Échangeur Turcot : le mensonge

«Le projet de reconstruction de l'échangeur Turcot qu'on... (ILLUSTRATION FOURNIE PAR LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS)

Agrandir

«Le projet de reconstruction de l'échangeur Turcot qu'on nous avait vendu il y a une demi-douzaine d'années a peu à voir avec celui qu'on érige actuellement», explique François Cardinal.

ILLUSTRATION FOURNIE PAR LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Finalement, on s'en est fait passer une petite vite...

Le projet de reconstruction de l'échangeur Turcot qu'on nous avait vendu il y a une demi-douzaine d'années a peu à voir avec celui qu'on érige actuellement. C'est ce que prouve l'abandon de la fameuse dalle-parc, une portion plus névralgique qu'on pense de ce mégaprojet.

Rappelons-nous les promesses faites en 2010 par le gouvernement libéral. Le ministre des Transports de l'époque, Sam Hamad, avait déposé un concept plutôt ordinaire qui faisait la part belle à l'auto sans souci pour l'environnement urbain tout autour.

Mais pour convaincre le maire Gérald Tremblay et les Montréalais du mérite de ce projet qui semblait avoir été dessiné dans un bureau de fonctionnaire à Québec, le ministre avait pimenté son « pitch de vente » de quelques concessions... et d'une bonne dose de poudre aux yeux!

Il ne voulait pas réduire la capacité routière, mais il acceptait de ne pas l'augmenter pour mieux faire passer le projet. Il refusait d'éliminer les expropriations et les constructions en remblai, mais il en diminuait le nombre. Il n'osait pas prioriser les transports en commun, mais il ajoutait quelques voies réservées pour montrer sa bonne volonté.

Et pour être bien certain de convaincre tout le monde, il avait alors présenté une vidéo époustouflante... qui n'était rien d'autre qu'une publicité trompeuse finalement. Pas étonnant qu'elle ait disparu de tous les sites officiels depuis!

On y vantait les «400 000 m2 à développer» et les «milliards en retombées»... même si on sait aujourd'hui qu'il n'y a pas un sou mis de côté pour décontaminer les terrains censés accueillir tous ces édifices.

On y voyait un beau tramway moderne serpenter sur un tapis de gazon... même si un tel moyen de transport n'est pas davantage prévu aujourd'hui qu'il ne l'était en 2010.

Et on promettait surtout un «désenclavement des quartiers» ainsi qu'un «lien entre le canal de Lachine et la Falaise Saint-Jacques»... grâce à une dalle-parc de 1900 m2 qui surplombait l'autoroute 20. L'élément était fondamental, car il s'agissait de la seule façon de traverser les voies routières et ferroviaires à pied et en vélo.

C'est cette vision qui avait permis au maire Tremblay de dire oui au projet, même si c'était du bout des lèvres. C'est ce concept qu'on avait vendu aux Montréalais avant que le gouvernement péquiste en modifie certains éléments en 2012, tout en conservant l'essentiel du projet.

Ce qu'on n'avait pas réalisé il y a cinq ans, par contre, c'était la disparition définitive de la fameuse dalle-jardin. Disons que le ministère des Transports (MTQ) s'était bien gardé de publier une nouvelle vidéo explicite, se contentant à l'époque de préciser que la «planification urbaine» du projet «n'est pas complétée».

Or on sait aujourd'hui que cet espace vert suspendu et son mât à haubans sont carrément abandonnés pour différentes raisons, surtout financières dit-on. Comme s'il fallait sacrifier cette modeste portion de 40 millions pour éviter un dépassement de coûts à un projet qui frôle les... 4 milliards!

Le jupon automobile du MTQ dépasse manifestement : loin d'être le «ministère de la mobilité durable» qu'il prétend être, il est encore et toujours le ministère des routes et de la voirie.

Il prouve une fois de plus qu'il est coincé en 1950 en éliminant de son monstre de béton cette toute petite parcelle verte qui, finalement, n'était rien de plus que du «greenwashing».

Le Ministère nous a donc vendu un projet pharaonique en déguisant la vérité.

Il a prétendu retisser des quartiers qui demeurent enclavés. Il a promis un échangeur franchissable à pied et à vélo qu'il faudra contourner par un détour de 7 kilomètres.

Ce n'est donc pas qu'une dalle-parc qu'il faut sauver, c'est l'esprit du projet initial.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer