Source ID:; App Source:

La crise

La STM réduira son nombre d'heures offertes de... (Photo: François Roy, archives La Presse)

Agrandir

La STM réduira son nombre d'heures offertes de 3,1 % en dehors des heures de pointe.

Photo: François Roy, archives La Presse

Il y a crise à la STM, et les gouvernements détournent le regard...

À première vue, la diminution du service d'autobus annoncée cette semaine par la Société de transport de Montréal ne semble pas élevée : une réduction du nombre d'heures offertes de 3,1 %, en dehors des heures de pointe.

Mais l'impact de cette décision va bien au-delà des quelques minutes de plus qu'attendront les usagers. Cette toute première baisse de service en 15 ans envoie en effet un bien fâcheux message, en plus de montrer toute l'hypocrisie dont sont capables les gouvernements qui n'ont pas hésité à mettre la STM au pied du mur.

Il n'y a pas une année qui passe sans que les élus de tous les ordres adoptent une politique ou un plan d'action visant un recours accru au bus et au métro. Or aujourd'hui, nous y sommes. La demande explose au point où la STM fracasse chaque année des records d'affluence.

Et comment réagissent les gouvernements, ceux-là mêmes qui ont souhaité cette croissance? En resserrant les finances de la société de transport, obligée de déposer un «budget d'austérité» au plus fort de sa popularité...

Affligeant. Les dépenses de la STM augmentent en raison du nombre élevé de passagers qu'elle transporte... mais les revenus en provenance des gouvernements baissent, imposant ainsi une pénalité au rendement à la société de transport.

À Montréal, les contributions ont en effet été réduites de 3,8 millions cette année. Un choix clairement politique quand on voit le traitement privilégié accordé sans justification claire aux services de police et d'incendies.

Quant aux subventions provenant de Québec, elles ont été plafonnées par un gouvernement qui ne cesse de souligner l'importance du transport collectif, ce qui se traduira dans les faits par une baisse de 7 millions. Le report de la Politique de mobilité durable, un document très attendu que l'on promettait l'an dernier, est encore plus troublant.

Si les usagers des transports en commun ne sont pas carrément otages du calendrier électoral du PQ, ils sont à tout le moins victimes de son attentisme qui, dans pareil contexte, n'est pas mieux qu'une démission. De l'aveu même du président de la STM, il n'y aurait eu aucune coupure de service cette année si la politique avait été déposée en décembre, tel que prévu.

***

Cela montre l'absence de marge de manoeuvre de la société de transport qui a terminé sept de ses dix derniers exercices financiers avec un déficit, malgré des hausses constantes et répétées des tarifs et des compressions de plus 65 millions cette année. Un déficit qui est appelé à se creuser avec la réception des nouvelles voitures de métro et les nécessaires travaux d'entretien du réseau.

Et pourtant, les gouvernements font la sourde oreille, se contentant au mieux de contributions ponctuelles et périodiques, refusant de débattre de sources de financement costaudes et récurrentes comme le péage (Québec), l'immatriculation (région métropolitaine) et l'élargissement de la taxe sur le stationnement (Montréal).

Des sources sans lesquelles leurs belles promesses ne seront jamais plus que cela, de belles promesses sans lendemain.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer