Les libéraux savaient

Le gouvernement Charest a continué  à défendre... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Le gouvernement Charest a continué à défendre Gentilly tout en sachant le projet indéfendable.

Photo: Stéphane Lessard

Partager

Refusant de voir la réalité en face, ignorant volontairement les chiffres et les signaux d'alarme, le gouvernement Charest a continué de défendre la réfection de Gentilly bien après que le projet soit devenu indéfendable.

La commission parlementaire sur Gentilly-2 qui s'est tenue cette semaine à Québec a enfin permis de faire la lumière sur le cauchemar financier en devenir dans lequel les libéraux avaient en effet choisi de plonger Hydro-Québec et ses clients, en toute connaissance de cause.

Certes, le projet de réfection était tout à fait justifié lors de son annonce en 2008. Après des années d'études, on avait conclu que la rénovation coûterait tout près de 2 milliards, ce qui permettait de produire de l'électricité à 7 cents le kilowattheure. Une aubaine dans un marché qui se transigeait à 9 cents.

Puis vint la décision d'Ottawa de se départir d'Énergie atomique Canada (2009), les hausses et pépins des réfections similaires au Nouveau-Brunswick et en Corée du Sud (2010), les incidents nucléaires de Fukushima (2011) et l'essor formidable du gaz de schiste aux États-Unis qui, en plus du ralentissement de la demande provoquée par la crise économique, a complètement chamboulé le contexte énergétique.

Soudainement, le coût de la réfection bondissait à 3,4 milliards (en plus du milliard de dollars déjà dépensé pour préparer les travaux!), ce qui tirait le prix de l'électricité produite à plus de 10 cents le kilowattheure... au moment précis où le prix de revente sur les marchés chutait à 4 cents.

Plus rien ne balançait. Ce que savait Hydro-Québec en 2010. Et ce que savait, aussi, le gouvernement Charest, à qui la société d'État avait «communiqué» la chose au mois d'août de la même année.

Et pourtant, malgré ces avertissements, malgré les centaines de millions déjà dépensés, les libéraux ont refusé de mettre les freins, voire de s'interroger sur la pertinence du projet. Pire, la ministre d'alors, Nathalie Normandeau, continuait de défendre le projet bec et ongles, fustigeant même, en mai 2011, «l'irresponsabilité» du PQ qui osait remettre en question la réfection... sans «avoir en main une analyse sérieuse».

De qui riait-elle alors? Des actionnaires d'Hydro-Québec qui auraient eu à éponger la note? Des électeurs à qui elle promettait un beau projet à bon prix «sur la base d'une analyse sérieuse» ? Ou des résidents du Centre du Québec à qui elle faisait miroiter le maintien de centaines d'emplois pour au moins 25 ans?

Or, un projet qui avait coûté 984 millions, qui nécessitait des investissements de 3,4 milliards supplémentaires et qui aurait certainement fait baisser les dividendes que verse annuellement Hydro au gouvernement, le tout pour maintenir 800 emplois, même les étudiants de cégep en sciences humaines sans maths sont capables de vous dire que cela est douteux!

La décision du PLQ d'aller de l'avant avec la réfection de la centrale était clairement électoraliste, la décision du PQ de la déclasser est tout bonnement économique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer