La Société de transport de Montréal (STM) a confirmé récemment que le prix pour l'année prochaine du titre mensuel de la CAM passera de 75,50 $ à 77,75 $, dès le 1er janvier 2013.  C'est la 13e hausse consécutive imposée par l'équipe d'Union Montréal depuis 2001. En 10 ans, le prix de la CAM est passé de 50 $ en 2002, à 65 $ en 2007, puis à 70 $ en 2010. Il est actuellement de 75,50 $, soit une augmentation de 25,50$ en 10 ans.

Publié le 15 nov. 2012
Suzanne Tremblay<br><i>L'auteure réside à Montréal.</i> LA PRESSE

Depuis 2001, les usagers paient 351 $ de plus par année. Cette augmentation de 3,1% (77,75 $) est justifiée selon la STM par l'augmentation des prix de l'essence, de l'entretien et parce que les Montréalais veulent plus de services. Encore une fois, le prix de la CAM augmente plus rapidement que l'inflation. Cela représente une augmentation de 25% en quatre ans. Je trouve ça exagéré et inadmissible que ce soit toujours les usagers qui payent davantage la note pour le transport collectif.

Mais les usagers en ont-ils vraiment pour leur argent?

Cette hausse serait justifiable si l'on avait une amélioration des services au fil des ans, ce qui n'est pas le cas. On constate en réalité que les usagers s'entassent dans le métro et les autobus et sont souvent incapables d'embarquer dans les voitures tellement elles sont pleines. Les autobus ne sont pas souvent à l'heure sans compter ceux qui ne se présentent pas.

Le transport en commun est un service primordial, surtout si on veut améliorer la circulation automobile à Montréal. Tous les Montréalais qui possèdent une voiture payent une taxe sur les transports en commun avec leur immatriculation chaque année. On peut se demande pourquoi les automobilistes des banlieues voisines ne paient pas aussi cette taxe puisqu'ils empruntent eux aussi les routes de Montréal? Le gouvernement finance en partie le transport en commun, la clientèle paie 50% de la facture, mais il faudrait penser à d'autres modes de financement. La taxe sur l'essence pourrait être majorée. On pourrait exiger un péage sur tous les ponts et une partie de cet argent servirait à défrayer le transport collectif. Enfin, on devrait demander une taxe aux propriétaires de centres commerciaux pour les stationnements. Il faudrait prendre l'exemple d'autres villes qui ont pris de réelles mesures afin de promouvoir le transport collectif, tel que Stockholm, Londres et Barcelone.

En augmentant sans cesse le prix des transports collectifs, on encourage les gens possédant une voiture à l'utiliser davantage. Ça leur coûte plus cher d'utiliser le transport en commun que leur voiture. On peut se demander aussi si les services de la STM répondent aux besoins réels de la clientèle. À titre d'exemple, dans l'ouest de l'île, il n'y a aucun métro et l'on nous avait promis aux dernières élections municipales un tram-train à Lachine, mais on l'attend toujours. Il y a eu une étude (coûteuse), mais le projet est resté dans la filière 13.

De plus, on assiste à Lachine et dans d'autres arrondissements à un développement domiciliaire important avec la construction de nombreux condos sans tenir compte des besoins en transport en commun.

Les autobus sont bondés et lorsque l'on demande des autobus articulés, la STM nous répond qu'il n'y a pas de garage dans le secteur pour recevoir ces autobus. Au lieu de penser à acheter des autobus électriques, la STM pourrait se doter d'un garage approprié pour les autobus articulés à LaSalle ou à un autre endroit de l'ouest de l'île.

Pour attirer la clientèle, il faudrait offrir des services plus attrayants, par exemple la climatisation dans les nouveaux wagons de métro comme on le fait ailleurs (ex. : Barcelone). Les prix du transport en commun devraient être plus compétitifs par rapport à l'utilisation de l'automobile. Saviez-vous que si un Montréalais possédant une CAM veut se rendre à Longueuil ou à Laval en utilisant le métro et l'autobus de ces villes, il lui coûterait au minimum 9,40 $ de plus? Ce n'est pas de cette façon que l'on encourage les gens à choisir le transport collectif...