Ne boudons pas notre plaisir

« Arrêtons de prétendre faire des olympiens des modèles... (PHOTO NELSON ALMEIDA, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

« Arrêtons de prétendre faire des olympiens des modèles transférables au commun des mortels », prévient notre éditorialiste.

PHOTO NELSON ALMEIDA, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ariane Krol

Éditorialiste

La Presse

L'idéal olympique a depuis longtemps mordu la poussière, rattrapé par les tristes réalités du dopage, de l'argent et du pouvoir. Aux inquiétudes habituelles sur le niveau de préparation de la ville-hôte, Rio a ajouté la crainte sanitaire (virus Zika, pollution aquatique) et un contexte socio-économique particulièrement difficile.

Il faut regarder ces vérités en face. Cela ne devrait cependant pas nous faire perdre de vue la grandeur de l'événement, qui donne toujours à voir des performances humaines hors du commun.

Pour apprécier la grandeur des Jeux olympiques (JO), une saine distance s'impose.

Arrêtons de prétendre faire des olympiens des modèles transférables au commun des mortels. Les athlètes qui se qualifient pour les Jeux peuvent être une source d'inspiration et de motivation pour ceux qui pratiquent des sports de haut niveau, mais là s'arrête la comparaison. Il n'y a aucune commune mesure entre leur mode de vie et celui du quidam sédentaire ou modérément actif, et ce n'est pas souhaitable non plus.

Un tel régime d'entraînement nécessite une tolérance à la douleur et aux blessures incompatible avec l'idée que la plupart des gens se font des bienfaits de l'exercice.

En fait, le public n'est pas là au moment où se font les champions - quand ils se forcent à sortir du lit le matin, quand ils ont mal et s'entraînent quand même, quand ils ont peur ou qu'ils doutent. Le public arrive seulement au moment de la représentation, en espérant une médaille comme une cerise sur le gâteau - cette petite chose ronde et brillante qui couronne l'ensemble de l'oeuvre, mais seulement parce que quelqu'un s'est donné la peine de préparer un gâteau pour aller en dessous.

Il n'y a toutefois rien de honteux à être de simples spectateurs. Au contraire, c'est grâce à eux si les JO ont pris une telle envergure et, donc, peuvent offrir aux athlètes cette expérience unique en termes de défis, de visibilité et de possibilité de côtoyer des sportifs d'origines aussi diverses.

Le public devrait profiter pleinement de l'expérience lui aussi, et délaisser un peu de l'esprit de clocher pour s'intéresser aux meilleurs athlètes de chaque discipline, sans égard à leur provenance.

Malgré les scandales et les controverses, les JO demeurent un événement sportif plus grand que nature, capable d'attirer et de retenir des millions de téléspectateurs devant des épreuves dont ils n'ont que faire le reste du temps. C'est déjà un exploit en soi. Les athlètes ont trimé durant des années pour nous offrir ces moments de grâce ; ne boudons pas notre plaisir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer