Notre pain, nos Jeux, nos taxes

Pour battre ses rivales, une ville candidate est... (PHOTO NATHAN DENETTE, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Pour battre ses rivales, une ville candidate est incitée à présenter le plus beau et gros projet, rappelle notre éditorialiste. Sur la photo, Sotchi, en Russie, où se sont déroulés les Jeux d'hiver de 2014.

PHOTO NATHAN DENETTE, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il n'y a pas de mal à ce que la ville de Québec rêve aux Jeux olympiques de 2026. L'important sera de se réveiller à temps pour éviter le cauchemar.

Or, les derniers signes vitaux sont inquiétants. La fièvre réapparaît, et les paupières de certains recommencent à devenir lourdes.

La semaine dernière, les sirènes du Comité international olympique (CIO) ont attiré Régis Labeaume jusqu'en Suisse. Cela ne signifie pas que Québec est en « mode olympique », a répété le maire environ 743 fois. Mais on s'en approche tout de même un petit peu...

Certes, on ne peut reprocher à M. Labeaume d'avoir accepté l'invitation. Et on ne peut qu'être d'accord avec sa condition : que Québec accueille les Jeux d'hiver seulement s'il s'agit des « plus modestes » de notre ère.

Mais cela ne suffit pas à rassurer. Car depuis 40 ans, autant les Jeux « modestes » que pharaoniques se sont conclus par un déficit. Et malgré son opération de charme, le CIO continue de faire partie du problème.

***

Comme le démontre l'économiste Andrew Zimbalist dans Circus Maximus*, les villes candidates surestiment systématiquement leurs revenus. Par exemple, le tourisme ne bondit pas tel que prévu. Il baisse même parfois durant les Jeux, par crainte des prix ou de l'achalandage, comme ce fut le cas entre autres à Atlanta et à Pékin.

Et surtout, les villes sous-estiment les coûts. Cela s'explique entre autres par la sécurité toujours plus lourde, les exigences du CIO toujours plus capricieuses, et enfin par la « malédiction du gagnant ».

Pour battre ses rivales, une ville candidate est incitée à présenter le plus beau et gros projet. Un projet si ambitieux qu'elle sera perdante d'avoir gagné, car elle devra payer ce qu'elle a promis.

Cette spirale ruineuse a fini par conduire à un mur. Pour les Jeux de 2022, presque toutes les villes se sont désistées. Il n'est resté que deux candidates, du Kazakhstan et de la Chine. Seuls les régimes autoritaires réussissent à faire accepter les Jeux...

Cela explique pourquoi le CIO a lancé une réforme à la fin de 2014. On permet désormais les candidatures de villes conjointes, comme un tandem Québec-Lake Placid.

Il s'agit bien sûr d'une bonne nouvelle. Québec n'aurait pas besoin de modifier la piste de descente du Massif ni de construire une coûteuse piste de bobsleigh.

Reste qu'il ne faut pas être dupe. Si le CIO a invité M. Labeaume en Suisse, c'est pour recréer une compétition entre les villes candidates.

Le maire veut maintenant s'inspirer des Jeux « modestes » de Lillehammer. Curieux choix. L'événement a coûté 277 % plus cher que prévu. La station de ski a même été vendue à un dollar pour éviter la faillite.

Le modèle de Québec devrait plutôt être Los Angeles. Après les désastres de Munich (1972) et Montréal (1976), le CIO peinait alors à trouver des candidats. La métropole californienne a été la seule à se manifester. Elle en a donc profité pour imposer ses conditions. Le financement serait en majorité privé, le CIO serait responsable des pertes, et on utiliserait des installations modestes déjà construites, comme des dortoirs universitaires pour héberger les athlètes. Ces Jeux furent parmi les rares à se solder par un petit profit, d'environ 215 millions.

Voilà le rapport de force que doit chercher Québec. Il se construira les yeux grands ouverts, en pensant plus aux chiffres qu'au rêve.

Circus Maximus : The Economic Gamble Behind Hosting the Olympics and the World Cup, Andrew Zimbalist, Brookings Institution Press, 2015

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer