La banalisation de La Meute

Des membres de l'association ultranationaliste La Meute ont... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Des membres de l'association ultranationaliste La Meute ont manifesté dimanche à Québec.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il existe désormais un nouveau critère pour juger un mouvement politique. Il ne garroche pas une brique dans une vitrine? Chapeau, il passe le test. Accordons-lui de la crédibilité.

On caricature à peine en décrivant ainsi la réaction aux manifestations à Québec dimanche dernier. Elles ont été décrites comme un match de lutte. D'un côté, les antifas, de l'autre, les ultranationalistes. Les commentaires d'avant-match ont mis la table : il ne doit pas y avoir de violence, répétait-on. Puis dimanche, on sortait enfin le popcorn pour voir qui donnerait le premier coup de poing. Venait ensuite l'analyse d'après-combat sous l'angle des relations publiques : alors, qui a gagné?

Misère...

Réglons d'abord la question des divers groupuscules d'extrême gauche. À leurs yeux, l'État de droit, la police et les médias sont fascistes, et pour faire valoir leurs idées, ils ont un faible pour les incendies de poubelles. Bien sûr, leur violence est imbécile. Bien sûr, il faut la dénoncer. Ce débat devrait durer deux secondes et demie.

Dimanche dernier, pour juger La Meute, des commentateurs l'ont comparée aux manifestants les plus énervés. Les ultranationalistes, au moins, manifestaient à visage découvert, se disait-on. Eux ont donné leur itinéraire aux policiers. Ils ont même défilé en silence!

On leur a ainsi fait passer le test de la respectabilité. Et si on s'intéressait à leurs idées et à leur impact?

Les marginaux d'extrême gauche existent depuis longtemps et ils n'espèrent pas convaincre les partis politiques. Au contraire, ils veulent les renverser. La respectabilité «bourgeoise», ils s'en moquent. La Meute est plus insidieuse. Elle exerce une stricte discipline sur ses membres pour normaliser son discours et le faire relayer dans nos Parlements.

Le groupe a deux visages : celui public de ses déclarations officielles, et celui de son groupe Facebook fermé aux non-membres.

«Lentement mais sûrement, nous gagnons des points dans l'opinion publique, les médias publient nos communiqués [...]. Notre nom, notre logo et notre cause commencent à être connus mondialement. Tout ça a pris 2 ans à construire et nous sommes là pour rester», se vante le groupe.

Devant les caméras, La Meute se distancie du racisme et de l'intolérance et assure militer pour le simple respect des lois sur l'immigration. Elle réussit ainsi à se normaliser.

Lundi au 98,5 FM, le conservateur Gérard Deltell a refusé d'émettre la moindre critique contre eux. Des chroniqueurs disent cette semaine ne pas vouloir juger des gens qu'ils ne connaissent pas ou tiennent à préciser que La Meute ne s'oppose qu'à l'immigration «illégale».

Pourtant, il y a matière à s'inquiéter en lisant leur dépliant officiel en ligne. Notre démocratie serait «en péril» à cause de l'islam radical. La charia nous menacerait. «Ne laissez pas ces agresseurs faire du Québec une terre d'islam. Réveillons-nous avant de faire face à nos morts, à une guerre civile, au chaos.»

Le texte se termine sur cet avertissement : «Demain, il sera trop tard».

Un rappel amical : les musulmans forment 3% de la population québécoise.

***

Dans ces pages, nous avons dénoncé l'obscurantisme sexiste du voile intégral et nous avons appuyé son interdiction aux cérémonies de citoyenneté. Nous avons critiqué Philippe Couillard quand il accusait ses adversaires de «souffler sur les braises de l'intolérance» à cause de leurs critiques sur l'immigration économique. Et nous avons soutenu qu'en faisant de l'immigration ou de la laïcité un sujet tabou, on encourageait l'extrême droite en la laissant prétendre être la seule à défendre le peuple.

Mais La Meute va beaucoup trop loin. Son ton est alarmiste et belliqueux.

Le message se lit entre les lignes : l'étranger est une menace existentielle, cessez de vous laisser faire. Le tout pimenté de théories du complot... Ce n'est pas parce qu'elle a le droit à ces propos qu'on doit l'écouter en prenant des notes.

Peut-on à tout le moins constater que ce groupe accentue le problème qu'il veut régler?

Que l'intégration des minorités religieuses se fait en bonne partie par le travail? Qu'en les dépeignant sans cesse en menace existentielle, on aggrave la méfiance, et donc la division et l'isolement? Bref, qu'en pourrissant les débats, La Meute travaille très fort à autoréaliser sa prophétie?

Le groupe n'est pas néonazi. Bravo, c'est en effet un bon point de départ. Mais sommes-nous incapables d'exiger un peu plus? Peut-on essayer de tracer dans le sable un semblant de ligne morale?




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer