Ondes de choc

Il a plu toute la journée. Il a... ((Photo Le Quotidien, Marianne L. St-Gelais))

Agrandir

Il a plu toute la journée. Il a fait froid. Et pourtant, quelque 1800 personnes ont fait un pied de nez à Dame nature, hier soir, afin d'assister à la prestation de Pierre Lapointe en ouverture de la 26e édition de Jonquière en musique.

(Photo Le Quotidien, Marianne L. St-Gelais)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Boulanger
La Presse

« Vivre en ce pays, c'est comme vivre aux États-Unis », a écrit Pierre Calvé. Sa chanson fait partie de notre répertoire national grâce, en partie, aux quotas sur la musique vocale francophone (MVF) dans les stations de radio. Or, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) envisage de les affaiblir,  probablement pour ressembler davantage aux Américains.

Marie-Mai... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Marie-Mai

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Le 16 novembre prochain, le CRTC va tenir une audience publique pour examiner la question des quotas de musique en français. Le Conseil entendra le Regroupement des propriétaires de radios commerciales françaises au Québec. Celui-ci désire fixer à 35 %, au lieu de 65 %, le plancher de diffusion de MVF chaque semaine.

Les radios soutiennent qu'avec l'arrivée sur le marché des plateformes numériques, les habitudes d'écoute des consommateurs ont changé. Elles citent un sondage réalisé par Substance stratégies, en août, qui indique que les auditeurs âgés de 18 à 55 ans, le public prisé par les annonceurs, écoutent en moyenne 28 % de MVF.

De leur côté, le gouvernement du Québec et l'ADISQ demandent de maintenir les quotas actuels des radios commerciales. Pour la ministre de la Culture, Hélène David, c'est justement à cause de la popularité des Spotify, Deezer et autres plateformes de musique en ligne qu'on doit garder ces ratios.

Le fossé entre les demandes de l'industrie musicale et celles des radios commerciales francophones est énorme. D'où l'importance de l'examen du CRTC. L'organisme n'existe pas depuis 50 ans pour épouser la loi de l'offre et la demande, mais bien pour superviser nos ondes publiques, en veillant à ce que les Canadiens aient accès à un contenu qui reflète notre identité nationale. Sans oublier la nécessité de protéger une langue menacée en Amérique.

Les radios sont des espaces privilégiés de diffusion, des porteurs de voix pour enrichir notre culture, pas seulement des entreprises commerciales.

Avoir accès aux ondes est un privilège, en échange duquel le CRTC fixe un cadre et des règlements. Non par caprice, mais parce que « les diffuseurs privés doivent atteindre les objectifs politiques, sociaux, économiques et culturels prévus dans la loi. L'application de quotas sur le contenu musical local fait partie de leur engagement », lit-on sur le site du CRTC.

Il y a aussi des gens qui défendent les radios commerciales pour des raisons de liberté. Selon eux, en 2015, on ne peut pas forcer les gens à écouter des chansons francophones à la radio, alors qu'on peut choisir n'importe quelle musique qu'on aime sur Internet. Alors donc, sous prétexte qu'on vit à l'ère numérique, les lois en matière culturelle seraient inutiles ? La question ici n'est pas la liberté de choix des consommateurs, mais de la responsabilité des entreprises.

Dans les années 60, le palmarès des radios québécoises faisait tourner toujours les mêmes tubes américains. L'originalité des groupes de musique québécois était de reprendre des succès anglais en français. Un demi-siècle plus tard, la diversité et la créativité des interprètes au Québec et au Canada reposent sur la diffusion du contenu francophone local. Et l'apparition des quotas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer