Par ici, la sortie...

Québec a bel  et bien largué ... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Québec a bel et bien largué Gérald Tremblay en novembre dernier. Avec raison.

Photo archives La Presse

Partager

Forcé de se justifier, le gouvernement Marois a nié avoir «largué» Gérald Tremblay, en novembre dernier, en réaction au témoignage aujourd'hui discrédité de Martin Dumont. Il soutient l'avoir simplement invité à la réflexion.

On joue allègrement avec les mots, ici. Car Pauline Marois et ses ténors ont bel et bien poussé l'ex-maire de Montréal vers la sortie il y a trois mois. La première ministre avait indiqué que M. Tremblay devait «réfléchir à la possibilité de prendre un temps d'arrêt». Sylvain Gaudreault avait qualifié la situation de «très, très, très, très difficile». Et Jean-François Lisée avait ajouté que «le statu quo est intolérable, intolérable.» Ne manquait qu'un gros néon «sortie» ...

Mais attention: les deux hommes avaient raison d'agir ainsi, peu importe la distance qu'entretient Martin Dumont avec la vérité.

Aussi désolants soient les mensonges et demi-vérités entendus à la commission Charbonneau, ils ne doivent pas nous faire perdre de vue le portrait d'ensemble brossé avant l'entrée en scène de l'ancien organisateur politique. Déjà, Gérald Tremblay et son administration étaient profondément plongés en eaux troubles.

En ce sens, Martin Dumont n'a pas été le déclencheur de la démission de Gérald Tremblay, mais son catalyseur. Il ne l'a pas tant provoqué qu'accéléré.

Rappelons-nous que le contexte était à la limite de l'insoutenable, à l'époque. Avant le témoignage de M. Dumont, certains exigeaient la mise en tutelle de Montréal, comme Québec solidaire, d'autres, au sein de la CAQ et du PLQ, imploraient le maire de quitter volontairement l'hôtel de ville.

Avant même que l'on entende parler de coffres-forts et de vestons débordant d'argent, la tension était donc à son comble. En raison de la multiplication des scandales, Contrecoeur, SHDM, compteurs d'eau. En raison de l'arrestation de l'ancien homme fort du maire (Frank Zampino), de l'ancien homme de confiance du maire (Martial Fillion) et de l'ancien homme de terrain du parti du maire (Bernard Trépanier). Et en raison des allégations de Lino Zambito, qui confirmaient celles de Benoît Labonté et qu'a répétées hier Michel Lalonde: un bagman récoltait une cote de 3% sur les contrats accordés par la Ville au nom d'Union Montréal.

Et comme si cela n'était pas assez, ajoutons l'absence de réponse claire du maire Tremblay au sujet de cette caisse occulte. Ajoutons le malheureux épisode du budget rejeté qui montrait son incapacité d'administrer la Ville. Ajoutons le vide qu'il créait autour de lui. Et ajoutons les aveux explosifs de plusieurs fonctionnaires municipaux.

Tout cela nous mène vers une seule et même conclusion... qui ressemble beaucoup à celle de MM. Gaudreault et Lisée: en tant que responsable d'un cabinet éclaboussé, chef d'un parti entaché et maire d'une ville corrompue, M. Tremblay n'avait plus la crédibilité ni la capacité politique pour continuer à diriger la métropole. Et ce, peu importe les fabulations de Martin Dumont.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer