Sale multiculturaliste !

François Cardinal... (PHOTO LA PRESSE)

Agrandir

François Cardinal

PHOTO LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À lire les journaux, à écouter la télé et la radio, on croirait le Québec peuplé de vilains « multiculturalistes », expression à connotation négative qui se retrouve chaque jour dans les médias.

L'expression sert habituellement à discréditer toute personne favorable au maintien ou à la hausse des seuils d'immigration. Elle vise sans discrimination le péquiste Alexandre Cloutier et le libéral Philippe Couillard. Elle est utilisée comme munition contre « la gauche mondaine et urbaine ».

Or, l'emploi à outrance de cette « insulte » est pour le moins curieuse, car le véritable multiculturalisme n'existe tout simplement pas au Québec...

La commission Bouchard-Taylor a rejeté le modèle du multiculturalisme canadien, qui n'est « pas adapté » à la réalité québécoise. La quasi-totalité des intervenants qui se sont exprimés lors des consultations l'ont rejeté. Les spécialistes en sciences sociales du Québec le rejettent presque à l'unanimité.

L'ensemble des partis représentés à l'Assemblée nationale rejette aussi le multiculturalisme. Et tous les gouvernements du Québec l'ont rejeté depuis près de 50 ans. Tous. Peu importe leur allégeance.

Et pourtant, ceux-là même qui se disent victimes d'une « disqualification médiatique » se servent aujourd'hui de cette expression galvaudée pour disqualifier (dans les médias) ceux qui ne pensent pas comme eux.

Ils profitent d'un flou entretenu sur l'expression pour amalgamer deux façons distinctes d'approcher la diversité, celle des Canadiens attachés au multiculturalisme tel que défini par Trudeau père et celle des Québécois pluralistes ouverts à la diversité...

Or, la différence est grande entre l'un et l'autre. Il y a dans la version canadienne le rejet de l'idée même d'une culture officielle au pays, voire d'une majorité ; alors qu'au contraire, l'accueil de la diversité au Québec s'appuie sur une « culture fondatrice » et une « langue commune » qu'il importe de préserver.

C'est ce qu'on appelle l'interculturalisme, à mi-chemin entre le multiculturalisme, le melting-pot à l'américaine et l'intégration à la française.

On peut certainement être en désaccord avec cette approche. On peut y voir du relativisme culturel. On peut juger que les spécificités de la société d'accueil doivent être mieux protégées.

Mais on ne peut pas qualifier les pluralistes québécois de multiculturalistes. Et on ne peut surtout pas les relier à un modèle politique jadis perçu comme une négation de la nation québécoise !

C'est au mieux un « fait alternatif », au pire un mensonge éhonté dont le matraquage sert à diaboliser un groupe précis, à la manière des « fake news » de Donald Trump.

En fait, le mot multiculturaliste aurait intérêt à disparaître du débat public québécois, sauf lorsqu'il fait référence à l'idéologie politique canadienne qui n'a jamais été acceptée au Québec. Pour les autres définitions qu'on en donne, il y a toujours un mot plus juste, plus adéquat, plus précis, confirme le politologue François Rocher, qui en a fait un sujet d'étude.

Une société est « diversifiée » entre autres par son caractère pluriethnique (plutôt que multiculturel). Une politique publique est pluraliste. Une philosophie politique peut promouvoir la tolérance, l'ouverture, le respect des libertés individuelles. Autant de mots, d'expressions, de qualificatifs qui ont le mérite de nommer une réalité complexe plutôt que de discréditer et d'insulter.

De la même manière que les nationalistes identitaires ne sont ni racistes ni islamophobes, les pluralistes Québécois n'ont rien de multiculturalistes.

«« L'utilisation à outrance de cette « insulte » est pour le moins curieuse, car le multiculturalisme n'existe pas au Québec... »»





publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer