Source ID:8f2bc05f-728b-46f2-b77f-97fe51cf8f16; App Source:alfamedia

Elle n'est pas Coderre... mais encore?

Notre éditorialiste s'est entretenu avec la mairesse dans... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Notre éditorialiste s'est entretenu avec la mairesse dans les locaux de La Presse. 

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Élue comme antidote à Denis Coderre, Valérie Plante continue de se définir en opposition à son rival. Douze mois plus tard.

Dans l'entretien de plus d'une heure que la mairesse nous a accordé jeudi, son prédécesseur est ainsi revenu à plusieurs reprises, souvent dans les questions, bien sûr, mais parfois aussi dans les réponses, sans sollicitation, sans être nommé.

« J'ai une façon de faire, une façon d'être qui est très différente », a-t-elle expliqué avant de qualifier le style Coderre de « bling-bling ». Un style de gestion « à la pièce », qui misait beaucoup sur les effets de toge et la création de bureaux de projet coûteux, avec lequel elle se dit fière de rompre.

« Moi, je ne sens pas le besoin de me taper le torse ou de japper plus fort que tout le monde pour me faire entendre ! [...] Je suis dans la discussion tout en étant affirmée. »

On se surprend que la mairesse soit encore autant habitée par les comparaisons avec Denis Coderre, au point de se définir elle-même en opposition à son prédécesseur. Mais cela s'explique peut-être par le fait que jusqu'ici, Valérie Plante n'a pas réussi à faire sa propre marque, à détailler sa vision, à imposer son style. Elle n'a pas encore réussi à s'imposer, en fait.

Il faut lire le bilan que l'administration a fait de sa première année pour se souvenir que son grand objectif est de faire de Montréal une ville « mieux adaptée aux changements climatiques, démographiques et technologiques ».

C'est un bon programme électoral... mais encore ?

Après un premier quart de mandat, on ne peut pas dire qu'il est clair comment cela va se décliner d'ici 2021.

On ne sait pas trop, en effet, ce que sont les priorités de la mairesse (à part la ligne rose, bien sûr, pour laquelle elle semble prête à utiliser un « capital politique » fou, même si on n'en verra pas la couleur avant longtemps, au mieux).

On ne connaît pas non plus ses projets fétiches (elle a nommé Blue Bonnets et Molson en entrevue), sa vision économique (elle a carrément laissé échapper les milliards de Solargise) ou ses visées régionales (elle ne met pas souvent sa casquette de présidente de la région).

On ne sait pas non plus quelles sont les grandes réalisations qu'elle espère avoir complétées avant la fin de son mandat, ou ce qu'elle compte faire pour réduire la congestion à Montréal, comme elle l'a pourtant clairement promis en campagne, à répétition.

On le sait d'autant moins, en fait, que la première année au pouvoir de Valérie Plante a été davantage passée à détricoter les réalisations de Denis Coderre (encore lui !) qu'à imposer les priorités de Projet Montréal.

La mairesse s'est en effet dépêchée d'effacer le règlement sur les pitbulls. Elle a vite préparé le terrain pour bannir les calèches. Elle a lancé une révision des dépenses du 375e anniversaire. Elle a annoncé au musée McCord qu'il ne s'installerait pas là où il devait. Elle a mis une croix sur la Formule électrique. Et elle a revu le projet Sainte-Catherine Ouest.

Il y a du bon dans certaines de ces décisions, même du très bon pour la FE et la Sainte-Cat. Mais il n'en reste pas moins qu'on tarde à sentir la touche Projet Montréal.

On sent même parfois que l'administration se retient d'être ce qu'elle est vraiment, en envoyant en consultation des projets pour lesquels elle a pleine légitimité d'agir. Pensons à la fin du transit sur Camillien-Houde, par exemple.

Comprenons-nous bien. L'administration Plante-Dorais a quelques bonnes réussites à son actif, comme l'achat des 300 autobus hybrides et le remboursement de la « taxe de bienvenue ».

Mais disons-le, les attentes étaient plus élevées pour un parti qui a promis de « transformer la métropole ». C'est peut-être là le « malheur » d'un parti aux idées tranchées qui promet la révolution.

La ligne rose sera-t-elle en surface ? Et autres questions en rafale...




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer