Quand le sport tue

Dans Commotion, Will Smith joue le rôle de... (PHOTO GENE J. PUSKAR, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Dans Commotion, Will Smith joue le rôle de Bennet Omalu. Ce docteur a dû faire, en 2002, l'autopsie d'un joueur vedette des Steelers de Pittsburgh, Mike Webster, 50 ans. Il a alors découvert que l'athlète souffrait d'une maladie dégénérative du cerveau : l'encéphalopathie traumatique chronique.

PHOTO GENE J. PUSKAR, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Cet éditorial s'adresse à Nathan Beaulieu. Le joueur du Canadien a récemment vu des étoiles après avoir été frappé à la tête par le capitaine des Blue Jackets de Columbus lors d'une bagarre.

Bon nombre de commentateurs sportifs ont été surpris, avec raison, de voir que le jeune défenseur, chancelant, n'a pas été rapidement conduit au vestiaire. Il a soutenu que leur émoi était exagéré. « Je pense que les gens sont trop sensibles sur ce sujet-là. »

Cet éditorial s'adresse aussi à Michel Therrien. L'entraîneur du Canadien était sur la même longueur d'onde que son joueur. « Être assis au banc des punitions ou être assis dans une chaise berçante dans la chambre noire, il n'y a pas grand-chose de différent », a-t-il dit, alors que c'est archifaux.

Cet éditorial s'adresse également à tous ceux qui pratiquent un sport de contact (pas seulement le hockey), à leurs parents et à leurs proches, mais également à tous les amateurs de ces sports.

Comme à peu près tous les habitants de notre galaxie, vous irez probablement voir le plus récent Star Wars. Mais vous devriez, avec encore plus d'empressement, acheter des billets pour le film Commotion, à l'affiche le 25 décembre.

Will Smith joue le rôle de Bennet Omalu. Ce brillant docteur a dû faire, en 2002, l'autopsie d'un joueur vedette des Steelers de Pittsburgh, Mike Webster, 50 ans.

Le spécialiste découvre que l'athlète souffrait d'une maladie dégénérative du cerveau : l'encéphalopathie traumatique chronique. Il démontre ensuite que plusieurs autres joueurs de football en sont atteints.

Des cas extrêmes, bien sûr, mais on sait maintenant que de simples mises en échec au hockey ont un impact sur le cerveau.

Ce que le film raconte, aussi, c'est comment la Ligue nationale de football (NFL) a tout fait pour miner sa crédibilité et dénigrer son travail. Au fil des ans et des études de nombreux autres spécialistes, ses dirigeants ont dû cesser de vivre dans le déni. Comme ceux de la Ligue nationale de hockey (LNH). Mais ils refusent encore de prendre toutes les mesures qui s'imposent pour assurer la sécurité des joueurs.

Ce film n'est pas un documentaire. Mais il est basé sur une histoire tout ce qu'il y a de plus réel. Vous quitterez la salle à la fois renseignés et choqués. Comme outil de sensibilisation, alors que Québec vient de présenter son plan d'action sur les commotions cérébrales, on ne pouvait pas trouver mieux.

Mais le gouvernement, seul, ne peut pas tout changer. « Ce que véhiculent les athlètes et les organisations sportives comme message peut faire en sorte que les jeunes vont prendre des risques qu'ils ne devraient pas prendre », explique Dave Ellemberg, spécialiste en la matière.

Le film Commotion montre à quel point trop de gens ont trop longtemps fermé les yeux sur ce sujet tabou. Il est grand temps que ça cesse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer