La science aux toilettes

Au-delà des phrases-chocs, notre éditorialiste cherche à expliquer... (PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Au-delà des phrases-chocs, notre éditorialiste cherche à expliquer dans les nuances le dossier des eaux usées qui seront déversées dans le fleuve.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si on se préoccupe du fleuve Saint-Laurent, la nostalgie n'est pas justifiée. La qualité de son eau s'améliore depuis trois décennies, et cela continuera malgré le déversement prévu par Montréal de 8 milliards de litres d'eaux usées. Ce sera même un des effets à long terme de ces travaux, malgré leur inconvénient immédiat.

On comprend, bien sûr, le dégoût de la population. Il s'agit, selon son sport préféré, de quelques piscines ou stades olympiques remplis de liquides excrémenteux qui seront expédiés dans le fleuve. Mais dans cette surenchère d'images-chocs, la science a été assommée à coups de pelle. Cette étourderie a fait perdre toute perspective historique.

Il faut distinguer entre deux réseaux : l'eau qu'on rend potable, dont la qualité est bonne, et les eaux usées qu'on traite pour pouvoir les rejeter dans la nature. C'est ce deuxième volet qui inquiète ici, mais beaucoup moins qu'auparavant.

Dans les années 70, toutes les eaux usées de Montréal étaient encore rejetées dans le fleuve. Le « flushgate » se déroulait 24 heures sur 24. De grands travaux ont été entrepris pour construire des intercepteurs, de vastes tuyaux qui acheminent les eaux usées (domestiques et industrielles) ainsi que les eaux pluviales jusqu'à une usine d'épuration.

Cette usine, située dans l'est de l'île, est en activité depuis 1984. Il a toutefois fallu attendre une autre décennie pour qu'elle soit raccordée à toutes les eaux usées de l'île.

Ce système pose aujourd'hui deux problèmes. Le premier : à cause du volume colossal d'eau qui y aboutit, on n'y effectue qu'un traitement primaire. Cela permet de recueillir l'essentiel des matières organiques, mais la vaste majorité des virus, bactéries, hormones et résidus de médicaments ne sont pas éliminés. Ils se retrouvent donc dans le fleuve, et le déversement d'une semaine prévu par Montréal n'y changera rien. Depuis le début des années 90, Montréal prépare un deuxième traitement. 

On a opté pour la décontamination par l'ozone, qui commencera en 2018. Le traitement ne sera toutefois utilisé que de mai à octobre.

L'autre problème du système actuel : les tuyaux de Montréal mélangent à plusieurs endroits les eaux pluviales avec les eaux usées. Lors de la fonte de neige ou de précipitations importantes, le réseau déborde. Une partie de l'eau se déverse ainsi directement dans le fleuve, sans être traitée.

Or, les travaux que prépare l'Administration Coderre réduiront ce risque. Certes, l'objectif principal est de convertir l'autoroute Bonaventure, cette cicatrice urbaine, en boulevard vert. Pour cela, on réaménagera une chute de neige, en plus d'en profiter pour nettoyer un segment de l'intercepteur, afin de réduire les déversements pour le futur.

En contrepartie, on provoquera un déversement durant une semaine.

Le débit massif du fleuve aidera à diluer les déchets organiques. Le risque provient surtout d'autres contaminants et de particules qui pourraient s'amonceler puis se déposer plus loin. Cet inconvénient demeure toutefois relativement « négligeable », conclut le GRIL (Groupe de recherche interuniversitaire en limnologie et environnement aquatique). Même son de cloche de la part de quatre chercheurs indépendants interviewés pour cet éditorial, ainsi que d'un groupe de cinq professeurs de Polytechnique Montréal.

Hélas ! avec plus de transparence, ces nuances auraient pu être expliquées aux citoyens. De cela, l'administration Coderre est responsable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer