Source ID:7eabca22-2c8a-4bcb-9d58-23998c142703; App Source:alfamedia

Le lent déclin de la civilisation du char

«Lors d'un important forum, les maires de Laval... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

«Lors d'un important forum, les maires de Laval et des Basses-Laurentides ont parlé de transport d'une même voix», souligne Paul Journet.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Les partis politiques devraient prendre note de ce qui s'est passé hier à Laval. Lors d'un important forum, les maires de Laval et des Basses-Laurentides ont parlé de transport d'une même voix, et ce n'était pas pour défendre la civilisation du char.

Ces élus réalisent que la congestion pourrit la vie chez eux. Des parents doivent déposer leur enfant dès 7h à la garderie, des employeurs ne peuvent recruter des travailleurs et des milliers d'autres gens fixent chaque matin le véhicule devant eux qui n'avance pas en regardant passer leur vie.

Unanimement, les 19 maires présents hier ont demandé deux grandes solutions. À court terme, plus d'autobus et de mesures pour accélérer leur trajet (voies réservées, feux prioritaires, etc.). Et à long terme, deux grands projets en mode lourd - un nouveau tronçon du Réseau express métropolitain (REM) à Laval ou un prolongement de la ligne orange du métro de Côte-Vertu jusqu'à Laval.

Pourquoi ce forum est-il si important? Parce qu'il forcera les partis provinciaux à repenser leur programme en transport pour la campagne électorale.

La semaine dernière, le gouvernement Couillard a lancé une ambitieuse politique de mobilité durable. Deux jours plus tard, il annonçait... le prolongement de l'autoroute 19. Un projet qui n'a même pas été modifié après les critiques du BAPE. Il fallait beaucoup d'audace pour aller si loin et si vite dans l'incohérence. Et l'opposition n'a pas tiré le gouvernement vers le haut - les péquistes et les caquistes appuyaient eux aussi l'autoroute.

Il est vrai que le Parti québécois a présenté son Grand déblocage, un plan qui, malgré ses défauts, mise d'abord sur les transports collectifs. Quant à la Coalition avenir Québec, ses propositions seront annoncées d'ici l'été.

Lors des dernières campagnes électorales, par électoralisme, les partis semblaient croire qu'une catégorie particulière d'humain réside en banlieue : un homo automobilus allergique au transport collectif.

Avant de refaire cette erreur, ils devraient étudier le sondage dévoilé hier au forum. On y apprend que la moitié des sondés de la couronne nord souhaite qu'on investisse d'abord en transport collectif. Ces citoyens croient même que le Québec investit trop dans les routes. À l'heure actuelle, 70% de l'enveloppe d'infrastructures en transport est réservée au volet routier, contre 30% pour le volet collectif. Les sondés voudraient que ce soit moitié-moitié.

Cela ne devrait pas surprendre. C'est la couronne nord qui connaît la plus grande croissance démographique au Québec, mais l'offre de transports en commun y reste faible et inadaptée. Elle dessert les déplacements vers Montréal, mais néglige ceux à l'intérieur du 450, où se développent les nouveaux pôles d'emploi.

***

Bien sûr, hier, les maires n'avaient pas tout à fait fini de rêver aux autoroutes. Ils maintenaient l'appui de leur ville au prolongement de l'autoroute 19, annoncé pour la première fois en 2010. Et ils demandaient même un autre prolongement d'autoroute, celui de la 13.

Pourtant, le budget du Québec n'est pas illimité. L'argent qu'on met dans les autoroutes, on l'enlève aux transports collectifs. Et même si le Québec nageait dans les milliards, ces autoroutes n'élimineraient pas la congestion.

En élargissant une autoroute, on incite plus d'automobilistes à l'utiliser, et après quelques années, la congestion revient au même niveau.

Mais ne perdons pas de vue la bonne nouvelle. Grâce au leadership de Laval, les maires de la région réclament maintenant en priorité des projets de transports collectifs.

Sans surprise, c'est surtout la proposition la plus onéreuse qui a retenu l'attention hier, soit l'extension du métro ou du REM. Il est difficile de se prononcer illico sur des projets si ambitieux. Surtout qu'il faudra choisir si on priorise ces projets ou la ligne rose du métro de la mairesse de Montréal.

Il est vrai que ces projets ne s'excluent pas. Reste qu'il faut une planification intégrée à long terme pour savoir lesquels on retient, et dans quel ordre. Cette planification devrait échoir à la nouvelle Autorité régionale de transport métropolitain, mais elle n'aura pas encore développé son premier plan stratégique avant la fin de la campagne électorale. 

En l'absence de ce leadership, les maires de Laval et des Basses-Laurentides font bien de provoquer le débat.

Hier, ils ont proposé une multitude de solutions pratiques à court terme, comme des voies réservées sur les autoroutes 13, 15, 25, 440 et 640, ainsi que des mesures préférentielles pour prioriser les autobus. Par exemple, à Laval, des feux synchronisés intelligents s'ajustent déjà en fonction du nombre de passagers et du retard des autobus. Ces mesures ne sont pas spectaculaires, mais elles sont efficaces et faciles à implanter.

C'est maintenant à Québec, qui finance la moitié des dépenses en infrastructures (achat de bus, aménagements routiers) de donner le signal. Les maires devront ensuite prendre le relais, en payant les dépenses de fonctionnement.

Et les maires peuvent agir dès maintenant en repensant l'urbanisme, pour densifier leur territoire au lieu de continuer la fuite vers l'avant de l'étalement urbain. Sinon, ils continueront d'encourager le problème qu'ils prétendent enfin vouloir régler.

«« Grâce au leadership de Laval, les maires de la région réclament maintenant en priorité des projets de transports collectifs. »»





la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer