PROMIS

Pour passer au travers d'une des saisons des chantiers les plus compliquées de l'histoire de Montréal et pour faire mieux à l'avenir, les citoyens de la ville se sont dotés d'une mairesse qui leur promettait d'être la Jeanne d'Arc de la mobilité. En tant que leader de la plus grande ville de la province, mais aussi en tant que présidente de la Communauté métropolitaine de Montréal.

Alors que les immenses travaux du pont Champlain, du pont Mercier et de l'échangeur Turcot atteignent des phases critiques, on s'attend à ce que Valérie Plante soit bien visible sur le champ de bataille. Pour le moment, elle semble plutôt avoir fait désertion.

LES VILLES LES PLUS CONGESTIONNÉES AU CANADA

1-Montréal, Québec ; 50 heures perdues par automobiliste dans la congestion en un an

2-Toronto, Ontario ; 47 heures

3-St-John's, Terre-Neuve ; 34 heures

4-Ottawa, Ontario ; 31 heures

5-Vancouver, Colombie-Britannique ; 29 heures

6-Québec, Québec ; 28 heures

7-Victoria, Colombie-Britannique ; 22 heures

8-Calgary, Alberta ; 16 heures

9-Hamilton, Ontario ; 15 heures

10-Edmonton, Alberta ; 14 heures

Source : Inrix, Bulletin global de la congestion ; une analyse de la congestion dans 1360 villes réparties dans 38 pays