Montréal: star de l'intelligence artificielle

François Cardinal... (Photo La Presse)

Agrandir

François Cardinal

Photo La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il a été invité à Tout le monde en parle. Il a été reçu aux Grands entretiens de Radio-Canada. Il a été personnalité de la semaine de La Presse, sans compter les tribunes, reportages et éloges qu'on a pu lire dans le New York TimesWired et tous les médias qui comptent sur la planète.

Yoshua Bengio... (Photo fournie par Ici Radio-Canada) - image 1.0

Agrandir

Yoshua Bengio

Photo fournie par Ici Radio-Canada

Yoshua Bengio est une « véritable rock star », pour reprendre les mots d'Alexandre Taillefer. Une «rock star» de l'intelligence artificielle, un domaine scientifique parmi les plus « hot » sur la planète, dont l'un des épicentres mondiaux est... Montréal.

Ne boudons pas notre plaisir et applaudissons. Car voilà une situation enviable que nous jalousent bien des grandes villes au moment où l'essor de cette filière technologique est comparé à la naissance de l'électricité, tant elle est appelée à bousculer tous les secteurs d'activité.

L'intelligence artificielle, c'est la machine qui apprend, le robot qui raisonne, l'automate qui accomplit des tâches normalement réservées à un être humain doté d'un bagage de connaissances.

Pensez à Siri dans votre iPhone ou à la sélection personnalisée que vous offrent Netflix et Amazon. Pensez à la reconnaissance vocale, aux voitures autonomes, aux conseillers automatisés qui gèrent les placements financiers. Pensez aussi aux diagnostics médicaux faits par ordinateur, ou encore à l'interprétation informatique d'images de radiologie.

Pas étonnant que de la Chine aux États-Unis en passant par la France et le Royaume-Uni, les grands pays sont dans la course à l'intelligence artificielle. Une course que mènent quelques rares pays, dont le Canada, grâce à Montréal en très bonne partie, mais aussi à Toronto et à Edmonton.

Mais pour combien de temps encore?

***

Si Montréal a aujourd'hui une place de choix dans le domaine de l'intelligence artificielle, c'est que de bonnes décisions ont été prises dans le passé. C'est que des chercheurs comme Yoshua Bengio ont été des pionniers, des fonds leur ont été accordés, des talents ont suivi.

C'est ce qui a permis de développer ici la plus importante masse critique de chercheurs en milieu académique au monde, en plus d'attirer les Google et Microsoft, qui ont récemment annoncé des investissements de plusieurs millions à Montréal.

Mais la concurrence est féroce dans ce domaine qui progresse à la nanoseconde. Les pays de la planète ont pour objectif d'arracher au Canada sa position de tête, ses cerveaux, ses étudiants.

Comment donc répliquer? Comment s'assurer de rester au sommet? Comment former plus de chercheurs, retenir ceux qui étudient ici et attirer, tant qu'à y être, ceux qui n'apprécient pas le climat aux États-Unis?

Yoshua Bengio de l'Université de Montréal et ses confrères les plus en vue (comme Joelle Pineau du Reasoning and Learning Lab et Denis Thérien, tous deux de McGill) ont un plan: s'allier aux autres grandes villes du pays pour créer un réseau scientifique unique et puissant.

Un réseau canadien de trois superlaboratoires implantés à Montréal, Toronto et Edmonton. Trois villes qui ont des forces complémentaires et qui auraient plus intérêt à collaborer qu'à se battre.

«Pour qu'on ait un poids mondial, il faut se coordonner, il faut présenter un front commun, croit Yoshua Bengio. Montréal et Toronto sont fortes, mais en travaillant isolément, elles le sont beaucoup moins sur la scène internationale que pourrait l'être un Canada unifié.»

***

Mais voilà, cette idée poussée ici comme ailleurs au pays par l'Institut canadien de recherches avancées (ICRA) a besoin d'un coup de pouce des gouvernements pour se concrétiser. Elle a besoin d'être initiée par des fonds provinciaux pour que le fédéral emboîte le pas.

« Il existe bien sûr une rivalité entre les villes et les universités, mais le milieu académique travaille bien mieux en mode collaboratif, dans un environnement propice aux échanges et aux contacts quotidiens », explique Denis Thérien, vice-président de l'ICRA.

L'Ontario, selon de fortes rumeurs, s'apprête ainsi à verser plusieurs dizaines de millions comme mise de fonds pour la création d'un superlaboratoire. Une idée qui devrait inspirer Québec à quelques mois de la publication du budget provincial et du dévoilement de la Stratégie de la recherche et de l'innovation.

Les superlabos (ou instituts scientifiques indépendants du genre Broad Institute, à Boston) permettraient en effet de pousser l'intelligence artificielle encore plus loin. Ils amélioreraient les conditions de travail des étudiants et chercheurs, augmenteraient les ressources et les équipements disponibles, constitueraient un lieu d'accueil pour les chercheurs invités.

Ces laboratoires, qui seraient situés à l'extérieur des universités, créeraient aussi des ponts entre les scientifiques et les entreprises, entre les chercheurs et les start-ups d'ici, entre la recherche et ses applications concrètes, au quotidien.

Il existe une volonté politique à Québec, réitérée à Davos ces derniers jours, de contribuer au développement de l'intelligence artificielle. Tendre la main à Yoshua Bengio, aux chercheurs et aux autres villes du pays permettrait certainement d'y arriver.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer