Pour en finir avec l'autoroute sur la montagne

« Les habitués du mont Royal savent trop bien... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

« Les habitués du mont Royal savent trop bien que de tous les usagers, ce sont les automobilistes qui ont les accès les plus faciles et conviviaux à ce lieu », déplore François Cardinal.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Allons-y d'une prédiction : dans quelques années, on regardera en arrière et on se demandera comment on a pu accepter aussi longtemps que le mont Royal soit traversé par une autoroute...

« Les habitués du mont Royal savent trop bien... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

« Les habitués du mont Royal savent trop bien que de tous les usagers, ce sont les automobilistes qui ont les accès les plus faciles et les plus conviviaux à ce lieu », déplore François Cardinal.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

La mort tragique de Clément Ouimet sur la voie Camillien-Houde a beau être la conséquence d'une manoeuvre automobile illégale, on ne peut faire abstraction du lieu où elle est survenue : l'espace vert le plus majestueux de la métropole, censé offrir à ses usagers tranquillité, convivialité... et sécurité. 

On accepte en effet depuis trop longtemps cette immense entaille qui enlaidit la montagne, permet de rouler en auto à grande vitesse et mine l'expérience des usagers pour lesquels elle a pourtant été aménagée il y a plus de 140 ans. 

Il faut se rappeler par qui et pourquoi ce bijou naturel a été mis en valeur à l'époque. Avant d'être un obstacle à aplatir pour automobilistes pressés, le mont Royal fut l'oeuvre du grand Frederick Law Olmstead, celui-là même qui a signé Central Park à New York. 

Aux yeux du père de l'architecture de paysages en Amérique du Nord, la montagne était un remède aux affres de l'urbanisation. C'était un lieu qui remplissait une « fonction thérapeutique » pour les Montréalais. C'était aussi un relief à découvrir du bas vers le haut... lentement, pour en savourer toutes les qualités. 

Dans les années 50, la firme new-yorkaise Clarke et Rapuano a été invitée à moderniser les lieux. Les architectes paysagistes ont alors proposé un « parkway » pour voitures, non pas pour qu'elles court-circuitent le trafic en aval, mais pour que leurs occupants aient le privilège de profiter des vues et de la topographie de la montagne... lentement, pour en savourer toutes les subtilités. 

« Les parcs, écrivaient-ils, sont pour les gens ; les automobiles [...] sont des éléments secondaires de transport et doivent donc être traités comme tels. Ils ne doivent pas déranger, ni visuellement ni par le bruit. » 

Aujourd'hui, hélas, c'est tout l'inverse. Les habitués du mont Royal savent trop bien que de tous les usagers, ce sont les automobilistes qui ont les accès les plus faciles et les plus conviviaux à ce lieu... censé être la quintessence de la quiétude ! 

Les accès à pied sont compliqués, sauf celui du monument à George-Étienne-Cartier. Les va-et-vient pour les clients de la ligne d'autobus 11 sont dangereux. Et la circulation à vélo est périlleuse, peu importe la vitesse à laquelle on roule. 

Il est donc plus que temps, en 2017, alors qu'on parle constamment de développement durable et de ville à échelle humaine, de revenir à la vision initiale de la montagne.

Il est temps d'éliminer complètement la circulation de transit sur la voie Camillien-Houde. Il est temps d'abandonner un raccourci automobile certes pratique, à laquelle on s'est habitués avec le temps, mais qui n'a pas du tout sa place là. 

Entendons-nous, l'accès en voiture est important pour que tous profitent des lieux, comme le voulaient Gilmore Clarke et Michael Rapuano. Mais empêchons le passage d'un bord à l'autre en érigeant simplement une barrière (sauf pour les véhicules d'urgence, les bus et les vélos) et en transformant Camillien-Houde en deux boucles fermées, l'une à partir d'Outremont, l'autre de Côte-des-Neiges. 

On a su améliorer la situation ces dernières années en réaménageant le chemin Remembrance, mais ce n'était qu'un timide pas dans la bonne direction. Il est temps de redonner à la montagne sa vocation centenaire, de cicatriser cette balafre et de redonner aux usagers la sécurité que commande un lieu aussi emblématique.

Le mont Royal... 

Tel que conçu en 1846

« Un itinéraire lent et cérémoniel du pied de la montagne vers le sommet, sur un seul chemin principal dont les méandres devaient se dérouler comme au flanc d'une montagne escarpée. » 

 - Frederick Law Olmstead 

Tel que modernisé en 1959

« Les parcs sont pour les gens ; les véhicules automobiles qu'ils peuvent utiliser pour se rendre au parc ou à proximité sont des éléments secondaires de transport et doivent donc être traités comme tels ; ils ne doivent pas déranger, ni visuellement ni par le bruit ; ils sont un mal nécessaire, des ajouts utiles à la jouissance du parc. » 

 - Michael Rapuano

Sources : Plan de mise en valeur du mont Royal de 1992 et Lettre de Michael Rapuano à Lucien L'Allier, février 1960.

«« L'espace vert le plus majestueux de la métropole est censé offrir à ses usagers tranquillité, convivialité... et sécurité. »»





À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer