Embourgeoisement : Hochelaga n'est pas un musée

« De 2003 à 2014, 835 logements résidentiels ont... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

« De 2003 à 2014, 835 logements résidentiels ont été retirés du marché à cause des condos », rappelle Paul Journet.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À Hochelaga-Maisonneuve, même le logement social peut être vandalisé par les anarchistes anti-embourgeoisement. Un projet d'appartements abordables a été barbouillé de graffitis il y a quelques semaines. Il était si bien intégré dans le voisinage que les malfaiteurs l'ont pris pour un nouvel ensemble de condos...

Hélas, l'intervention la plus extrême est celle qui retient l'attention. Celle qui sert d'ancrage au débat. À regarder le récent saccage de commerces, on pourrait croire que la colère déborde parce que les élus ne font rien. Or, le maire de l'arrondissement, Réal Ménard, n'est pas passif. Il a commandé une étude qui a permis pour la première fois de chiffrer la hausse de condos et la baisse de logements résidentiels. La conclusion :  de 2003 à 2014, 835 logements résidentiels ont été retirés du marché à cause des condos. Mais cette baisse équivaut presque à la hausse du logement social et coopératif (ajout de 830 unités depuis 2002).

D'autres études sont en cours pour savoir notamment qui arrive dans le quartier ou le quitte. Une fois ce portrait précisé, des assises se dérouleront en mai pour passer du diagnostic au remède. Afin de préparer ce travail, un comité se rencontre déjà chaque mois - il réunit entre autres le maire Ménard et la députée provinciale Carole Poirier.

Des groupuscules ont néanmoins dénoncé l'idée même de préciser le portrait. Pour eux, l'embourgeoisement est en soi un mal, et tous les moyens seraient bons pour le combattre.

Mais combattre quoi ? L'embourgeoisement, ou gentrification, est un terme d'inspiration marxiste. Il est utilisé aujourd'hui comme un slogan pour distinguer entre les bons et les méchants. « L'embourgeoisement » englobe pourtant différents phénomènes complexes : déplacement de population, modification de l'offre résidentielle et commerciale, et évolution de l'identité d'un quartier et des services aux citoyens. Certains sont positifs, d'autres négatifs.

Les urbanistes tendent donc à se méfier de ce concept très large. Pas pour en ignorer les victimes collatérales - car elles existent bel et bien. Plutôt pour mieux cibler les réels problèmes.

Pour cela, il faut mettre certaines choses en perspective. Plus de gens reviennent vivre en ville, en quête d'un autre mode de vie que la voiture et la banlieue. Ils se rendent vers les rares quartiers encore abordables à la suite du boom immobilier de la dernière décennie.

En contrepartie, au grand dam des élus, des usines ont fermé dans Hochelaga-Maisonneuve. Des travailleurs ont choisi de quitter le secteur pour vivre plus proche d'un futur emploi. D'autres sont obligés à le faire par manque d'argent. La cause n'est pas une explosion des inégalités ou de la pauvreté*. Elle vient plutôt de la hausse du prix des loyers et de la proportion de gens qui habitent seuls, et ne peuvent donc pas partager la facture.

Voilà pour le Polaroid de la population. Quels logements et commerces s'offrent à eux ? En 10 ans, 3247 condos se sont ajoutés. Mais la plupart résultent de constructions neuves ou de conversion d'édifices commerciaux. Au total, il y a une perte de 835 appartements à cause de la conversion divise ou indivise. Ce taux de conversion pourrait s'accélérer, prévient toutefois l'étude.

Dans l'ensemble, cela crée des effets positifs (pression à la hausse pour les services publics et revitalisation du quartier) et des effets négatifs. Ces problèmes se divisent en deux catégories : économiques et identitaires.

La première concerne l'offre de logement. La construction de logement social dépend d'abord de Québec et Ottawa. L'avant-dernier budget provincial a réduit de moitié l'enveloppe pour les construire. On a augmenté en contrepartie le supplément au loyer destiné aux ménages à faibles revenus. Les intervenants sur le terrain dénoncent toutefois cette complexe bureaucratie qui n'aide pas toujours les gens vulnérables.

L'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve est par contre deux fois plus exigeant que ses voisins auprès des promoteurs privés. Pour chaque 100 unités de condos, il exige 15 unités « abordables ». Et sur le terrain, il intègre bien les différentes catégories de logement abordable pour ne pas créer de ghetto de pauvres. La preuve : des vandales ont confondu des unités abordables avec les condos...

Reste à vérifier si le logement abordable construit va vraiment aux gens du quartier et si les droits des locataires sont bien respectés lors des tentatives de conversion en condo.

L'autre volet, identitaire, est plus complexe. Car les quartiers changent inévitablement avec le temps, tout comme la société elle-même. Les nouveaux résidants arrivent avec leurs propres habitudes de consommation, ceux qui modifient l'offre commerciale. C'est d'ailleurs pour cela que même les étudiants, pourtant peu riches, sont parfois qualifiés de « gentrificateurs ». Par exemple, le café du barista équitable remplace celui de la grande chaîne. Le voisinage change ainsi peu à peu...

On peut comprendre que cela provoque un malaise sincère chez les vieux résidants, qui voient le marketing immobilier changer jusqu'au nom de leur quartier, devenu « HoMa », cet eldorado hipster-familial qui borde la ligne verte.

Mais le Hochelaga d'antan fantasmé ne correspond pas à la réalité. La mixité sociale était bien présente il y a quelques décennies. Et surtout, les quartiers ne sont pas des musées. Ils n'arrêtent jamais de changer. Il faut juste s'occuper des gens que cela rend vulnérables.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer