À la suite de la sortie de la ministre Marie Malavoy, le débat sur le financement des établissements d'enseignement privés est remis au goût du jour. Cette fois-ci, c'est sous l'angle des élèves en difficulté qu'il est attaqué. On dénonce, à juste titre, que les élèves en difficulté d'apprentissage ou de comportement sont souvent exclus de ces écoles, causant au réseau public un fardeau énorme, autant financier qu'humain.

Denis Guimond<br><i>L'auteur est un enseignant au secondaire de Montréal.</i> LA PRESSE

On occulte cependant les conséquences sociales, particulièrement sur l'intégration des communautés issues de l'immigration. En choisissant ce mode de gestion où les institutions privées reçoivent au moins 60% de leurs fonds du Ministère de l'Éducation, nous supportons un système qui encourage une quasi-ségrégation.

Les élèves de la région de Montréal fréquentent nettement plus le système public que le privé. Fréquemment, lorsqu'on annonce à quelqu'un que nous enseignons dans la région métropolitaine, notre interlocuteur a un regard où se marient incrédulité et admiration. Puis les mêmes questions fusent: et la violence? Et les gangs de rue? Et le manque d'intérêt des parents face à l'éducation? Et les difficultés des immigrants avec le français? La peur des communautés ethniques est sous-jacente à la peur de l'école montréalaise.

Pour beaucoup, cette crainte de l'autre mènera à choisir les écoles privées. Pour des raisons économiques, sociales et probablement parce que cela convient à ces établissements, plusieurs groupes ethniques sont généralement absents du système privé. Si la majorité des élèves de la CSDM sont allophones, c'est tout le contraire dans la plupart des écoles privées où les photos de finissants montrent souvent une écrasante majorité de Blancs (et une forte présence asiatique). Et lorsque les parents «de souche» choisissent l'école publique, c'est souvent en raison d'un programme spécifique qui rejoindra une clientèle calquée sur celle du privé. Au-delà du clivage, cette réalité a de lourdes conséquences sur la société québécoise.

En acceptant cette division, on accepte d'isoler ces deux populations. Pour les «pure laine», certains préjugés seront confortés à grands coups de classements de L'actualité. Le sophisme devient roi dans un tel contexte et la cause du rendement du système public pourrait devenir dangereusement liée aux origines des étudiants. Ces élèves du système privé ne comprendront pas que les moyennes incluent les fameux élèves en difficulté.

Pour les élèves issus des communautés immigrantes, c'est l'intégration au Québec qui se trouve handicapée. Dans ces milieux multiculturels, l'enseignant est souvent un des seuls représentants de cette culture québécoise. Pour les élèves, la langue créole, le soccer algérien, le rap français, les vidéoclips coréens et les desserts marocains deviendront beaucoup plus attirants que le joual de Tremblay, le hockey des Canadiens et la cabane à sucre.

Face à cette culture folklorisée dont ils ne se sentent pas partie prenante, les jeunes des écoles publiques montréalaises se proclament bien plus souvent du pays de leurs parents que du Québec. Afin de renverser cette tangente, il faut amener les élèves issus des communautés ethniques à désirer continuer d'étudier en français au Québec, grâce à une meilleure intégration des écoles secondaires.

En 1971, aux États-Unis, on a tenté d'imposer le busing, un système veillant à imposer une mixité ethnique dans le système scolaire public. Au lieu d'accepter que leurs enfants fréquentent des écoles intégrées, beaucoup de parents ont préféré inscrire leurs enfants au privé. À Montréal, les quartiers ne sont pas aussi ségrégués et le système de busing n'a pas été nécessaire. Par contre, il serait naïf de croire que l'attrait des parents blancs pour le privé ne découle pas de la même crainte que celle des parents américains.

Il convient de se demander si au Québec, une grande partie du budget en éducation ne sert pas à permettre à une minorité de s'isoler, si nous ne sommes pas face à un «separate but equal» à l'américaine. Lorsqu'on additionne les raisons économiques, il convient de remettre fortement en question le financement des écoles privées par le gouvernement provincial.