Vous souvenez-vous du Pastagate ? Comme on se moquait de la « police de la langue », qui courait avec sa fourche à l'assaut de l'anglais ! Comme elle était folklorique, la tribu québécoise !

Pourtant, quelque chose de bien pire se passe en Ontario et au Nouveau-Brunswick sans que cela suscite l'indignation dans le reste du Canada. Ni dans le prestigieux New York Times, d'ailleurs...

Jeudi, le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a annoncé l'abolition de son Commissariat aux services en français. Il est aussi revenu sur sa promesse de financer la future Université de l'Ontario français.

Faut-il vraiment s'en étonner ? En juin dernier, dès le début de son mandat, M. Ford avait donné le ton. Le premier ministre conservateur avait aboli le ministère des Affaires francophones, qui est devenu un simple bureau. Dans son discours inaugural, il n'avait pas prévu un seul mot de français.

Pourquoi ce mépris contre les quelque 600 000 Franco-Ontariens ? Pour épargner du temps et de l'argent, dit M. Ford. Il a aussi aboli les commissaires à l'environnement et à l'enfance.

Ces économies sont risibles. L'Ontario enregistrera cette année un déficit de 14,5 milliards. En fermant le Commissariat aux services en français, M. Ford ne devrait épargner que 2,9 millions, soit 0,02 % du déficit...

À titre de comparaison, en s'obstinant à quitter le marché du carbone, l'Ontario perdra 3 milliards, selon le Bureau de la responsabilité financière de la province.

M. Ford prétend dégraisser la fonction publique. Au lieu de s'adresser au Commissariat, les Franco-Ontariens pourront déposer leurs plaintes à l'ombudsman de la province, assure-t-il. Or, le Commissariat ne faisait pas que recevoir les plaintes. Il rédigeait des rapports, formulait des recommandations et éclairait le débat public. Bref, pour M. Ford, c'était un emmerdeur...

Consolation, le gouvernement Trudeau a critiqué l'Ontario. Mais on cherche encore un tollé dans le reste du Canada, pourtant si prompt à défendre ailleurs les droits des minorités.

Si c'était la seule menace pour les Franco-Canadiens, on pourrait n'y voir qu'un dérapage de Doug Ford. Mais des nuages apparaissent aussi ailleurs. Y compris au Nouveau-Brunswick, seule province bilingue du pays.

Un jeune parti, la People's Alliance, propose d'éliminer le réseau de santé francophone et le Commissariat aux langues officielles. Aux dernières élections, en octobre, trois députés de l'Alliance ont été élus. Le nouveau premier ministre, le conservateur Blaine Higgs, n'est pas francophile non plus. Dans les années 80, il réclamait la fin du bilinguisme dans sa province. Et lors de la dernière campagne, il voulait bouder le débat en français. Il y a finalement participé, mais en anglais, en traduction simultanée. Pendant ce temps, au Québec, les quatre chefs s'affrontaient dans un débat en anglais, même si ce n'est pas une langue officielle.

Voilà où nous en sommes. La seule province bilingue juge désormais qu'une langue est plus égale que l'autre. Et l'Ontario, la province avec la plus grande minorité francophone, gruge les droits linguistiques.

Encore plus désolant, en Ontario, cela se fait avec l'appui de Caroline Mulroney. Depuis jeudi, la ministre déléguée aux Affaires francophones se terre dans un silence complice. On croyait que la fille de Brian Mulroney injecterait une sensibilité minimale dans le gouvernement Ford. Mais elle lui sert plutôt de caution.

Au Canada, le nom Mulroney est synonyme de main tendue au Québec et aux francophones. La ministre ontarienne déshonore cet héritage. On prête à Mme Mulroney des ambitions en politique fédérale. À tous les francophones, elle vient de démontrer qu'elle est tout à fait capable de les trahir.

Le gouvernement Trudeau a récemment dit vouloir attirer plus d'immigrants francophones au Canada. Leur intégration sera laborieuse. Car même dans la seule province bilingue, et même dans la province anglophone qui compte le plus de francophones, l'indifférence est à la mode.