Quand les dominos sont bien alignés, il suffit de faire tomber le premier en ligne pour que les autres suivent.

Publié le 12 avril

La Coalition avenir Québec avait réussi ce coup, en 2017, en remportant l’élection complémentaire dans Louis-Hébert, une circonscription de Québec où le libéral Sam Hamad avait régné pendant 15 ans. Quelques mois plus tard, la CAQ faisait le plein de députés dans les banlieues de la capitale, lors des élections générales.

La victoire de la candidate caquiste, Shirley Dorismond, dans la circonscription de Marie-Victorin, du côté de Longueuil, pourrait aussi être annonciatrice de nouveaux gains aux élections générales d’octobre, dans la couronne de Montréal, notamment du côté de Laval.

Bien sûr, il faut se garder une petite gêne avant d’extrapoler les résultats d’une élection complémentaire où le taux de participation est faible.

Mais le résultat du scrutin dans Marie-Victorin démontre tout de même que les électeurs n’ont pas tenu rigueur au gouvernement de sa gestion de la pandémie, même si le Québec a encaissé le plus grand nombre de décès par habitant de toutes les provinces.

François Legault continue de marcher sur l’eau. Malgré la valse-hésitation autour des mesures sanitaires à Noël. Malgré les révélations troublantes sur la gestion de la crise dans les CHSLD la semaine dernière. Malgré son bras de fer raté à propos du tramway de Québec.

Sa victoire dans Marie-Victorin est sans appel.

Elle représente un coup dur pour le Parti québécois, qui détenait la circonscription depuis 1985. Elle prouve que les fondations des forteresses péquistes sont sérieusement fissurées. Avec seulement sept députés, le PQ n’a plus de château fort, si ce n’est que la circonscription de Matane-Matapédia de Pascal Bérubé.

Le fait est que la souveraineté – pierre d’assise du PQ – n’a plus la cote. C’est carrément le dernier sujet en bas de la liste des priorités chez les jeunes, selon un sondage diffusé dimanche dans nos pages.

Alors le PQ perd des plumes. Et le Parti libéral perd son meilleur ennemi. Lui qui ne peut plus brandir l’épouvantail de la souveraineté pour rallier les électeurs ne parvient pas à se redéfinir.

En essayant de rejoindre davantage de francophones, le parti s’attire les foudres des anglophones, qui songent à créer un nouveau parti. À force de ménager la chèvre et le chou, le Parti libéral a perdu son ADN. Il se retrouve complètement déclassé, au cinquième rang dans Marie-Victorin, derrière Québec solidaire et même le Parti conservateur.

Remarquez, les solidaires espéraient certainement mieux. Après les élections municipales, on aurait pu croire que le parti serait porté par le vent de renouveau qui a mené au pouvoir plusieurs maires progressistes dont le message rejoint le sien sur le logement abordable et le transport.

Mais dans Marie-Victorin, les solidaires ont perdu des intentions de vote par rapport à 2018. Certains de leurs électeurs, qui ont une dent contre le système, ont migré vers le parti d’Éric Duhaime.

Le polémiste a su canaliser la colère des gens opposés aux mesures sanitaires. En recrutant Anne Casabonne, il a su présenter une candidate avec une bonne notoriété… faute de crédibilité. Reste à voir si son parti continuera de surfer lorsque la pandémie fera moins de vagues.

Chose certaine, on assiste à une véritable atomisation de l’opposition à Québec depuis que la CAQ a pris le pouvoir. Et avec notre mode de scrutin, une majorité d’électeurs vont encore rester sur leur faim aux prochaines élections.

En 2018, la CAQ a fait élire une majorité de députés avec seulement 37 % des voix. Dans Marie-Victorin, elle a décroché la victoire avec un peu moins de 35 % d’appuis, ce qui peut alimenter le cynisme de la population.

Lorsqu’il était dans l’opposition, le premier ministre François Legault avait pourtant promis une réforme du mode de scrutin. Cela aurait été un beau fait d’armes qui aurait permis de faire entendre plus de voix à l’Assemblée nationale.

Mais une fois au pouvoir, quand tous les dominos s’alignent, il faut bien du courage pour changer les règles du jeu.

Qu'en pensez-vous? Exprimez votre opinion