Paroles, paroles...

La facture d'électricité de la STM bondira de... (Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

Agrandir

La facture d'électricité de la STM bondira de 4,15%, ce qui se traduira par un surcoût d'un demi-million de dollars... et de probables autres coupures de services et hausses de tarifs.

Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a de ces contradictions qui en disent plus long que le plus long des discours...

Au moment précis où le gouvernement Marois fait de l'électrification des transports une «grande priorité» nationale, au moment où Hydro-Québec s'investit financièrement dans l'électrification du transport en commun... la STM se fait retirer son tarif d'électricité privilégié.

Il y a quelque chose non pas de scandaleux, mais de proprement cynique dans ce geste qui plombe les finances de la STM et menace, paradoxalement, jusqu'à l'idée même du virage électrique. Un virage que vante pourtant Pauline Marois sur toutes les tribunes depuis trois mois, ici et sur la scène internationale, à Davos, Paris, Monaco et Bruxelles.

«Nous serons un modèle de conscientisation et de responsabilisation. Investir dans l'électrification, c'est investir dans tout le Québec», se plait-elle à dire... tout en fermant les yeux sur ce «désinvestissement» qui pénalise l'unique société de transport qui gère un réseau électrifié au Québec!

Sans que la première ministre ne bronche, en effet, Hydro-Québec a décidé d'expulser toutes les entreprises non industrielles, incluant la STM, des clients profitant du «tarif L», une catégorie privilégiée qui sera épargnée par l'importante hausse à venir des tarifs d'électricité.

Pourquoi? Par «souci d'équité», explique la Société d'État. On ne pouvait ramener tous ces clients dans le bloc patrimonial, leur imposer une hausse brutale de tarifs, sans en faire autant pour la Société de transport.

Résultat: sa facture d'électricité bondira non pas de 2,4% mais de 4,15%, ce qui se traduira par un surcoût d'un demi-million de dollars... et de probables autres coupures de services et hausses de tarifs.

Vrai, ce n'est pas le gouvernement qui retire le tarif «privilégié» de la STM au moment où il «privilégie» son électrification. Mais c'est lui qui a choisi de ne pas s'y opposer, malgré les représentations faites par la Société de transport depuis près d'un an!

On a beau répéter qu'Hydro se comporte comme «un État dans l'État», ne nous contons pas d'histoires: le gouvernement obtient habituellement ce qu'il veut quand il le veut. En témoigne le traitement diamétralement opposé accordé aux serriculteurs, qui ont manifestement un meilleur accès au conseil des ministres.

Le gouvernement a en effet travaillé très fort, l'an dernier, pour que ces derniers ne subissent pas la hausse de tarifs qu'essuieront les autres clients d'Hydro (sauf les industriels). Non seulement a-t-il réussi à leur éviter la forte augmentation, il leur a obtenu une baisse tarifaire!

Pourquoi les serriculteurs ont-ils droit à un traitement aussi avantageux? Parce que «ce secteur d'activité est important», répond Hydro-Québec, en plus de «s'inscrire dans la Politique de souveraineté alimentaire».

Récapitulons: la STM est tarifée au fort prix «par souci d'équité», mais les serriculteurs ont droit à une baisse en raison... de leur importance. On rit de qui, ici? Et à quoi serviront la Politique énergétique, le Plan d'action climatique et la Politique de mobilité durable sur lesquels planche Québec si leur mesure phare peut être aussi facilement piétinée?

La STM devrait-elle embaucher des lobbyistes pour s'assurer que le gouvernement respecte ses propres discours?




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer