Le Québec, on le sait, a de la difficulté avec l'intégration linguistique des immigrants. Mais à lire les chroniqueurs conservateurs, on croirait que l'enjeu dépasse largement l'apprentissage du français. À entendre les débats sur les signes religieux et les demandes de réduction des seuils d'immigration, on croirait carrément la paix sociale menacée.

En fait, on croirait que le problème au Québec n'est pas la francisation des immigrants, mais bien... les immigrants.

Faites l'exercice : relisez les chroniqueurs du Devoir et du Journal de Montréal qui ont un pied en France, et vous serez convaincu que les nouveaux arrivants refusent de s'intégrer au Québec, que le vivre-ensemble y est difficile, que Montréal est un gros ghetto et, surtout, que l'intégration à la culture majoritaire est un échec magistral.

Ce serait même un fait indéniable, qui n'a plus besoin d'être démontré tant il saute au visage.

Selon Mathieu Bock-Côté, « il suffit, pour un Québécois francophone, de s'aventurer (à Montréal) pour rapidement comprendre qu'il n'est plus chez lui »...

Par où commencer ?

Comment répliquer à un constat aussi déconnecté de la réalité ? Comment répondre à une affirmation aussi insidieuse qui confirme les préjugés que peuvent avoir ceux qui ne mettent jamais les pieds dans la métropole ?

***

Essayons d'abord de comprendre. Il y a manifestement dans ce constat pessimiste une attente déçue.

Ceux qui déclarent que l'intégration est un échec s'attendent, à l'évidence, à ce que l'accueil des nouveaux arrivants se passe d'une certaine façon. Et ils éprouvent une déception lorsqu'ils voient des indices contraires.

Autrement dit, ils s'attendent à une certaine assimilation culturelle, et lorsqu'ils croisent des jeunes parlant anglais ou des femmes portant un hidjab, ils concluent qu'« au Québec, l'intégration des immigrés fonctionne très mal ». Point.

Le sous-texte : pour que l'intégration réussisse, les nouveaux arrivants doivent changer de comportement et se fondre complètement à la culture majoritaire.

C'est ce que laisse entendre Christian Rioux, par exemple, lorsqu'il salue la mémoire de Charles Aznavour en vantant les mérites de son assimilation. Il félicite le chanteur d'avoir effacé son passé, d'avoir écarté sa différence culturelle, d'avoir évité de « jouer la corde ethnique » et d'« exploiter » son ascendance arménienne. Comme si le maintien d'une certaine différence culturelle était en soi un péché.

Rioux va jusqu'à écrire que la réussite d'Aznavour, il la doit à son assimilation totale à la société française. « Jusqu'à franciser son nom et à devenir un archétype du séducteur français. »

***

Or, n'en déplaise aux esprits chagrins, ce modèle d'accueil, c'est celui de la France, pas du Québec.

Le Québec a en effet choisi le pluralisme. Il a choisi une approche basée sur l'ouverture et la tolérance, qui accorde une responsabilité à la fois à l'immigrant, qui doit respecter certains principes fondamentaux, et à la société d'accueil. En gros, le premier doit s'intégrer et le second doit lever les obstacles à cette intégration.

À cela s'ajoute un défi supplémentaire pour la culture majoritaire : accepter la différence. Accepter que l'immigrant conserve une part de ce qu'il est, plutôt que d'exiger qu'il devienne un autre.

Dany Laferrière a merveilleusement bien résumé cette approche interculturelle dans le documentaire Une identité dans la diversité : « À Rome, il faut faire comme les Romains. Mais si on fait tous comme les Romains, est-ce qu'on va apporter quelque chose de neuf à Rome ? C'est très important que Rome puisse aussi se mettre en condition de recevoir de nouvelles valeurs. »

Voilà la voie choisie par le Québec et jusqu'ici, ça fonctionne plutôt bien, merci ! Beaucoup plus d'immigrés qu'avant apprennent le français avant l'anglais. Les enfants de la loi 101 ont même un accent québécois ! Il n'existe pas de ghetto à proprement parler à Montréal. Et les exemples de frictions sont rarissimes.

C'est d'ailleurs ce qu'a observé Sabine Choquet, une professeure française associée à l'UQAM et à l'Université Paris-Diderot qui a une connaissance intime à la fois de la France et du Québec. À ses yeux, « le vivre-ensemble est ici une réussite, avec toutes les nuances qui s'imposent ».

Mme Choquet cite d'ailleurs le Québec dans l'essai Unis par la diversité qu'elle vient de publier. Elle y voit une société apaisée, un modèle d'intégration même, malgré la montée de groupuscules d'extrême-droite. Elle y voit surtout un antidote à la France et à son vivre-ensemble conflictuel.

« Honnêtement, dit-elle en entrevue, le Québec n'a rien à apprendre de la France. Je dirais même que le Québec a plus à apprendre à la France. »

***

Doit-on conclure que Sabine Choquet a nécessairement raison et que Mathieu Bock-Côté et Christian Rioux ont tort ? Bien sûr que non.

Au-delà des interprétations des uns et des autres, ce qui apparaît clair par contre, c'est que le Québec n'est pas la victime qu'on dit. Il ne fait pas face à une situation « intolérable » comme le prétend la CAQ. Et il n'est pas davantage en processus d'acculturation qu'il l'était quand il a accueilli les Irlandais au XIXe siècle, ou quand il a ouvert ses portes aux Italiens, Polonais, Haïtiens, Vietnamiens.

En un mot, le Québec n'est pas envahi par une « immigration massive » et incontrôlée qui rend toute intégration impossible, comme on pourrait être porté à le croire en lisant certains journaux.

Oui, le Québec doit en faire plus pour intégrer les nouveaux arrivants. Oui, il doit protéger en même temps son caractère distinctif. Mais non, cela n'a rien d'impossible. Non, « il n'y a pas d'incompatibilité à affirmer à la fois le respect de la diversité et la continuité de la nation québécoise », comme le soulignaient les signataires du Manifeste pour un Québec pluraliste il y a quelques années.

C'est d'ailleurs ce qu'avaient compris René Lévesque, Claude Ryan, Robert Bourassa et, plus que tout autre, Gérald Godin. Cet ancien ministre de l'Immigration a beau avoir flirté avec la « convergence culturelle », comme le rappelle le philosophe Jocelyn Maclure dans Retrouver la raison, il en était venu à la conclusion que le Québec avait le devoir de « respecter profondément » les racines d'origine de ses nouveaux citoyens.

« Le Québec, affirmait-il en 1987 dans un entretien, manifeste ainsi son respect pour la culture des autres et pousse même le respect jusqu'à supporter financièrement les efforts des communautés culturelles pour conserver leur culture et la transmettre. Le Québec montre ainsi qu'il traite ses minorités comme il entend être traité lui-même en tant que minorité dans une majorité anglaise. »

N'exagérons donc pas la portée des difficultés du Québec à intégrer ses immigrants. Ne les instrumentalisons pas pour des raisons électoralistes. Et surtout, n'appliquons pas au Québec le contexte français et son modèle fondé sur l'assimilation qui n'a pas d'assise ici.

Le Québec, comme a dit Gérald Godin, « a tout à gagner à ne pas forcer les coeurs, mais plutôt à se les gagner ».