Accroître l'accès aux berges

Une jeune femme a profité hier de l'ombre... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Une jeune femme a profité hier de l'ombre et du fleuve à Verdun pour se rafraîchir.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Montréal a perdu son insularité avec le temps. Ses berges, jadis accueillantes pour les baigneurs, se sont graduellement détériorées, polluées, puis refermées. De telle sorte qu'il est aujourd'hui impossible de se baigner
en eau libre au coeur de Montréal.


Et pourtant, on voit naître ici et là de petits projets qui montrent bien l'intérêt des Montréalais pour le littoral que ce soit le surf urbain derrière Habitat 67, les tours de l'île en kayak ou la création d'une plage dans le Vieux-Port.


Après avoir dépensé des milliards dépensés pour assainir le fleuve, ne serait-il pas temps de redonner ce fleuve aux citadins? Comment concrètement les candidats comptent-ils accroître l'accès aux berges au coeur de Montréal?

Marcel Côté, chef de la coalition Montréal Marcel... (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE) - image 2.0

Agrandir

Marcel Côté, chef de la coalition Montréal Marcel Côté.

PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

Des projets ambitieux

Marcel Côté

Chef de la Coalition Montréal - Marcel Côté

Coalition Montréal a des projets concrets et ambitieux pour redonner tout son sens à l'île de Montréal en élargissant progressivement l'accès au fleuve. Je suis convaincu qu'il faut reconnecter notre ville à son fleuve, comme l'ont fait Barcelone, Seattle et Sidney.

Au cours de mon mandat, je m'emploierai à revitaliser le Vieux-Port en négociant l'élimination des voies ferrées traversant le secteur. La disparition de ces rails permettra de développer les quais, facilitera la construction d'une nouvelle gare maritime et l'installation d'une barge flottante où les citoyens pourront se baigner, et permettra de déterminer une nouvelle vocation pour les silos. Ces projets se feront en collaboration avec les citoyens, la Société du port de Montréal, le CN et le gouvernement fédéral.

En parallèle, la Coalition poursuivra le réaménagement de l'autoroute Bonaventure en boulevard urbain, projet qui contribuera à retisser les liens entre les secteurs adjacents et à mettre en valeur le bassin Peel. Par ailleurs, en préparation de la construction du nouveau pont Champlain et du réaménagement majeur des circuits de transport public et automobile qui en découlera, nous lancerons une vaste consultation publique pour explorer les options préférentielles de la Ville de Montréal sur ces réaménagements.

La Coalition compte réaliser plusieurs autres projets d'accès aux berges. D'ici quatre ans, trois projets permettant la baignade à Pointe-aux-Trembles, dans le Vieux-Port et dans le sud-ouest de la ville seront mis en oeuvre. Nous mettrons davantage en valeur les parcs riverains tels que le parc de la Cité-du-Havre, le parc Bellerive, le parc Jean-Drapeau et le parc régional de l'Île-de-la-Visitation. Finalement, nous soutiendrons les initiatives métropolitaines d'accès au fleuve telles la création d'une plage métropolitaine, le développement de l'île de Sainte-Thérèse et le projet d'archipel écologique.

Les occasions ne manquent pas, il suffit de les saisir.

Mélanie Joly... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Mélanie Joly

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Des actions concrètes

Mélanie Joly

Chef du Vrai changement pour Montréal - Groupe Mélanie Joly

Notre programme est clair: le Vrai changement pour Montréal s'engage à accroître l'accès aux berges pour les Montréalais. Cet accès est étonnamment difficile, alors que fleuve, lacs et rivière nous entourent et que nous y trouvons de magnifiques parcs. Avec les Montréalais, nous développerons des projets structurants aux abords des berges, en accord avec chaque milieu - parc, secteur résidentiel, touristique, etc.

Nous proposons des actions concrètes; d'abord, direction Vieux-Port de Montréal, où nous créerons des bassins de baignade urbaine, à l'image de ce qui se fait à Copenhague. Nous encouragerons également les initiatives culturelles, mettant en valeur le mobilier urbain, comme le Silo no 5. Il faut s'approprier notre ville. Affirmer notre identité de métropole - au coeur du fleuve Saint-Laurent - chaque fois que cela est possible. Et ça l'est souvent.

À Ahuntsic et LaSalle, nous aménagerons des plages, en plus de celle déjà prévue à Pointe-aux-Trembles. Elles deviendront des lieux de rencontre entre Montréalais. Puis, nous complèterons la promenade du canal Lachine entre les rues Saint- Pierre et Mill, tout près du bassin Alexandra et du Silo no 5.

Nous encouragerons les initiatives locales, citoyennes, visant à se réapproprier nos berges.

Car l'accès à l'eau ne devrait pas être limité au centre-ville, mais encouragé chaque fois que cela est possible, près des milieux de vie des Montréalais.

Et pour que l'accès aux berges devienne réalité, en plus des projets d'aménagement, on doit aussi et surtout fournir aux Montréalais les moyens nécessaires pour s'y rendre. Cela inclut une offre en transport en commun de qualité, comprenant l'implantation d'un Service rapide par bus (SRB), qui permettra aux Montréalais d'aller là où les berges sont. Un accès universel, qui profitera à tous les Montréalais et qui nous rendra fiers de notre métropole.

Le candidat à la mairie de Montréal Denis... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

Le candidat à la mairie de Montréal Denis Coderre.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Les erreurs du passé

Denis Coderre

Chef d'Équipe Denis Coderre

Dans la région montréalaise, la plupart des accès à l'eau qui existaient autrefois ont disparu au profit du développement urbain. La ville doit maintenant corriger ses erreurs du passé. Tout comme New York, Boston ou Chicago, Montréal a pris conscience de l'importance de redonner à ses citoyens l'accès à ses berges.

De la pointe est à la pointe ouest et sur les rives nord et sud de l'île, plusieurs sites pourraient devenir de nouvelles «fenêtres sur l'eau»: en 2006, l'étude «Réseau bleu» en a recensé environ 210, en détaillant le potentiel de chacun. Il nous faut donc, à la grandeur de la ville, un «Plan bleu» qui donnera suite à cet inventaire du Réseau bleu et qui permettra d'ouvrir le plus grand nombre possible de ces fenêtres sur l'eau.

En les rendant attrayantes et dynamiques, celles-ci pourraient vite devenir des attractions touristiques. Un peu comme le Badboot, la piscine flottante d'Anvers, ou le Barge Beach, une barge transformée en plage à Budapest. De telles initiatives sont à la portée de Montréal. Ce n'est pas une question de coût: le Barge Beach a coûté seulement 1,5 million$.

Je vois très bien un projet semblable en plein coeur de la ville, au Vieux-Port. Et d'ailleurs, est-il normal que notre plus belle fenêtre sur le fleuve, le Vieux-Port de Montréal, ne nous appartienne pas? L'an dernier, quand le gouvernement fédéral a remis la responsabilité du Vieux-Port entre les mains de la Société immobilière du Canada, je suis intervenu pour réclamer que l'ensemble des terrains soit plutôt cédé à Montréal. Ce sera donc une de mes priorités, en tant que maire de Montréal, d'ouvrir les négociations avec le fédéral pour récupérer les terrains (et les budgets afférents) du Vieux-Port et de développer ce secteur pour que tous les Montréalais puissent en profiter.

Richard Bergeron, chef de Projet Montréal.... (Photo archives La Presse) - image 5.0

Agrandir

Richard Bergeron, chef de Projet Montréal.

Photo archives La Presse

Par l'Entrée maritime

Richard Bergeron

Chef de Projet Montréal

Sondage après sondage, l'accès aux berges s'impose comme l'un des voeux les plus chers aux Montréalais: «Ça n'a pas de sens de vivre sur une île et de si peu en profiter!»

Contrairement à d'autres, Projet Montréal ne se contente pas de nobles énoncés d'intentions, jamais suivis d'actions concrètes. Pour redonner accès aux rives et mettre en valeur notre insularité, nous avons développé le projet Entrée Maritime.

L'Entrée maritime, c'est 1600 mètres de rive fluviale, à l'est du pont Jacques-Cartier. Ce site somptueux sera mis en valeur par la construction d'un quartier où vivront jusqu'à 20 000 Montréalais. Que ce soit sous l'angle de sa composition sociale, de la disponibilité des services, de l'abondance des parcs et autres espaces publics, ou encore des transports actifs et collectifs, ce quartier sera à la fine pointe du développement urbain durable.

L'Entrée maritime sera aussi l'occasion d'aménager une vaste esplanade piétonne qui, à la faveur d'un segment plus étroit derrière la brasserie Molson, s'étendra sur 4 km de longueur, jusqu'au Vieux Port: ce sera l'emplacement rêvé d'où assister au festival des feux d'artifice! Soulignons que la conception audacieuse du projet Entrée maritime assure la pérennité des activités du Port de Montréal, si essentiel au développement économique de notre ville.

La mise en valeur des sites riverains et l'accès public aux berges est l'un des courants de développement urbain caractéristique des villes les plus dynamiques du monde en ce début de XXIe siècle. À cet égard, l'Entrée maritime se compare à plusieurs autres projets, tels False Creek à Vancouver, Hafencity à Hambourg, Hamarby à Stockholm, Confluence à Lyon ou le Village olympique de Barcelone.

Nous sommes si fiers du projet Entrée maritime que nous le proposons aux Montréalais en tant que legs du 375e anniversaire de leur ville.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer