Il est temps pour Québec et la Santé publique de fournir un cadre clair sur la vaccination au boulot, estiment les lecteurs, qui commentent l’éditorial de Stéphanie Grammond, publié le 4 août. Voici un aperçu des courriels reçus.

Publié le 5 août 2021
Lisez « Métro, boulot… vaccin »

Vivre une vie normale

Il est nécessaire que les employés soient doublement vaccinés, particulièrement dans les domaines de la santé où nous côtoyons plusieurs personnes tous les jours. Une personne positive à la COVID-19 et asymptomatique peut propager le virus très rapidement et entraîner une éclosion. Au Québec, on a accès à la double vaccination, sans frais et dans un laps de temps très court. Quand je vais au gym, au resto ou à l’hôpital, je ne veux pas être contaminé par des employés ou des clients non vaccinés. Avez-vous remarqué que lorsque quelqu’un tousse beaucoup, plusieurs se retournent et se questionnent sur son état de santé ? Je suis favorable au passeport vaccinal pour qu’on puisse continuer à vivre une vie normale.

Sylvie Lebeau

Bien-être commun

Il est temps qu’on arrête de tergiverser et qu’on impose le passeport vaccinal. Ça me semble tellement évident que je me demande pourquoi on hésite encore. Le bien-être commun passe avant les libertés individuelles. Ceux qui ne veulent pas tenir compte des autres en ne se faisant pas vacciner devront être limités dans leur liberté de circuler et de contaminer les autres. Il ne pourra en être autrement, sinon on va devoir réimposer un confinement, ce que personne ne veut.

Pierre Chatelain

Agir sur le terrain

La campagne de vaccination se déroule relativement bien. Pour monter la dernière marche, il faut continuer à valoriser les vacciner et il faut faire porter aux retardataires les inconvénients de leur comportement. Le passeport vaccinal limitant l’accès aux endroits rassemblant les citoyens (bars, restos, spectacles, musées, aires de jeu, d’entraînement et de sports) serait la mesure la plus significative en ce sens. Pour contrer la publicité des antivax et des antimasques, il faudrait agir sur leur terrain : limitation et correction des fausses infos, contre-manifestations après les manifs. À quand une grande marche d’appui aux mesures de prévention par la majorité silencieuse, le lendemain d’une marche pour la « libarté » ?

Jacques Gagnon

Sécurité du public

Dans le contexte de l’urgence sanitaire, la sécurité en public, en particulier dans les écoles, devrait primer le droit personnel de décider de sa vaccination.

Louise L. MacKay

Imposer le passeport vaccinal

Le Québec est sans contredit le royaume des zones grises ! Et la liste est longue ! Pourrait-on, pour une fois, mettre les choses au clair et imposer le passeport vaccinal ? C’est aux non-vaccinés de payer, et non l’inverse.

Michel Thibault

Serrer la vis

S’il y a une seule chose que je puisse reprocher au ministre Christian Dubé, c’est de trop attendre pour serrer la vis. Je crois que la catégorie d’âge à problème est justement celle qui répondra seulement lorsqu’elle y sera forcée.

Robert Landry

Devoir ultime

Oui, il est temps de lancer un message annonçant des contraintes. J’enseigne au cégep et je n’ai vraiment pas envie d’être pénalisée en raison des personnes qui n’auraient pas fait leur devoir ultime, celui de se faire vacciner.

Déane Carrier

Pandémie ?

Elle est où la pandémie ? C’est tout simplement du contrôle.

Guy Laramée

Contrôle sévère

En tant que vaccinée, je revendique le droit de vaquer à mes activités dans un environnement le plus sécuritaire possible. Je crois que les antivaccins doivent être soumis à un régime de contrôle sévère à leurs frais afin de protéger l’ensemble des citoyens. Ils ont eu suffisamment de temps pour s’informer et s’organiser. Il est plus que temps de mettre les pendules à l’heure. On ne mettra pas fin à l’épidémie avec la vaccination, mais au moins peut-on espérer la contenir et ainsi nous permettre de revivre plus « normalement ».

Christine Besson

Obliger la vaccination

Les personnes désirant se faire vacciner au Québec le sont déjà. Il reste les récalcitrants, qui ne se feront pas convaincre avec une loterie. Vous proposez la bonne solution : obliger la vaccination dans tous les milieux de travail. Les entreprises n’ont pas le temps et les ressources pour jouer à la police avec une minorité d’employés qui ne veulent pas se faire vacciner. C’est la seule solution. L’accès aux transports publics, aux restaurants, etc., devrait aussi être réservé aux personnes vaccinées. Qui veut prendre les transports en commun avec des gens non vaccinés ?

Nicole Labbé

Règles claires

Tout à fait d’accord. Des règles claires pour le retour au travail, resto et autres sont essentielles pour un retour serein aux diverses activités.

Janine Kean

Trop conciliants

Notre devoir comme citoyen c’est de prendre nos responsabilités et de contribuer à l’effort collectif qui a été réalisé jusqu’à maintenant afin d’éviter la propagation de ce mal si sournois. La vaccination est essentielle et un passeport permettant de confirmer notre immunité relative doit être mis en place au plus tôt compte tenu de la menace que représente le variant Delta ou toutes autres souches potentielles. C’est avec la collaboration de tous qu’il nous sera possible de revenir à une vie plus normale, tout en retenant les acquis de cette situation exceptionnelle que nous subissons depuis trop longtemps. Vous avez parfaitement raison, le gouvernement devrait depuis longtemps exiger que les employés de l’État soient vaccinés, de même que dans les écoles, les hôpitaux, etc. Le passeport vaccinal devrait être obligatoire partout, ainsi les récalcitrants y penseraient à deux fois. Nous sommes beaucoup trop conciliants. Et si on parle des droits et libertés, la majorité de ces gens oublient la partie responsabilité envers une société pour le bien de tous. À mon avis, le laxisme a assez duré afin de nous éviter une quatrième vague.

Johanne Marcil