Pour un gouvernement Trudeau

Premier ministre en devenir, les Canadiens ont découvert... (Photo Martin Tremblay, archives La Presse)

Agrandir

Premier ministre en devenir, les Canadiens ont découvert Justin Trudeau au cours de la campagne marathon qui s'achève. Il est prêt.

Photo Martin Tremblay, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse
La Presse

La Presse se prononce. Faites-en autant !

Guy Crevier

Président et éditeur, La Presse

À l'heure où La Presse complète son virage numérique, est-il toujours de mise qu'elle prenne position lors d'une campagne électorale, comme le veut la tradition des journaux en Amérique du Nord ? Le contexte a certainement changé. De nos jours, les citoyens n'aiment pas avoir l'impression qu'on leur dicte une ligne de conduite.

Par contre, les pages éditoriales de La Presse expriment chaque jour leur point de vue sur les sujets d'actualité. Arrivé le moment déterminant de la vie démocratique du pays, elles se tairaient ? Ce serait pour le moins paradoxal. Surtout que certains scrutins sont bien plus que des combats partisans ; ils placent les citoyens devant un choix fondamental. Lorsque cela se produit, nul ne peut rester silencieux, surtout pas un grand quotidien. Les élections du 19 octobre prochain font partie de ces votes marquants.

Nous avons donc choisi de rendre publique, encore cette fois-ci, notre préférence en vue des prochaines élections. Nous ne le répéterons jamais assez : notre intention n'est pas d'imposer un point de vue, mais de mettre de l'avant, sans prétention aucune, une façon de voir les choses.

Pour tenir compte de la conjoncture nouvelle, nous avons décidé de publier notre éditorial électoral 11 jours avant le vote, une semaine plus tôt qu'à l'habitude. Cela permet de soumettre notre point de vue au débat public.

Nous invitons donc les Québécois à prendre connaissance de cet éditorial et à nous faire parvenir leurs commentaires. Nous publierons le plus grand nombre possible de courriels, favorables ou défavorables à nos idées.

>>Envoyez-nous vos commentaires.

Rappelons que cet éditorial exprime le point de vue de La Presse en tant qu'institution. Il n'engage en rien la rédaction du journal. Nos journalistes continuent de travailler en toute indépendance, en campagne électorale comme à tout autre moment.

Enfin, d'ici le jour du vote, sous la direction de Pascale Breton, l'équipe éditoriale mettra en évidence et analysera les principaux enjeux de la campagne électorale. Là encore, vous serez invités à participer à la discussion. Tout cela s'inscrit dans la volonté de La Presse d'être au coeur des délibérations démocratiques au Québec.

- Guy Crevier, Président et éditeur, La Presse

Pour un gouvernement Trudeau

La Presse

Le scrutin du 19 octobre prochain revêt une importance historique. Ce jour-là, les Canadiens auront le pouvoir de reprendre la destinée de leur pays des mains de la minorité ultraconservatrice qui le gouverne depuis 2006.

La fédération canadienne a toujours été dirigée par des modérés, qu'ils soient libéraux ou conservateurs. Les années au gouvernement de Stephen Harper ont rompu avec cette trame historique. Au lieu de mettre de l'eau dans leur vin idéologique au contact de la réalité du pouvoir, les conservateurs-réformistes sont restés campés sur leurs positions. Plutôt que de rechercher des consensus, ils ont divisé pour régner, cultivé l'ignorance et les préjugés. Aucune façon de gouverner n'est plus néfaste que celle-là pour un pays vaste et multiculturel comme le nôtre.

Tout au long de ses trois mandats, le premier ministre s'est vanté d'avoir su tenir le gouvernail économique du pays. La conclusion des négociations du Partenariat transpacifique, à des conditions avantageuses pour le Canada, doit certainement être saluée.

Cependant, ce succès de dernière minute ne doit pas faire oublier que M. Harper a lamentablement échoué à relever le principal défi auquel le Canada est confronté : trouver un juste équilibre entre l'exploitation des ressources naturelles et la protection de l'environnement. Au lieu de jouer un rôle de leader dans le dossier crucial des changements climatiques, son gouvernement a bêtement choisi le camp du pétrole, faisant ainsi un tort considérable à l'image internationale du Canada... et à l'industrie qu'il croyait servir.

Toute la politique étrangère du Canada a été passée au hachoir à viande manichéen. Puissance moyenne, le Canada avait su prendre sa place dans le monde en cultivant ses alliances historiques, en prônant la voie pacifique sans fuir ses responsabilités militaires, et en excellant sur le terrain de la diplomatie. Stephen Harper a démoli cette fine politique pour lui substituer une approche d'un simplisme navrant. 

Dans une foule d'autres domaines, le cabinet Harper a effectué des virages à 180 degrés par rapport à nos traditions. C'est vrai en matière de justice, où la discrétion des juges a été sacrifiée à l'autel des peines arbitraires. C'est le cas dans le domaine de l'immigration, où l'accueil a fait place à la méfiance. 

Rien n'est plus grave que le mépris affiché par le gouvernement conservateur à l'endroit des institutions. Élections Canada, Statistique Canada et nombre d'autres organismes respectés ont été traités en ennemis par M. Harper et ses hommes de main. Même la juge en chef du Canada a été attaquée par le premier ministre. Si les membres du cabinet ne respectent pas les institutions qui préservent la société de droit, la démocratie et la connaissance, qui le fera ? 

***

Deux formations politiques peuvent prétendre à remplacer le Parti conservateur à la tête du pays : le Nouveau Parti démocratique et le Parti libéral. 

Le NPD a modéré ses ardeurs de gauche et adopté la rigueur budgétaire ; c'est déjà une réussite à porter au bilan de Thomas Mulcair.

La mise en place d'un programme national de garderies subventionnées est le principal engagement du parti. Ce projet répond certainement à un problème que vivent de nombreux parents à l'extérieur du Québec. Cependant, comme l'a montré l'expérience québécoise, la mise en place d'un tel programme coûtera cher, bien plus que ne veulent l'admettre les néo-démocrates.

Le NPD a publié son cadre financier tôt dans la campagne, prenant ses adversaires de court. Toutefois, le document s'est révélé incomplet et dépassé, une faute inexcusable. 

Les libéraux promettent une augmentation considérable des investissements fédéraux en infrastructures. Nous y sommes favorables, en exprimant toutefois une réserve : le plan libéral est trop dispersé. Le gouvernement du Canada devrait concentrer son action sur les projets d'envergure nationale. 

Le PLC s'engage à diminuer le taux d'imposition de la seconde tranche du revenu imposable et à créer une « allocation canadienne aux enfants ». Ces propositions simplifieraient et rendraient plus équitable le régime fiscal des particuliers que les conservateurs ont bricolé à des fins partisanes.

Parti libéral ou NPD ? Tel est le choix auquel sont confrontés les électeurs qui souhaitent changer de gouvernement. Au Québec, à la suite de l'« affaire du niqab », plusieurs sont tentés d'appuyer le Bloc québécois. Ce faisant, ils paveraient la voie à la réélection de Stephen Harper ; est-ce vraiment ce qu'ils souhaitent ? De toute façon, les Québécois devraient voter de façon à assurer à la province une représentation forte au cabinet. C'est d'autant plus important cette fois-ci qu'un premier ministre fédéral venant du Québec pourrait travailler avec deux partenaires sûrs et déterminés, Denis Coderre et Philippe Couillard, sur des projets structurants pour la province et pour Montréal. 

Si les élections du 19 octobre étaient un scrutin comme les autres, nous pourrions conclure que les deux options, Parti libéral ou NPD, se valent. Cependant, nous l'avons dit, ce vote revêt une importance particulière. Il s'agit de redonner au Canada un gouvernement guidé par les principes et les valeurs qui ont fondé ce pays. Pour que cela advienne, les votes d'opposition doivent se regrouper autour d'une formation politique. À notre avis, le Parti libéral du Canada est cette force fédératrice.

Ce choix est motivé en grande partie par le style de leadership qu'incarne son chef, Justin Trudeau. À l'opposé de M. Harper et, dans une certaine mesure, de M. Mulcair, M. Trudeau mise sur une conception constructive de la politique. Au lieu d'exploiter la division et les préjugés, il croit au dialogue et recherche le consensus et les compromis. Il évite les attaques personnelles. Il aime les gens et ceux-ci le lui rendent bien. Il y a du Laurier en lui.

On s'est beaucoup moqué de « Justin ». Ses adversaires se sont tellement plu à le ridiculiser qu'ils n'ont pas vu le député de Papineau faire ses devoirs, gagner en maturité et en assurance, devenir un authentique leader. Ce premier ministre en devenir, les Canadiens l'ont découvert au cours de la campagne marathon qui s'achève. Il est prêt.

Après dix ans d'un gouvernement destructeur carburant à la mesquinerie et à l'étroitesse d'esprit, le Canada a besoin d'un gouvernement fondé sur l'intelligence, le dialogue et l'optimisme. C'est pourquoi La Presse souhaite l'élection du Parti libéral de Justin Trudeau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer