La culture, bof...

La nouvelle ministre de la Culture, Marie Montpetit.... (PHOTO PC)

Agrandir

La nouvelle ministre de la Culture, Marie Montpetit.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Le gouvernement du Québec inscrit à nouveau la culture au coeur de ses priorités.» - Extrait du projet de nouvelle politique culturelle

Le remaniement ministériel du gouvernement Couillard prouve que la culture n'est pas au «coeur de ses priorités». Elle traîne plutôt quelque part en banlieue des vraies affaires.

La culture? Bof. On n'est pas contre... On aime bien nos artistes quand ils reçoivent un prix à l'étranger. Mais il faut d'abord s'occuper de la prochaine campagne électorale, et il y a peu de votes à gagner en soutenant la culture.

M. Couillard voulait rajeunir son équipe pour courtiser les jeunes familles tentées par la Coalition avenir Québec.

Dans ce jeu de chaises musicales, le marketing politique importait plus que la culture. C'est ainsi qu'on a changé de ministre de la Culture. Encore une fois.

En début de mandat, Hélène David a lancé la révision de la politique culturelle. Luc Fortin a ensuite repris le flambeau pour déposer le document de consultation. C'était une belle coquille qui résonnait creux. Critiqué par le milieu culturel, M. Fortin avait lancé un comité de travail pour corriger le tir. Et il avait montré les dents contre l'entente de Mélanie Joly avec Netflix, en exprimant la légitime «colère» du Québec.

Alors qu'il commençait enfin à agir, M. Fortin a été muté au ministère de la Famille. Certes, il souhaitait lui-même changer d'affectation. Mais en quoi cela aidera-t-il la culture? Elle était finalement moins prioritaire que la gestion de ressources humaines et la stratégie électorale.

Bien sûr, il faut donner une chance à Mme Montpetit. Mais les attentes sont grandes et le temps manque. La ministre devra agir sur deux fronts.

Le premier est au Québec, avec l'aide directe à la culture. Le document de consultation s'intitule «Partout la culture». Personne ne s'oppose aux efforts pour exporter nos talents, mais soyons honnêtes : alors que la politique culturelle de 1992 était expansive, la nouvelle version sera en partie défensive. Elle doit protéger une culture nationale fragile.

La première politique avait mené à la création de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) et du Conseil des arts et des lettres du Québec(CALQ), des institutions phares pour les artistes et l'industrie. Depuis, il y a eu quelques révolutions... La part du budget des Québécois qui allait auparavant à la culture va désormais à la tuyauterie qui donne accès gratuitement à la culture. Dans cette nouvelle économie numérique, l'offre mondiale les noie et les revenus leur échappent.

Après des compressions en début de mandat, Québec a corrigé le tir pour les industries culturelles, en bonifiant le crédit d'impôt en télévision et cinéma, en aidant la transition numérique en musique et en créant un «pôle d'excellence» pour la réalité virtuelle.

Mais pour les artistes eux-mêmes - la base de la pyramide -, il ne reste pas grand-chose. Pendant ce temps, le fossé se creuse entre la poignée de vedettes à hauts revenus et les autres, qui cumulent les contrats à court terme pour payer l'épicerie. La classe moyenne artistique s'effrite.

Le Mouvement pour les arts et les lettres calcule qu'en dollars constants, le financement du CALQ a été légèrement réduit depuis 2011. Pourtant, durant la même période, les besoins ont augmenté. Le comité de travail formé par M. Fortin devait examiner ce sous-financement. Les représentants du milieu culturel, qui ont passé les derniers mois à y travailler, auront-ils perdu leur temps?

D'autres ministères pourraient aussi être mis à contribution, à commencer par l'Éducation, à travers les cours ou les spectacles au primaire et au secondaire.

***

Le second front sur lequel la ministre Montpetit devra agir se trouve à Ottawa. C'est là que se prendront bientôt les décisions les plus structurantes : réforme des lois sur le droit d'auteur et la radiodiffusion, quotas francophones à la radio privée, possibles négociations de redevances avec les géants du web.

Hélas, on ne peut faire confiance au gouvernement Trudeau, comme le prouve sa risible entente avec Netflix, qui n'exige même pas de contenu francophone. Comme M. Fortin, Mme Montpetit devra rappeler au gouvernement Trudeau, ce promoteur des «diversités», que le Québec doit aussi être protégé.

Cela fait beaucoup de travail pour la nouvelle ministre. Elle ne pourra pas réussir sans aide.

Et c'est normal, car un ministre de la Culture n'est jamais fort sans l'appui du premier ministre lui-même. Dans les arbitrages à venir, M. Couillard devra prouver que la culture n'est pas juste une priorité dans son coeur, mais aussi dans ses décisions.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer