SLĀV: cher Québec...

« Il est vrai que le dialogue était devenu... (PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION)

Agrandir

« Il est vrai que le dialogue était devenu impossible », souligne Paul Journet au sujet de la controverse SLĀV.

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Paul Journet

Éditorialiste

La Presse

Cher Québec, n'imitons pas les États-Unis. Ne devenons pas comme les campus américains, où chaque débat se fait à partir des extrêmes, en criant des insultes qui divisent les gens toujours un peu plus.

C'est de cela que nous nous sommes rapprochés dans les derniers jours avec la pièce SLĀV. On a raté une belle occasion de se parler.

Au lieu d'échanger avec ses critiques ou de défendre ses artistes, le Festival de jazz s'est contenté de protéger sa marque. Il a commencé par le silence pour finir dans la censure. Ce fut un gâchis du début à la fin.

Il est vrai que le dialogue était devenu impossible. Que répondre à une poignée de militants qui vous traitent de « white supremacist » à cause d'une pièce qu'ils n'ont pas vue ? La diffamation n'est jamais une invitation convaincante au dialogue...

Mais ne tombons pas dans le piège qu'on dénonce. Ces voix extrêmes ont étouffé celles de gens raisonnables et sincèrement blessés par la pièce. Essayons de construire un dialogue avec eux.

Cela exige de chacun un petit effort.

Pour les Québécois de souche, il faut de l'empathie pour imaginer les frustrations et obstacles que vit une personne de couleur dans notre société où le racisme, même s'il a diminué, existe encore.

Et pour les critiques de la pièce, il faut appliquer le principe de charité. Cela signifie de ne pas présumer que l'autre est mal intentionné. De ne pas penser que Bonifassi et Lepage ont monté une pièce sur l'esclavagisme pour voler la culture des Noirs en renflouant leur REER. Prenons-les au mot : ils voulaient faire une pièce humaniste pour raconter et dénoncer l'esclavage. Soyons clair, ce principe ne les immunise pas contre toute critique. Seulement contre les procès d'intention.

Il y a eu deux grandes critiques :  l'appropriation culturelle et la sous-représentation des Noirs. Seule la deuxième paraît fondée.

Pour l'expliquer, il faut d'abord définir les termes.

Comme tous les concepts, la définition de l'appropriation culturelle fait débat. On en tente une : un groupe dominant reprend une culture qu'il a oppressée en la déformant, la ridiculisant ou en la détournant pour s'enrichir.

Cette définition peut être interprétée d'une façon rigide, en dénonçant tout emprunt ou métissage. Un exemple : l'interdiction pour une Blanche de donner un cours de yoga à l'Université d'Ottawa. Vue ainsi, la thèse de l'appropriation culturelle est dangereuse, car elle fige les gens dans une identité et les sépare de façon manichéenne entre dominants et dominés. Et cette thèse est aussi historiquement insensée, car il n'existe aucune culture « pure » attribuable à un seul groupe. D'ailleurs, sans métissage, le jazz n'existerait pas...

Mais il y a une autre interprétation plus crédible. Elle consiste à ne dénoncer que les emprunts irrespectueux des faits et des gens. Imaginons des Blancs qui montent et jouent une pièce sur les pensionnats autochtones. 

Quand on raconte l'histoire de peuples opprimés qui luttent pour préserver leur culture, le minimum est de respecter cette culture. Idéalement en consultant ceux qui la font vivre.

Selon cette interprétation, l'appropriation culturelle relève d'une évaluation subjective. D'un jugement sur le respect et la crédibilité d'une oeuvre.

Revenons maintenant à SLĀV. Le spectacle voulait parler de l'esclavagisme, avec la traite négrière et les chants de ses survivants, mais aussi avec d'autres groupes marchandisés comme les Tsiganes et les autochtones.

L'intention est bonne. Bonifassi porte ce projet depuis 1998. Lepage et elle voulaient honorer les victimes de l'esclavagisme à travers leurs chants.

Ont-ils artistiquement réussi ? Avouons-le, peu de critiques étaient enthousiastes. Reste qu'il est difficile d'y voir une grossière appropriation culturelle.

Malgré tout, un gros malaise demeure. Le problème est ailleurs, dans la représentativité. On a raconté l'histoire des Afro-Américains en les montrant peu.

La représentativité est moins subjective que l'appropriation culturelle. Elle se mesure en un coup d'oeil. Or, parmi les six comédiens jouant des Noirs, il y a quatre Blancs.

Dans sa réaction tardive, Robert Lepage explique avec raison que l'essence du théâtre est de « se glisser dans la peau de l'autre afin d'essayer de le comprendre et, par le fait même, peut-être aussi se comprendre soi-même ». Reste qu'il y a tout de même un contexte particulier avec SLĀV.

La pièce ne flotte pas dans le vide. Elle s'inscrit dans un contexte, celui de l'indéniable sous-représentation des minorités visibles dans les médias québécois. On ne veut pas brimer la liberté artistique de jouer avec les codes et renverser les rôles, ni soumettre la création à une mathématique de la représentativité.

Mais on peut souhaiter un minimum. Chanter le répertoire afro-américain n'est pas la même chose que de le mettre en scène au théâtre. Dans les tableaux où les esclaves étaient noirs, pourquoi ne pas engager des comédiens de la même couleur, à qui les rôles échappent trop souvent ? D'autant plus qu'il est difficile de comprendre la traite négrière sans montrer la « race ».

Les défenseurs de SLĀV invoquent l'universalisme des chants d'esclaves. Selon eux, tout le monde devrait pouvoir les reprendre. L'argument n'est pas mauvais. N'est-ce pas après tout l'essence du plus beau projet de l'histoire de la musique, le disque doré de Voyager ? Reste que cet universalisme ne fonctionne pas à la même vitesse pour tous. Parlez-en à ceux qui sont arrêtés pour avoir conduit leur véhicule tout en étant noirs...

***

Inversons les rôles pour essayer de comprendre. Imaginons une pièce sur les Patriotes de 1837 créée et jouée à Toronto. Serait-ce de l'appropriation culturelle ? Pas du tout ! Au contraire, les Québécois devraient applaudir, à condition que les faits soient bien présentés. Maintenant, imaginons toutefois que des acteurs francophones soient boudés, pour engager plutôt des anglophones avec un accent laborieux. Il y aurait alors un problème de respect et de crédibilité artistique. Tout comme dans SLĀV.

Il y a donc matière à critique, mais pas à hurler « white supremacist » ou « white culture is theft ». Surtout pas à un dramaturge dont l'avant-dernier spectacle culmine avec le poème Speak White...

Le débat sur SLĀV nous laisse inquiet.

Inquiet pour la liberté artistique, à cause de l'analyse militante qui réduit les oeuvres à leur valeur éducative ou morale. L'art ne devrait jamais être corseté dans la morale du jour.

Inquiet aussi pour l'avenir des débats au Québec. Des intellectuels comme Webster font un travail important, en rappelant que l'esclavagisme a aussi existé chez nous (il a répertorié 4185 cas en Nouvelle-France) et que les discriminations demeurent. Mais en même temps, notre histoire n'est pas celle des États-Unis.

Le Québec est petit et fragile. Il est à la fois une majorité et une minorité politique. Cela devrait nous rendre sensibles aux griefs de chacun. Et pour en parler, il existe sûrement de meilleurs modèles que l'Amérique divisée et hurlante de Trump.

Écoutez les explications de Betty Bonifassi à Michel Lacombe (à partir de 34:20)




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer