Au cours des dernières semaines, ce que certains appellent la « mouvance woke », mais qu’on pourrait plutôt décrire comme la nouvelle gauche antiraciste-anticolonialiste, a été la cible de tirs groupés d’une horde de commentateurs et chroniqueurs québécois.

Laura-Julie Perreault
Laura-Julie Perreault La Presse

Et ils n’y vont pas avec le dos de la cuillère. Des « racialistes » qui s’en prennent aux élites. Des militants qui, au lieu de s’intéresser aux causes importantes, ne défendent que 0,005 % de la population. Des « petits curés déconnectés ». Une « meute lyncheuse de professionnels de l’indignation ». Une honte pour la « gauche noble ». Tout à coup, les militants de cette école de pensée sont responsables de tous les maux, de toutes les dérives. C’est complètement démesuré !

Bien sûr, plusieurs des incidents de censure universitaire dont il a été question récemment, notamment dans une série de chroniques de notre collègue Isabelle Hachey, sont inquiétants.

Cependant, il est tout aussi préoccupant de voir tout un corpus d’idées progressistes subir un procès populaire hâtif à cause de cette même série d’incidents.

Comme si on voulait couper la forêt au complet parce qu’un arbre pousse sur une roche.

D’autant que ces idées sont portées par les jeunes générations, celles qui dans une vingtaine d’années seront à la tête de l’État québécois. Celles qui, bien plus que les 40 ans et plus, s’inquiètent des problèmes de discriminations diverses au sein de la société québécoise et ailleurs dans le monde. Un courant montant, donc, qui n’est pas près de disparaître et auquel nous avons tout intérêt à nous intéresser.

Post-woke

À l’origine, être woke, c’est être éveillé aux injustices qui frappent les plus marginalisés de la société. Le mot a d’abord été popularisé par le mouvement des droits civils américains, qui s’est battu contre la ségrégation raciale et pour le droit de vote des Noirs. Ici, il sert à décrire à la fois ceux qui combattent le racisme anti-noir, l’islamophobie, la transphobie et défendent les droits des autochtones en demandant de déconstruire le système hérité du colonialisme.

PHOTO COREY SIPKIN, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Manifestation à New York, en septembre 2020, après le dépôt d’accusations contre un policier impliqué dans la mort de Breonna Taylor.

Aujourd’hui galvaudé, récupéré par ceux qui veulent s’en moquer, le mot woke n’est presque plus utilisé par les militants et les intellectuels qu’il cherche à décrire, mais le concept d’éveil qui l’accompagne, lui, reste intéressant. Éveil au fait que certaines personnes font face à de nombreuses discriminations. Éveil au fait que nos institutions, qui servent bien la majorité blanche de la population, sèment parfois des embuches difficiles à surmonter sur le chemin des individus appartenant à des groupes minoritaires, qu’ils soient autochtones, nouvellement immigrants ou handicapés. Éveil à la diversité sexuelle et à la remise en cause des genres.

Vers une égalité réelle

Est-ce que tout se vaut dans ce grand magma d’idées ? Certainement pas. Comme dans tout mouvement progressiste, on trouve le meilleur comme le pire. Le tolérant, l’empathique comme le dogmatique et la nouvelle langue de bois. Et il est essentiel de se tenir debout quand certaines personnes qui portent ces idées dérapent.

Cependant, dans cet univers intellectuel foisonnant, on trouve aussi de nouveaux outils, de nouvelles lunettes, pour analyser le chemin parcouru et celui qui reste à faire pour assurer une véritable égalité.

Et c’est vrai pour les États-Unis, la France, le Canada anglais, comme ça l’est pour le Québec.

Car, rappelons-le, cette égalité n’est pas acquise. Toutes les études statistiques sur la question réalisées chez nous le démontrent. Les individus qui appartiennent à des minorités ont un taux de chômage plus élevé, se font arrêter par la police plus souvent, ont plus de difficulté à se trouver un logement, sont sous-représentés sur les bancs d’université et surreprésentés derrière les barreaux. Et ça dure depuis des décennies. Malgré les plans de lutte contre le racisme des gouvernements. Malgré les meilleures intentions d’une société qui est fière de son interculturalisme.

Déjà conscients

Dans ce contexte, qu’avons-nous à perdre collectivement en nous intéressant à des concepts mis de l’avant par la nouvelle gauche pour faire face à ces inégalités ? Que risquons-nous en écoutant ceux qui ont l’impression d’avoir été silencieux trop longtemps ? Invisibles trop longtemps ?

« Un peu d’intranquillité dans notre société tranquille », répond à cette dernière question Rodney Saint-Éloi, écrivain montréalais d’origine haïtienne et éditeur de Mémoire d’encrier. D’ailleurs, sa maison d’édition, tout comme d’autres, fait de plus en plus de place à des œuvres d’auteurs d’ici qui déclinent à la sauce locale les concepts clés de ce progressisme renouvelé en se basant sur notre contexte, nos réalités. Une liste de suggestions de lectures accompagne cet éditorial.

La question n’est pas de tout avaler ce qui s’écrit et ce qui se dit, mais plutôt de reconnaître que ces idées valent la peine qu’on s’y attarde. Qu’elles contribuent à enrichir notre propre histoire intellectuelle, notre vie politique et sociale. En ces temps de pandémie, elles nous obligent à sortir de nos bulles au moins par l’esprit.

Plongeon dans les idées de la nouvelle gauche

Ça mange quoi des idées woke en hiver ? Quelles œuvres en français permettent de se familiariser avec les concepts qui sous-tendent ce mouvement antiraciste et anticolonialiste qui fait beaucoup jaser ? Voici quelques œuvres récentes d’auteurs d’ici qui permettent de plonger dans cet univers intellectuel.

1. L’œil du maître

Auteure : Dalie Giroux

Maison d’édition : Mémoire d’encrier, 2020

Professeure de théories politiques et féministes à l’Université d’Ottawa, Dalie Giroux s’en prend au mythe du « maîtres chez nous », qui, selon elle, résume la pensée politique québécoise de la deuxième partie du XXe siècle. Il y est question de colonialisme, d’impérialisme, de dominance et de violence dans le contexte de l’histoire récente du Québec. Publié l’automne dernier, ce livre est déjà cité comme un incontournable du genre.

2. Kuei, je te salue – Conversation sur le racisme

Auteurs : Deni Ellis Béchard et Natasha Kanapé Fontaine

Maison d’édition : Écosociété, 2020

Dans ce livre épistolaire, le romancier canado-américain Deni Ellis Béchard et l’artiste innue Natasha Kanapé Fontaine discutent de racisme entre autochtones et allochtones. Si les premières lettres ont été écrites en 2016, soit quelque temps après que Mme Fontaine a rétorqué sur la place publique à des chroniques de Denise Bombardier qualifiant la culture autochtone de « mortifère », la nouvelle version du livre inclut aussi des lettres écrites en septembre 2020 après la mort de George Floyd aux États-Unis.

> Consultez le site de l’éditeur

3. L’Indien malcommode (traduction de The Inconvenient Indian)

Auteur : Thomas King

Maison d’édition : Boréal, 2014

Ce livre, publié en anglais en 2013 et traduit l’année suivante, est devenu un classique. Avec verve et humour, Thomas King, un intellectuel autochtone de la Colombie-Britannique, explore ce que veut dire être « Indien » en Amérique du Nord et remet en cause la version officielle de l’histoire. Cet essai, qui a remporté plusieurs prix prestigieux, a aussi été le sujet central d’un documentaire. L’ONF a retiré le documentaire de sa distribution parce que les origines de la réalisatrice, Michelle Latimer, sont contestées.

> Consultez le site de l’éditeur

> Consultez le site du RIDM

4. NoirEs sous surveillance – Esclavage, répression, violence d’État au Canada (traduction de Policing Black Lives : State Violence in Canada from Slavery to the Present)

Auteure : Robyn Maynard

Maison d’édition : Mémoire d’encrier, 2018

Pour tous ceux qui s’intéressent au racisme contre les Noirs au Canada, ce livre est un incontournable. Écrit par la Montréalaise Robyn Maynard, militante noire et féministe, ce livre a remporté le Prix des libraires du Québec en 2019.

5. Ne sommes-nous pas Québécoises ?

Auteure : Rosa Pires

Maison d’édition : Les éditions du remue-ménage

Ancienne attachée de presse au Parti québécois et ex-candidate de Québec solidaire, Rosa Pires a écrit ce livre dans la foulée du débat sur la Charte des valeurs, qui l’a bouleversée. Elle aborde le thème du féminisme et de la désillusion chez les Québécoises nées ici de parents immigrants.

Documentaires

Briser le code

Ce documentaire a beaucoup fait jaser lors de sa sortie. À l’invitation de Fabrice Vil, des Québécois issus de diverses minorités y dévoilent qu’ils sont obligés de suivre un « code » pour atténuer le racisme dont ils font l’objet.

> Consultez le site de Télé-Québec

Pour mes fils, mon silence est impossible

L’animatrice Isabelle Racicot, ébranlée par la mort de George Floyd aux États-Unis et inquiète pour ses deux fils noirs vivant au Québec, explore la question du racisme et des privilèges blancs au Québec.

> Consultez le site d’ICI Télé

Balado

Sans blanc de rien

Ce balado est belge, mais il traite de manière simple, en français, des questions de racisme, de discrimination, mais aussi des ornières des Blancs dans ce contexte.

> Consultez la page Facebook du balado

Qu'en pensez-vous? Exprimez votre opinion