Où sont passés les immigrants francophones?

« La chute marquée du taux d'immigrants francophones est... (Photo David Boily, Archives La Presse)

Agrandir

« La chute marquée du taux d'immigrants francophones est un enjeu qui devrait interpeller le nouveau ministre de l'Immigration, David Heurtel », écrit notre éditorialiste.

Photo David Boily, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le plus récent plan d'immigration du Québec révèle que le taux d'immigrants francophones a chuté au cours des cinq dernières années. Il est passé de 62 % à 42 %.

Ça signifie, en gros, que six nouveaux arrivants sur dix maîtrisaient le français il y a cinq ans, contre quatre sur dix actuellement. C'est préoccupant. Indéniablement.

Pourquoi cette diminution ? Signifie-t-elle que l'intégration des immigrants, déjà problématique, n'ira pas en s'améliorant ? Pas nécessairement. La baisse du taux d'immigrants francophones pourrait même être liée aux efforts faits par Québec pour faciliter l'intégration des immigrants au marché de l'emploi.

Pour qu'un plus grand nombre d'immigrants se trouvent rapidement un emploi après leur arrivée, il faut les sélectionner en tenant compte de leur formation et de son « adéquation avec les besoins de main-d'oeuvre du Québec ». C'est ce qu'avait souligné le vérificateur général il y a une demi-douzaine d'années, précisant qu'il jugeait déficiente la façon dont le gouvernement provincial sélectionnait ses nouveaux arrivants. Il estimait que la grille de sélection utilisée ne tenait pas assez compte des « possibilités réelles d'emploi » des immigrants éventuels.

On privilégiait surtout à l'époque le niveau de scolarité, l'âge et... le français.

On peut donc en déduire que le Ministère a décidé à l'époque de sélectionner les immigrants éventuels en accordant davantage d'importance aux « possibilités réelles d'emploi ». Le français est vraisemblablement devenu, alors, moins prépondérant parmi les critères retenus.

Bref, une bonne idée et des objectifs louables ont eu certaines conséquences fâcheuses. Car n'oublions pas qu'on ouvre nos portes aux immigrants pour qu'ils contribuent à la prospérité économique de la province, mais on le fait également dans le but de préserver le caractère francophone du Québec.

Le ministère de l'Immigration du Québec le reconnaît, d'ailleurs. Il vient d'annoncer que la grille de sélection a été modifiée en mars dernier. On accordera maintenant plus de points aux demandeurs qui connaissent le français. En revanche, l'impact de ce changement se fera sentir uniquement à partir de la fin de l'année 2019. Il sera donc important d'avoir les statistiques à l'oeil.

On s'en soucierait moins, bien sûr, si les efforts faits par Québec en matière de francisation des immigrants étaient exemplaires. Mais c'est loin d'être le cas.

Trop de nouveaux arrivants ne s'inscrivent pas au cours de français. Un rapport publié par l'Institut de recherche en économie contemporaine l'an dernier soulignait que le financement avait diminué depuis 2011-2012, « dans l'ensemble des ministères concernés par la francisation ».

Québec a, depuis, injecté de l'argent frais. Mais les problèmes ne semblent pas avoir été réglés pour autant.

Bref, autant les enjeux liés à l'accueil des immigrants sont cruciaux, autant le dossier est hautement complexe. Le drame, c'est que le dossier de l'immigration semble dorénavant politisé à un point tel au Québec qu'il semble difficile, pour nos élus à l'Assemblée nationale, d'en discuter entre eux comme des adultes responsables.

La chute marquée du taux d'immigrants francophones et la francisation sont pourtant des enjeux qui devraient les interpeller. À commencerpar le nouveau ministre de l'Immigration, David Heurtel, qui aurait tout avantage à montrer que ce dossier le préoccupe. Et à s'engager à redresser la barre.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer