Médicaments d'ordonnance: l'insoutenable lourdeur des prix

Ariane Krol... (Photo Marco Campanozzi, archives La Presse)

Agrandir

Ariane Krol

Photo Marco Campanozzi, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Canada est le seul pays développé à s'être doté d'un système public de santé sans offrir de couverture publique universelle pour les médicaments d'ordonnance. Une anomalie de plus en plus problématique.

On y pense moins ici parce qu'avoir une assurance médicaments, au privé ou avec la Régie de l'assurance maladie (RAMQ), est obligatoire au Québec.

Dans les autres provinces, par contre, des milliers de Canadiens n'ont aucune assurance, ni au privé ni au public.

Des patients n'ayant pas les moyens de prendre leurs médicaments contre l'hypertension, des parents obligés de trouver près de 500 $ par mois pour contrôler le diabète de type 1 de leur fils, un homme atteint de tumeurs au cerveau obligé de réhypothéquer sa maison pour financer ses 22 000 $ de traitements annuels : ces cas cités récemment par l'émission The Fifth Estate montrent à quel point un problème de santé peut devenir dramatique.

Le Québec n'est pas totalement immunisé. En 2016, 9 % des participants à l'enquête du Commonwealth Fund ont omis de prendre un médicament en raison de son coût. Les chiffres ne disent pas si c'est à cause des franchises et des coassurances, ou parce que le traitement n'était pas remboursé, mais, chose certaine, la situation se détériore. Il y a trois ans, seulement 5 % des répondants s'étaient privés d'un médicament. À 9 %, le Québec a presque rejoint la moyenne canadienne (10 %) et dépassé huit des autres pays participant à l'enquête. Seuls la Suisse et les États-Unis font pire (11 % et 18 % respectivement).

Et le prix des médicaments n'est plus seulement un problème individuel.

Les régimes d'assurance privés et publics doivent affronter des nouveaux traitements qui coûtent des dizaines de milliers de dollars par patient annuellement.

Dans un pays où les molécules sont déjà plus chères que dans bien d'autres endroits, ça risque de devenir un vrai casse-tête. Des entreprises ont même voulu ouvrir leur propre pharmacie pour réduire les factures de leurs employés, a rapporté récemment le magazine Report on Business.

Comment y remédier ? Ce ne sont pas les idées qui manquent.

Instaurer une couverture publique universelle pour 117 médicaments jugés essentiels serait une première étape, plaide le professeur Steven Morgan, de l'Université de la Colombie-Britannique. Cette formule imposerait une dépense supplémentaire aux gouvernements, mais leur pouvoir d'achat groupé ferait chuter les prix, suggère sa recherche publiée lundi. Les régimes privés et publics feraient ainsi des économies considérables, qui pourraient profiter aux assurés ou financer d'autres médicaments et soins.

Les provinces et territoires ont aussi créé une Alliance pancanadienne pharmaceutique pour tenter de contrôler les coûts de leurs régimes publics. Les 14 médicaments négociés leur ont fait économiser 535 millions (6,1 %) de 2011 à 2015, signale l'Institut canadien d'information sur la santé.

Les pays devraient faire front commun, suggère pour sa part l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Le nécessaire rééquilibrage entre le pouvoir de négociation des organismes payeurs et celui des fabricants de médicaments « pourrait être atteint par une transparence et une coopération accrues entre les payeurs, et par des initiatives d'achats groupés internationales », a indiqué l'organisme dans un récent rapport.

***

Plusieurs commissions et comités ont recommandé la création d'un régime d'assurance médicaments public universel depuis les années 60. Aucun élu n'a cependant osé s'attaquer à ce projet, qui susciterait de vives résistances du secteur pharmaceutique, des assureurs privés, des pharmacies et d'une partie des contribuables. Pourtant, il faudra bien trouver des solutions.

Les systèmes publics de santé ont été créés pour rendre les soins accessibles à tous, sans égard à la capacité de payer.

Mais quand 10 % de la population se prive des médicaments requis pour se soigner, on s'éloigne drôlement de l'objectif.

Et quand l'accès aux nouveaux traitements est menacé, c'est toute la population qui en pâtit.

Rendre les médicaments plus abordables fait partie des mandats de la ministre fédérale de la Santé, mais elle n'a pas encore dit comment elle entend s'y attaquer.

La santé a beau être une compétence provinciale, le gouvernement fédéral n'aura pas le choix de s'en mêler, au moins pour jouer les facilitateurs et faire avancer les choses, car la situation risque de devenir intenable.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer