Quand des syndicats tuent l'initiative...

Les parents de l'école Capitaine-Luc-Fortin se sont impliqués... (PHOTO LE CANADA FRANÇAIS)

Agrandir

Les parents de l'école Capitaine-Luc-Fortin se sont impliqués non pas pour exécuter des travaux d'urgence, mais pour faire une surprise aux enfants.

PHOTO LE CANADA FRANÇAIS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Gare à ceux qui souhaitent s'impliquer de bonne foi à l'école, les centrales syndicales vous ont à l'oeil.

Après s'être attaqués au Lab-École et à ses porte-parole bénévoles « au nom des enfants », voilà que les syndicats s'en prennent à une nouvelle cible, encore une fois « au nom des enfants » : les « parents peintres ».

Rappelons l'histoire de cette petite école de Montérégie qui a eu droit à une visite de la Commission de la construction aussi sympathique qu'une descente de police.

Début mars, profitant de la relâche, une trentaine d'amis, d'élus, de parents et de grands-parents décident de se retrouver à l'école Capitaine-Luc-Fortin. Leur objectif : faire plaisir aux élèves en repeignant les murs avec des couleurs éclatantes.

« On dit que ça prend une ville pour élever un enfant, ça résumait le projet, a raconté un des peintres du dimanche au journal Le Canada Français. On voyait des parents qui gardaient les enfants des autres familles pour libérer des mains. C'était beau à voir. » Jusqu'à ce qu'une plainte soit déposée par quelqu'un quelque part.

Une inspectrice débarque alors forte de son autorité, somme les bénévoles de cesser immédiatement les travaux et... les menace tous d'une amende !

La ministre du Travail intervient quelques jours plus tard, promet de changer la loi pour permettre l'implication bénévole et bloque la transmission du dossier... au Directeur des poursuites criminelles et pénales !

Puis la FTQ-Construction prend le crachoir, fustige l'implication des parents forcés de faire du bénévolat et prédit en cas de récidive... la mort par asphyxie d'enfants « pognés dans une cage d'escalier » retapée par « un parent qui a juste voulu aider » !

Réflexe syndical primaire ? Zèle bureaucratique ? Corporatisme aveugle ?

Toutes ces réponses, hélas. La réaction des autorités de la construction, en plus d'être démesurée, révèle en effet une étrange vision de l'initiative bénévole. Comme si ces parents étaient embrigadés de force, comme si l'école avait choisi de faire appel à du « cheap labor », comme s'ils étaient des « voleurs de jobs », en fait !

On parle ici de parents qui, la main sur le coeur, ont simplement voulu faire une surprise aux enfants. Des parents qui ont profité de la commandite d'un commerce local qui a offert généreusement la peinture. Des parents qui n'ont pas refait la boîte électrique ni la plomberie, mais qui se sont contentés de quelques coups de pinceau sous la direction d'un entrepreneur-peintre (doté de ses cartes de compétence) qui dirigeait le joyeux groupe, lui aussi bénévolement.

Et la FTQ de répondre que « ces mêmes parents paient déjà largement leur juste part d'impôts et de taxes au gouvernement » pour ne pas avoir à « se sentir obligés d'aller peinturer les murs d'une école » !

Un argumentaire qui ressemble à celui des cols bleus de Montréal qui, il y a 10 ans, avaient fustigé l'idée que les citoyens et les commerçants balayent le trottoir devant chez eux !

Quel curieux corporatisme ! Quelle vision étriquée de l'esprit de communauté ! Quelle curieuse réaction face à un élan de générosité qu'on met en parallèle avec les impôts payés, comme si la hauteur de ces derniers exemptait les Québécois de bénévolat ! Comme si l'un était un substitut de l'autre !

Pourtant, on trouve merveilleux que des parents donnent quelques heures à la bibliothèque, sans que les bibliothécaires sortent leurs casseroles.

Les écoles font aussi appel aux parents pour épauler les profs pendant les sorties, participer à la plantation de jardins communautaires ou tenir des ateliers de cuisine.

Et on ne s'en offusque pas, car on sait que ces différentes activités bénévoles n'ont rien de forcé, qu'elles se font de bon coeur, qu'elles accroissent le sentiment d'appartenance à la communauté... exactement comme la peinture de l'école Capitaine-Luc-Fortin.

Le lien entre ces implications diverses, c'est qu'elles ne visent pas à combler les mesures d'austérité du gouvernement, mais bien les immenses besoins du système scolaire qui, même avec la plus grande volonté gouvernementale, ne pourraient tous être comblés par l'État.

À l'évidence, l'objectif des bénévoles menacés de sanction n'était pas d'ouvrir une brèche dans laquelle s'engouffreront à l'avenir les commissions scolaires en demandant aux parents de remplacer les employés de soutien. Ils souhaitaient simplement s'impliquer pour faire sourire les enfants. Bravo !




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer