«My pronunciation is horrible. Mais j'apprends...»

François Cardinal... (Photo archives La Presse)

Agrandir

François Cardinal

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« Débat laborieux. »

«Dure soirée pour le français.»

«La langue française écorchée.»

Une déferlante de reproches et de moqueries s'est abattue sur les aspirants à la direction du Parti conservateur au lendemain du débat de Québec. Au moins la moitié des candidats ont été ridiculisés pour leurs efforts en français... alors qu'on aurait dû les féliciter!

Le charcutage linguistique auquel plusieurs ont fait référence n'a tout simplement pas eu lieu. À part les caricatures qu'étaient Deepak Obhrai, Kellie Leitch, et dans une moindre mesure, Lisa Raitt et Brad Trost, on a plutôt eu droit à des échanges intelligibles à la hauteur de la dualité linguistique du pays. Ce qui est bien la moindre des choses pour des aspirants premier ministre.

Pas moins de 9 des 13 candidats ont réussi à s'exprimer dans un français convenable. On aurait espéré qu'ils soient tous en mesure de le faire, bien sûr. On aurait souhaité un français plus spontané et de plus grande qualité pour certains d'entre eux. Mais ce ratio montre que le débat n'a pas été aussi catastrophique qu'on le prétend.

Et de toute façon, comment peut-on exiger des anglophones qu'ils s'efforcent de parler dans les deux langues officielles... et le leur reprocher quand ils le font?

C'est d'autant plus contradictoire qu'il y avait mardi soir des éléments positifs à souligner. Le fait, par exemple, que quatre anglophones aient livré un plaidoyer senti en faveur du fait français au Canada (Chong, O'Toole, Scheer et Lemieux). Le fait que le député Chris Alexander, originaire de Toronto, ait parlé un français impeccable, ou que son collègue de la Colombie-Britannique Rick Peterson se soit aussi bien débrouillé. Ou encore, le fait qu'Andrew Scheer ait amélioré son français de façon remarquable ces derniers mois.

À la limite, si on se faisait vraiment magnanime, on pourrait même donner une tape dans le dos à M. Obhrai («My pronunciation is horrible, horrible. Mais j'apprends, j'apprends...») qui a au moins fait acte de présence, contrairement à Kevin O'Leary, qui a attendu le lendemain pour officialiser sa candidature. Une décision cynique qui l'a totalement discrédité.

Bien sûr, au Québec, nous souhaitons avoir des candidats couramment bilingues, capables de converser dans les deux langues sans notes ni préparation. Mais de la même manière que Jean Chrétien et Stéphane Dion avaient un accent québécois prononcé, un chef de parti peut certainement maîtriser une langue plus que l'autre, comme Jack Layton jadis.

L'important, c'est la volonté de parler dans les deux langues. C'est d'être compris sans effort... et de se comprendre soi-même lorsqu'on ouvre la bouche. Et c'est aussi l'engagement d'améliorer son français lorsque les bases sont déjà là, comme l'a fait Stephen Harper en son temps.

Lisa Raitt, incapable de dire spontanément trois mots en français après 10 ans au gouvernement, ne passe pas le test. Quant à Kevin O'Leary, il reçoit un gros zéro, n'ayant jamais cru nécessaire d'apprendre la langue de Michel Tremblay alors qu'il est né et a grandi à... Montréal!

Si les militants conservateurs optent pour l'un ou l'autre, libre à eux. Il n'y a pas, après tout, de loi qui les empêche de reproduire les erreurs passées du Reform (avec Preston Manning), du NPD (avec Audrey McLaughlin) ou de leur propre parti dans les années 80 (John Crosbie).

Mais ils verront vite qu'il s'agit, pour reprendre les mots du sénateur Claude Carignan, d'un «suicide politique». Le Parti conservateur a bien peu de chance de gagner sans le Québec depuis la remontée des libéraux et l'effondrement du Bloc. Et contrairement à ce qu'ont écrit le National Post et Maclean's dans des textes qui semblaient avoir été écrits en 1950, la règle tacite qui veut qu'un premier ministre soit bilingue tient toujours. Du moins, pour les millions d'électeurs qui parlent français ou qui croient encore aux fondements de ce pays.

Maîtriser de façon fonctionnelle les deux langues officielles n'est pas une ligne qu'on ajoute dans son CV lorsque possible. Ce n'est pas une compétence «en option», comme le charisme ou l'entregent.

C'est plutôt une preuve de sérieux, une preuve de leadership. C'est surtout une preuve de la compréhension des valeurs du pays qu'on aspire à diriger.

«Comment peut-on exiger des anglophones qu'ils s'efforcent de parler les deux langues officielles... et le leur reprocher quand ils le font ?»





publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer