C'est à se demander pourquoi on continue de faire semblant de planifier l'aménagement du territoire au Québec...

On se donne bonne conscience en élaborant des grands documents, des plans d'urbanisme, des schémas d'aménagement. On les remplit de mots à la mode, de « densification », de « développement durable », de « transport actif ».

Puis une fois le tout adopté solennellement... on continue de permettre à n'importe qui de faire n'importe quoi n'importe où.

Royalmount en est certainement un bon exemple, au point où il résume à lui seul presque tout ce qui cloche avec l'urbanisme au Québec.

On a vu au cours des dernières semaines comment ce projet est rejeté avec vigueur par plusieurs élus de la région métropolitaine. La Ville de Montréal ne semble pas en vouloir, les voisines de Mont-Royal n'en veulent pas, et les autres municipalités se gardent bien d'applaudir ce projet qui cannibalisera leurs artères et leurs centres commerciaux.

Et pourtant, ça peut sembler surprenant, mais ce mégaprojet de près de 2 milliards, qu'on s'apprête à construire dans une enclave fermée par deux des autoroutes les plus congestionnées au pays, respecte tout à fait le schéma d'aménagement de l'agglomération de Montréal !

Les élus de l'agglomération disent non, autrement dit, mais le plan qu'ils ont élaboré dit oui. Comme si les auteurs de la Bible étaient en désaccord avec son contenu.

Pourquoi ? Parce que la planification du territoire au Québec n'en est pas vraiment une. Les municipalités font trop souvent semblant de planifier. Elles adoptent des documents pleins de belles intentions. Elles multiplient les expressions comme « retissage urbain » et « consolidation commerciale ». Mais dans les faits, elles laissent la porte ouverte à n'importe quel projet qui rapporte des revenus fonciers.

C'est ainsi qu'un mégacentre commercial peut voir le jour dans un quadrilatère industriel en friche, sans consultation digne de ce nom, sans avoir besoin d'autorisations autres que locales, même si personne n'avait jamais prévu construire de commerces à cet endroit.

Personne n'avait en effet prévu le faire, mais on peut le faire, car on peut à peu près tout faire. La preuve, c'est que l'intersection des autoroutes 15 et 40 (quadrant sud-ouest) est zonée « industriel », ce qui permet tout « ensemble d'établissements ou d'entreprises exerçant une fonction économique »...

Autant dire n'importe quoi.

C'est ainsi qu'une toute petite municipalité de 20 000 habitants peut imposer un projet commercial d'une ampleur colossale à une agglomération d'une population de 2 millions. Sans même lui demander son avis.

C'est ainsi qu'une ville dont le budget est de moins de 100 millions peut donner le feu vert à un mégacomplexe qui lui rapportera 25 millions par année. Tout en laissant les inconvénients à Montréal et Québec.

C'est ainsi qu'un centre commercial censé attirer 30 millions de clients par année, provenant principalement d'une zone qui s'étire entre « Saint-Jérôme et la Rive-Sud », peut se faire à la faveur d'une simple consultation hyperlocale. Sans même connaître l'ampleur du projet final.

Mais rien de répréhensible aux yeux du maire de Mont-Royal, Philippe Roy, puisque les règles et les balises ont été approuvées par toutes les villes de l'île de Montréal lorsqu'elles ont adopté le schéma d'aménagement de l'agglomération.

C'est vrai... mais à moitié, selon Christian Savard de l'organisme Vivre en ville. « Le centre commercial respecte bel et bien la lettre du schéma d'aménagement, mais certainement pas son esprit. »

Suffit de le lire pour s'en convaincre. Le fameux schéma s'appuie en effet sur les principes les plus vertueux. Il vise une « intégration harmonieuse de l'activité commerciale à son milieu ». Il promet des « interventions qui réduisent la dépendance à l'automobile ».

Et il vise, tenez-vous bien... « la consolidation des pôles commerciaux » et « le maintien de la position dominante de l'activité commerciale du centre-ville ».

Or Royalmount, c'est tout l'inverse de ces engagements censés guider la planification du territoire dans l'île de Montréal.

Oui, le projet est doté d'une architecture audacieuse et d'une offre commerciale nouveau genre (la plupart des enseignes sont en anglais dans les infographies !). Oui, il profitera d'une passerelle piétonne et d'une navette électrique.

Mais cela n'en fait pas un projet durable adapté à son milieu pour autant.

Malheureusement, le Royalmount n'a rien d'exceptionnel à ce titre ; il est même plutôt dans la norme si on le compare à d'autres projets de taille similaire comme le DIX30 et Griffintown. Autant de projets qui montrent que le problème n'est pas l'absence de toute planification, dans le fond. C'est le fait qu'on ait choisi de l'abandonner au privé.