Veiller plus tard

On nous dit que l'allongement des heures pourrait... (Photo archives La Presse)

Agrandir

On nous dit que l'allongement des heures pourrait réduire les nuisances associées à la fermeture des bars puisque les établissements ne se videraient plus d'un coup, mais progressivement jusqu'à 6h. Il faudra en faire la démonstration.

Photo archives La Presse

Séduit par la Nuit blanche du festival Montréal en lumière, le maire Denis Coderre aimerait que des bars puissent rester ouverts jusqu'à 6h du matin. Une avenue qui mérite d'être explorée, mais pas au détriment du voisinage.

Les règles provinciales en matière de permis d'alcool sont simples: défense de vendre ou de servir de l'alcool passé 3h, et une demi-heure après, tout le monde dehors.

Il arrive que des résidants, après s'être établis à proximité de bars ou de lieux de spectacle, portent plainte pour bruit et essaient d'entraver ces activités. Une position inconséquente, difficilement défendable et nuisible à la vie nocturne.

Permettre aux bars de rester ouverts plus tard, par contre, c'est autre chose. On romprait le contrat tacite avec le voisinage. L'heure de fermeture actuelle est en vigueur depuis si longtemps que la population pouvait raisonnablement s'attendre à ce qu'elle demeure inchangée.

L'idée est encore embryonnaire. Le maire, après avoir été interpelé à quelques reprises par des commerçants et des entrepreneurs, en a parlé à son comité exécutif mercredi matin. Il se dit toutefois très soucieux des résidants. Pour l'instant, seul l'horaire, et non le service de l'alcool, serait prolongé, nous dit-on. C'est à voir.

Montréal, de toute façon, ne pourra rien faire sans une permission spéciale de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ), qui en accorde au compte-gouttes. Le Café Campus, le Métropolis et le bar à vinyle Le Bleury ont pu rester ouverts après 3h durant la Nuit blanche, mais la dérogation ne s'étendait pas à la vente d'alcool. Si le maire veut que tous les bars d'une rue puissent rester ouverts, il devra convaincre Québec. Même s'il s'agit seulement, comme il l'a évoqué, d'un projet pilote d'une durée limitée, pendant un festival cet été, par exemple.

Il devra aussi mettre le voisinage dans le coup. On nous dit que l'allongement des heures pourrait en fait réduire les nuisances associées à la fermeture des bars puisque les établissements ne se videraient plus d'un coup, mais progressivement jusqu'à 6h. Il faudra en faire la démonstration.

Cela dit, les bars ne resteront pas ouverts pour le plaisir de voir les clients siroter leur bière plus longtemps. Si un nouvel horaire s'impose, la demande de vente d'alcool suivra.

D'autres villes, comme Barcelone, ont fait ce choix. Mais Montréal, qui peine à retenir sa population et rêve d'attirer des familles, serait mal avisée de sacrifier la qualité de vie des résidants dans l'espoir de renforcer son image de ville festive. Les initiatives en ce sens, si elles voient le jour, devront se faire dans des quartiers peu habités. En avons-nous beaucoup?




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer