La lettre d'une lectrice ayant reçu une contravention qu'elle juge abusive, publiée dimanche dernier dans La Presse+, a suscité de vives réactions de nos lecteurs. En voici quelques-unes.

Publié le 11 déc. 2013

Deux pour un

J'ai eu la chance d'avoir deux contraventions pour le même délit! L'une était placée sur l'essuie-glace de gauche et l'autre, sur l'essuie-glace de droite! Donc, l'agent de stationnement n'est pas sorti de son véhicule pour constater que j'en avais déjà une. Je hais cette ville de persécuteurs de l'automobiliste. Alors qu'ailleurs, on installe des stationnements à étages, à Montréal on les enlève! Maintenant que je n'ai plus ni maison, ni commerce, à Montréal, je compte désormais éviter d'y passer.

Adrien Lardinois, Terrebonne

La championne des contraventions

Je félicite l'administration de Montréal, pour son efficacité en matière de contraventions, car vraiment, elle excelle dans ce domaine. Continuez ainsi et vous finirez bien par chasser tous les gens hors du centre-ville. Surtout, ne vous demandez pas pourquoi le centre-ville est désert le samedi et le dimanche.

Micheline Rondeau

Une perte de temps

Le 13 novembre 2013 à 8h, je gare mon auto sur la rue Mountain Sight, au niveau de Queen Mary. À 16h, je quitte mon bureau et je constate avec horreur une contravention sur le pare-brise de mon auto. Selon le fonctionnaire, j'avais stationné mon auto dans un endroit exclusif pour la livraison. En fait, j'avais dépassé la limite de quelques pouces au-delà de la distance permise. J'étais furieux. J'ai sorti mon téléphone et photographié mon supposé crime pour faire opposition à cette contravention. Je devrai donc perdre mon temps pour me présenter devant le juge éventuellement.

Isaac Eskanazi, Montréal

Pas mieux à Sherbrooke

Le stationnement de l'hôpital étant complet, je me suis stationné sur une rue voisine, où d'autres voitures étaient garées. Au coin de la rue, devant ma voiture, il y avait une affiche d'interdiction de stationner en direction opposée à la mienne, une autre d'interdiction de stationner du 15 novembre au 15 avril et, en plus, une autre affiche, autorisant le stationnement pendant 120 minutes du lundi au vendredi, de 8h à 17h dans ma direction.

J'ai interprété l'affiche défense de stationner du 15 novembre au 15 avril pour le stationnement de nuit, et celle l'autorisant pendant 120 minutes pour le stationnement de jour.

Or, j'ai eu une contravention pour m'être garée dans une zone où c'était interdit. Je suis repassée à trois reprises au même endroit au cours de la même journée et toutes les voitures avaient une contravention sur le pare-brise. C'est clair que c'est une belle source de revenus pour Sherbrooke, mais il me semble que c'est malhonnête envers les citoyens.

Annie Julien

Les charognards

Après avoir laissé ma belle-fille à la clinique où elle était devait subir une intervention, je me suis dirigée vers le quartier chinois pour y passer les quelques heures d'attente. J'ai évidemment payé le 15,00$ requis pour le stationnement.

À l'heure convenue, je me suis dirigé vers la clinique et j'ai laissé ma voiture devant la porte, où il y avait un espace libre. L'infirmière m'a contactée sur mon cellulaire pour m'informer que ma fille pouvait maintenant quitter la clinique.

Nous sommes ressorties à peine une dizaine de minutes plus tard pour constater qu'on nous avait laissé un cadeau de Noël de la Ville de Montréal: une belle contravention de 55$!

Ces employés sont comme des charognards surveillant leurs victimes. Le maire aura beau essayer de nous vendre sa ville, nous continuerons d'habiter sur la Rive-Sud, où les stationnements sont gratuits et où tout est mis en oeuvre pour favoriser les citoyens.

Joyeux Noël Monsieur le Maire et bonne chance pour continuer, bien en vain, de nous vanter votre ville!

Gisèle Barbeau