Les shérifs du pot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La posture de la Coalition avenir Québec (CAQ) sur le cannabis rappelle le pire de la croisade de Stephen Harper en faveur de la loi et l'ordre. Le gouvernement Couillard, le Parti québécois et Québec solidaire proposent de fixer à 18 ans l'âge légal pour consommer. À cela, la CAQ répond par une tornade de sophismes pour marquer des points en effrayant la population.

Que faire devant tant de mauvaise foi ? Chacune des phrases de son récent communiqué de presse mériterait en soi un texte.

SELON LA CAQ

« [Philippe Couillard] préfère contrer la contrebande plutôt que de protéger le cerveau des jeunes âgés entre 18 et 21 ans. » 

Le raisonnement est si fallacieux que nos yeux saignent. Comme si l'un nuisait à l'autre ! Comme s'il fallait choisir entre la lutte contre la contrebande et la « protection des cerveaux » ! On peut lutter contre le crime organisé tout en promouvant la santé publique. Loin de s'exclure, les deux approches se combinent.

« Philippe Couillard envoie un mauvais signal aux jeunes et banalise la consommation du cannabis plutôt que de la restreindre. »

La CAQ avance sans preuve que l'âge limite de 18 ans va faire hausser la consommation des jeunes adultes. Selon l'Institut national de santé publique, c'est la commercialisation agressive, et non la simple légalisation, qui banaliserait le cannabis, et qui serait associée à une hausse de la consommation. Or, aucun parti au Québec ne propose une telle commercialisation débridée.

De plus, la CAQ ne parle pas du contrôle de la qualité de la drogue. Elle s'appuie même sur des anecdotes de psychoses déclenchées après avoir fumé du cannabis au mont Royal, là où des cochonneries continuent de se vendre grâce à la prohibition.

« Philippe Couillard doit leur faire comprendre que c'est dangereux de consommer du pot avant 21 ans. »

Il y a un léger détail que la CAQ oublie : le cannabis est déjà interdit aux 21 ans et moins, et cela ne les empêche pas d'en fumer pas mal. Selon les plus récentes données de l'INSPQ, plus du quart des jeunes (15-24 ans) en consomment chaque semaine. Et environ le tiers en prend au moins une fois par année.

La prohibition n'empêche pas la consommation, tout en générant une multitude d'effets pervers (judiciarisation des jeunes, exposition au crime organisé, drogue de qualité invérifiable, etc.). Face à cette réalité, la CAQ se ferme les yeux et dit : soyons responsables, perpétuons cet échec !

Ajoutons que les Québécois consomment moins que la moyenne canadienne.

« Philippe Couillard préfère tenir compte du choix de l'Ontario, comme si cette dernière décidait à notre place. »

La CAQ récupère le cannabis pour faire du nationalisme de façade. Encore une fois, cette posture ne résiste pas aux faits. Les péquistes et solidaires proposent eux aussi un âge minimal de 18 ans. Même chose pour les directions de la santé publique. Tout ce beau monde ne copie pas l'Ontario... Ils reprennent la logique de tous les États, provinces et pays qui ont légalisé le cannabis. Car il n'existe aucun exemple au monde où l'âge limite pour le cannabis est plus élevé que pour l'alcool. Aucun !

Que les gouvernements soient conservateurs ou progressistes, ils fixent le même âge minimal. C'est plus une question de cohérence que d'idéologie. Si on est assez vieux pour voter, boire de l'alcool et fumer du tabac, on est assez vieux aussi pour consommer du cannabis. C'est l'âge de la majorité, l'âge pour assumer ses choix.

« Pour la CAQ, il n'y a pas de doute : l'âge légal doit être fixé à 21 ans. »

C'est justement cela, le problème : dans ce dossier, la CAQ ne doute pas... Il est pourtant parfois utile de douter un peu. Cela aide, entre autres, à remettre en question ses préjugés. À réfléchir avant de déchirer sa chemise pour les caméras.

« Philippe Couillard, de son côté compare le cannabis à l'alcool, alors qu'il est prouvé que le cannabis comporte des risques beaucoup plus graves de développer des maladies mentales. » 

La CAQ prétend que le cannabis est plus dangereux que l'alcool. Cette affirmation est partiale, car elle ne porte que sur une portion de l'ensemble des risques associés à ces psychotropes.

Il faut préciser de quel type de danger on parle, et pour quel pourcentage des usagers. Pour une minorité d'usagers vulnérables, le cannabis a des effets plus délétères - il est davantage associé aux troubles psychotiques. Mais dans l'ensemble, il est moins associé que l'alcool à d'autres problèmes, comme la dépendance et la violence.

Certes, il ne faut pas banaliser le cannabis, mais les campagnes de peur ne sont pas préférables. Si la prévention est trop alarmiste, elle perdra sa crédibilité. La CAQ semble vouloir scénariser sa propre version de Reefer Madness, film-épouvantail célébré pour son humour involontaire.

L'inquiétude des psychiatres

Les psychiatres rappellent que le cerveau se développe jusqu'à 25 ans. Avant cet âge, le cannabis peut nuire à la cognition. Il faut donc le répéter : le cannabis n'est pas inoffensif.

Ce risque sert de point de départ à la réflexion, mais il ne donne pas la solution. Pour cela, il faut passer de la psychiatrie, qui évalue les effets de la consommation sur un cerveau, et la santé publique, qui évalue l'ensemble des coûts et bénéfices sur une population. Or, ces médecins spécialistes des politiques publiques ne s'objectent pas à la légalisation à 18 ans.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer