Le malaise montréalais

L'hôtel de ville de Montréal... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

L'hôtel de ville de Montréal

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On parle d'un «enjeu national», de «valeurs québécoises», d'une préoccupation qui s'étend à la grandeur de la province. Mais disons-le franchement, la charte de la laïcité que concocte le gouvernement Marois vise essentiellement Montréal, où résident la plupart des immigrants.

Pourquoi, dans ce cas, imposer des contraintes qui vont à l'encontre de ce que réclame Montréal?

Les propos tenus cette semaine par le ministre délégué aux Régions, Gaétan Lelièvre, sont très révélateurs de l'état d'esprit des troupes péquistes. Il a affirmé qu'il y avait en région «une sensibilité» sur ces questions identitaires, mais il a aussitôt concédé que la Charte visait à régler «un problème qui est un peu plus urbain».

Même son de cloche de la part du vice-premier ministre et député d'Abitibi, François Gendron, qui s'est senti obligé de préciser que «Montréal fait partie du Québec». «Ce n'est pas parce que le point qu'on souligne aurait une acuité moindre à des endroits que ça ne requiert pas de regarder ça.»

Soit. Mais en voyant la réaction des élus et candidats de la métropole, qui tous rejettent à des degrés divers l'idée d'une charte contraignante, on a la fâcheuse impression qu'on «regarde ça» de loin, qu'on répond à une préoccupation extérieure à Montréal, qu'on impose une solution à un soi-disant «problème» urbain sans sensibilité urbaine.

Vue de la métropole, n'en déplaise à Pauline Marois, il n'y a pas vraiment de menaces au «bien vivre ensemble». Il n'y a pas de «crise» des accommodements, comme l'a démontré le rapport Bouchard-Taylor. Il n'y a pas de «malaise», sinon celui des régions par rapport à Montréal. Et il n'y a pas besoin, donc, de plus de règles pour encadrer les rapports des uns avec les autres.

Les «valeurs publiques communes» du Québec, de toute façon, n'ont pas à être décrétées par un parti politique dont le jupon électoraliste dépasse. Elles existent déjà à travers les institutions démocratiques, les chartes des droits, la loi 101, la loi sur l'instruction publique et les politiques d'accueil. Nul besoin d'ajouter une couche idéologique, surtout si c'est pour exclure, non pour intégrer.

Le plus troublant avec ce que l'on sait de cette charte, justement, c'est qu'elle s'attaque aux immigrants les mieux intégrés, ceux qui font partie de la fonction publique, qui parlent français et qui partagent un certain nombre de codes avec leur société d'accueil.

Voilà pourquoi la classe politique montréalaise réclame «une laïcité ouverte», à l'image de Montréal, en lieu et place de cette politique qui réduira encore la diversité de la fonction publique. S'il y a un «problème», d'ailleurs, il est là: dans la faible représentativité du secteur public, dans le peu de place faite aux minorités sur le marché du travail, dans l'intégration déficiente des immigrants.

Plutôt que de dépenser toute son énergie à combattre les accommodements dans la métropole, le Québec aurait intérêt à tout faire pour mieux intégrer ceux qui les demandent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer