Le citoyen Bernard Gauthier

François Cardinal... (Photo archives La Presse)

Agrandir

François Cardinal

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Certains l'adorent, d'autres le voient comme le Donald Trump québécois, d'autres encore saluent son franc-parler et sa vigoureuse défense des régions. Mais peu importe ce qu'on pense du coloré personnage de Sept-Îles, peut-on s'entendre sur une chose : son nom est Bernard Gauthier, pas Rambo.

Le plus ironique, c'est que le représentant syndical n'utilise pas son surnom. Il se présente comme Bernard Gauthier. Lorsqu'il parle à la troisième personne, il se nomme lui-même « Bernard Gauthier » tout court. Et pas de trace de « Rambo » sur le site web des « Citoyens au pouvoir ».

C'est donc nous, gens des médias, qui continuons à utiliser le sobriquet du « gars de chantier » même s'il a aujourd'hui les deux pieds en politique.

C'est nous qui l'appelons Rambo dans les textes de nouvelles, les téléjournaux et les émissions de télé comme Tout le monde en parle, qui l'a accueilli dimanche soir au son de Rambo de Jazzy B.

N'a-t-on rien appris de ce qui s'est passé au sud de la frontière ces derniers mois ?

Les médias ont en effet leur part de responsabilité dans l'élection d'un président misogyne et xénophobe. Il y a là des leçons à tirer pour les journalistes d'ici, qui se retrouvent dans un contexte qui rappelle celui qui sévit aux États-Unis, sans être exactement le même, bien sûr.

Disons-le tout de suite, Bernard Gauthier n'est pas Donald Trump. D'abord et avant tout parce qu'il s'est lancé en politique pour les bonnes raisons, ce qui mérite d'être salué. La meilleure réponse au cynisme et à l'apathie civique est l'implication. Il faut plus de monde de divers horizons en politique, pas moins.

Mais il ne faut pas pour autant donner le bon Dieu sans confession à Bernard Gauthier, au risque de répéter les erreurs commises par les médias américains, justement. Ces derniers ont traité Trump comme une vedette de télé qu'on ne prend pas trop au sérieux... de la même manière qu'on traite « Rambo » comme un personnage divertissant qui fait de la « maudite bonne tévé » sans l'astreindre aux exigences des politiciens traditionnels.

Son passage à Tout le monde en parle en est le parfait exemple. Guy A. Lepage a fait un bon travail pour rappeler les accusations criminelles d'intimidation auxquelles le fier-à-bras a fait face, mais cela n'a pas empêché l'assistance de rire aux éclats lorsqu'il a répliqué qu'il « ne gère pas des coiffeuses ».

De la même manière, l'animateur a eu le bon réflexe en précisant que le nombre de Syriens que le Canada souhaite accueillir tourne autour de 20 000, mais ce que les téléspectateurs retiendront, ce sont les « 300 000 » réfugiés évoqués par Bernard Gauthier, les « mouvements de masse » qui « nous arrivent » et le fait que « tantôt, y va y en avoir trop » d'immigrants au Québec.

Si un candidat libéral, péquiste ou caquiste avait osé dire le dixième de cela, il aurait été crucifié sur la place publique.

Mais pas le candidat des « Citoyens au pouvoir », sous prétexte que l'homme parle vrai, qu'il a un grand coeur et qu'il se tient debout devant les puissants...

Or c'est ainsi qu'on normalise des propos intolérants sur les immigrants, les gais et les « filles qui jasent de leur linge et de leurs patentes ». C'est ainsi qu'on se retrouve avec des citoyens qui surestiment la population musulmane et la menace qu'elle pose, comme l'ont démontré les sondages.

Les médias ont la responsabilité de ne pas colporter de tels préjugés et erreurs de fait... comme ils doivent éviter de balayer du revers de la main tout ce que dit Bernard Gauthier. En effet, les deux réactions sont aussi mauvaises l'une que l'autre, comme on l'a vu aux États-Unis où certains médias ont ouvert toutes grandes leurs heures de grande écoute, sans filtre ni critique, alors que d'autres ont carrément fait la sourde oreille, sans ouverture ni réceptivité.

Or au-delà de ses approximations, ses a priori et ses impressions transformées en faits, Bernard Gauthier est porteur d'un message qu'on ne peut ignorer. Il est le représentant d'un malaise bien réel en région, mais aussi en ville. Il tourne le fer dans la plaie du politiquement correct. Il ridiculise la langue de bois et les cassettes politiciennes. Il dit vrai sur certaines choses... même s'il assaisonne chacune de ces choses de jurons et de vulgarités.

Voilà les leçons du phénomène Trump. Il faut faire attention de ne pas alimenter artificiellement les propos misogynes et xénophobes de ce genre de populistes, mais il faut également éviter de les ignorer avec condescendance.

Bref, il faut mettre de côté le phénomène Rambo pour mieux écouter Bernard Gauthier.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer