Les performances de nos athlètes canadiens aux Jeux olympiques de Tokyo ont inspiré plusieurs de nos lecteurs. Voici un aperçu des courriels reçus à la suite de notre appel à tous : que retenez-vous de ces Jeux olympiques, tenus en pleine pandémie ? Y a-t-il un athlète, une performance, un évènement qui vous a inspiré ?

Publié le 10 août 2021

Damian Warner et l’Olympe

Il me semble que le contexte pandémique de ces Jeux de Tokyo en l’absence de spectateurs a amené les athlètes à puiser au fond de leurs ressources et à faire preuve d’une concentration hors du commun, considérant qu’ils étaient privés du surplus de motivation et d’énergie procuré par les cris et les applaudissements des foules en liesse. En ce qui me concerne, c’est le décathlonien canadien Damian Warner qui a le mieux représenté avec confiance, fierté et sobriété l’esprit olympique à travers 10 des épreuves d’origine des Jeux antiques. À l’image des prescriptions du philosophe Platon qui dissertait sur le Beau, le Bon et le Vrai, les Grecs liaient l’esthétique et la santé du corps à une éthique de l’esprit et de l’âme qui leur permettait sans doute de se rapprocher des dieux de l’Olympe. Au-delà de ses exploits herculéens, quel bel homme que ce Damian Warner dans toute la sérénité et la complétude d’une personnalité qui devrait servir de modèle inspirant pour une jeunesse passive qui a bien besoin de se libérer de tous ses écrans de fumée.

Alain Dupuis

Ingéniosité et persévérance

Ce que je retiens des Jeux olympiques, c’est que plusieurs de nos athlètes canadiens ont réussi à s’entraîner souvent grâce à leur ingéniosité et surtout leur persévérance. Ils ont eu des moments de découragement aussi et plusieurs histoires m’ont touchée, surtout celle de Maude Charron en haltérophilie. Son entraînement dans son garage de Sainte-Luce m’impressionne. Le Canada devrait aussi leur offrir une médaille de persévérance. Bravo à tous nos athlètes canadiens.

Véronique Richard, Montréal

Une absurdité

Difficile à dire lorsque tu n’es pas un athlète qui a tant investi. Mais en tant que simple citoyenne, ces Jeux ont été d’une absurdité alors que médecins et scientifiques travaillaient sans arrêt depuis des mois pour passer à travers une pandémie et sauver des vies.

Mireille Gauthier

Fierté !

Merci pour les médailles, merci pour l’effort et l’excellence, merci pour toutes ces larmes, tous ces sourires voilés. Nous avons reçu votre fierté à travers la télé. Vous étiez loin, mais si proches. Bon retour à nos athlètes, médaillés ou non. Vive le sport. Vive le sport au féminin ! Fierté à tous et toutes !

Monique Marion

Des modèles inspirants

Plusieurs athlètes ont été inspirants. Pensons à Maude Charron en haltérophilie, quelle personnalité ! Laurence Vincent Lapointe, quelle force de caractère et de détermination ! Un modèle ! Nos deux cyclistes Kesley Mitchell et Lauriane Genest, quel talent ! Bravo à tous les autres : l’équipe féminine de soccer, Damian Warner, Andre De Grasse, Penny Oleksiak, Evan Dunfee, etc.

Michèle Caumartin

Deux évènements émotifs

Moi, ce que je retiens le plus des Jeux, ce sont deux évènements qui m’ont ému : l’entente de partage de la médaille d’or du saut en hauteur masculin et l’interview de Lauriane Genest après l’obtention de sa médaille de bronze au keirin féminin alors qu’elle s’est mise à pleurer parce que sa coéquipière et meilleure amie, Kelsey Mitchell, n’avait pas été en mesure de la suivre alors que Lauriane la dépassait.

Jacques Guénette

Un exemple de détermination

Villanueva Flores, dernier à se présenter à la ligne d’arrivée de l’épreuve d’athlétisme de marche 50 km, m’a impressionné par sa détermination et sa persévérance. L’émotion ressentie à la suite de cet exploit était justifiée et partagée.

Gaëtane Dubé, Montréal

Le sport au féminin

Ce que je vais retenir le plus de ces Jeux, le nombre de médailles canadiennes gagnées par les femmes. Bravo, mesdames, pour votre ténacité !

Lucille Deschênes

Abolir les Jeux

Quant à moi, j’abolirais ces Jeux de la démesure où les pays se surpassent dans l’administration de drogues les moins détectables possible pour s’assurer de gagner les podiums. Sans compter les coûts révoltants des infrastructures et des cérémonies d’ouverture et de fermeture qui auraient avantage à être mis dans la sauvegarde de notre planète. Selon les mythes, les dieux de l’Olympe devaient être les protecteurs de la race humaine… je ne vois pas comment concilier cela avec les Jeux modernes. J’espère que de nombreux pays boycotteront les prochains Jeux en Chine (pays parmi les plus polluants au monde, sans compter leur non-respect des droits de la personne, entre autres) et que de plus en plus de pays ne se présenteront pas pour les mises en candidature. Tout cet argent devrait être mis à contribution pour envoyer des vaccins dans les pays plus pauvres et pour sauver la planète.

Carole Saulnier

Surprise en aviron

La surprise qu’on n’attendait pas : la victoire des huit filles en aviron. J’étais survoltée en les regardant s’avancer vers la médaille d’or. Merci, les filles !

France de Villers, Boucherville

Retour à l’essentiel

Enfin des Jeux axés sur l’athlète, sur la performance physique et sportive et sur un olympisme qui a retrouvé, en bonne partie, sa raison d’être. La pandémie nous a, encore une fois, ramenés à l’essentiel. Les athlètes ont pris toute la place comme compétiteurs, mais aussi, très souvent, comme supporteurs de leurs compatriotes et amis. Ces Jeux ont été épurés des commanditaires qui accaparent l’image et la visibilité, des foules trop partisanes qui ignorent ou agressent les athlètes concurrents. Surtout, on nous a épargné ces politiciens qui détournent l’esprit olympique pour leur gloire personnelle. Tokyo donne au Comité international olympique (CIO) une incroyable occasion de transformation. Les Jeux peuvent se réaliser et être grandioses sans ces stades immenses et très coûteux, sans vendre son âme aux commanditaires et en écartant du paysage les profiteurs et corrompus qui ont dénaturé l’olympisme. Bravo, Tokyo. Tu nous auras fait retrouver l’essentiel et tu auras, peut-être, sauvé le mouvement olympique.

Pierre Rhéaume

Des femmes d’exception

Pour ma part, j’ai été très impressionnée par la performance en finale de l’équipe canadienne de soccer féminin ! On sentait une grande solidarité et un bel esprit d’équipe, ce qui a contribué selon moi à cette médaille d’or amplement méritée. La gardienne de but Stephanie Labbé m’a particulièrement impressionné par son sang-froid lors des tirs au but en fin de partie. J’avoue ne pas avoir suivi de près toutes les compétitions, mais globalement ce qui ressort de la performance des athlètes canadiens, c’est le nombre de médailles gagnées par des femmes ! Cela reflète bien l’avancée du féminisme grâce au travail acharné de plusieurs femmes d’exception.

Julie Chouinard, Otterburn Park