Mercredi dernier, je m'arrête quelques minutes dans le bureau d'un collègue. Deux anciennes étudiantes passent nous saluer. «C'est notre dernière session», dit l'une d'elles avec l'air de dire «Ouf! Enfin!» Mon collègue répond: «Et après, vous serez prêtes à travailler!» Une étudiante ajoute: «Si l'on veut bien de moi...»

Publié le 5 sept. 2013
Lysanne Couture

Cette réponse a soulevé un certain malaise. Jusque-là, vous ne pouvez pas voir l'objet du malaise. Seulement, mon collègue et moi, on a vu le problème tout de suite, malgré le fait que cette étudiante a tout ce qu'il faut pour devenir une excellente infirmière.

Il se trouve, comme par hasard, qu'elle est la meilleure étudiante que j'aie eue en 10 ans de carrière. Autant du point de vue académique que de l'attitude en classe. Cette étudiante est toujours souriante (qui voudrait être soigné par un robot ou un air bête?). Elle s'exprime dans un français excellent, elle a une grande capacité d'analyse. Et que dire de ses résultats aux évaluations...

Ce que j'ai trouvé le plus remarquable, cependant, c'est sa capacité d'ouverture et l'intérêt qu'elle manifestait pour les sujets abordés en classe. Les cours de sociologie dispensés dans le programme de soins infirmiers ont pour objectif d'amener les infirmières à mieux comprendre le milieu social des personnes qu'elles soignent et, donc, de dépasser leurs préjugés pour établir une meilleure relation d'aide. Bref, elles doivent être capables de dépasser leurs préjugés. Or, elle a plus qu'atteint ces objectifs.

Cette étudiante sera - je pourrais parier ma maison -, une excellente infirmière dont le Québec ne saurait se passer! Un non-voyant, lui, n'y verrait que du feu, je vous le dis! Mais voilà, le handicap des bien-voyants, c'est qu'ils voient le voile que Bouchara porte!

J'ai osé lui demander ce qu'elle fera dans l'éventualité où on lui interdirait de porter le voile au travail (je n'ai jamais vu la couleur de ses cheveux!). Elle me répond: «J'apprendrai l'anglais et j'irai travailler en Ontario». Schlak!

On peut bien la croire, cette jeune femme, puisqu'elle nous est arrivée de la France, il y a un peu plus de trois ans pour les mêmes raisons.

En tant que sociologue, j'ai développé les défauts de mes qualités: j'ai souvent tendance à essayer de comprendre tous les points de vue des acteurs, comprendre leurs motivations derrière leurs actions (exactement ce que j'essaie d'inculquer à mes étudiantes). Avec pour résultat que j'ai parfois de la misère à me brancher dans certains débats. Ma fibre féministe ne peut me faire ignorer le symbole que peut représenter le voile islamique, et, d'un autre côté, mon intérêt pour les différentes cultures et la tolérance, qui est pour moi une valeur essentielle, me fait tergiverser dans ce débat sur le port des signes religieux ostentatoires par les travailleurs de la fonction publique.

Je dois dire que pour des raisons qui ne sont peut-être pas aussi rationnelles que je le souhaiterais, j'avais déjà un petit penchant pour ce qu'on appelle maintenant la laïcité ouverte, mais ce bref échange avec mon ancienne étudiante m'y a définitivement convertie et je suis maintenant en paix avec mes convictions.

Peut-on vraiment se passer d'une main-d'oeuvre qualifiée dans des secteurs où l'on en a cruellement besoin? Peut-on rejeter des personnes qui, malgré leurs croyances, sont capables de discernement et d'humanité? Doit-on remettre en doute leurs capacités à remplir adéquatement leurs fonctions malgré le fait qu'elles affichent leurs croyances en toute transparence? Malheureusement, c'est l'un des dommages collatéraux que le PQ risque fort d'entraîner s'il va de l'avant avec sa charte des valeurs québécoises.