Noyée dans à peine deux pieds d'eau... et 1,5 litre de boissons alcoolisées. Absurde, tragique, révoltant : les qualificatifs se bousculent à la lecture du rapport du coroner sur la mort d'Athéna Gervais, cette adolescente de 14 ans dont le corps avait été retrouvé l'an dernier dans un ruisseau derrière son école.

Dans son sang, un taux d'alcool à 192 mg/100 ml - presque 2,5 fois la limite au-delà de laquelle il est criminel de prendre le volant. Et dans les trois canettes qu'elle avait descendues en une trentaine de minutes, l'équivalent d'une douzaine de verres de vin.

Des mesures pour freiner les délires des fabricants ont été annoncées depuis, mais on est encore loin du compte.

On peut apprendre à ses enfants à boire progressivement, avec modération et convivialité. On ne peut pas leur apprendre à composer avec une saloperie comme le FCKD UP, qui non seulement ne goûte pas l'alcool, mais les incite à en ingurgiter une dose massive en un temps record.

Canettes aux couleurs vives rappelant celles des boissons énergisantes, présentoirs en évidence, phrases accrocheuses (« Rend FCKD UP »...), saveurs ultrasucrées masquant le goût de l'alcool, format géant à prix dérisoire... Le marketing de ces boissons a tout pour accrocher les consommateurs de 12 à 24 ans, a dénoncé hier le coroner Martin Larocque.

Est-ce pour cette raison que ces grosses canettes de 568 ml à 11,9 % d'alcool sont passées sous le radar des adultes dits responsables ? Les autorités réglementaires ne les auraient-elles tout simplement... pas vues ?

Parce que personne ne peut prétendre avec fatalisme que « ça prenait un mort ». Des morts associés à la consommation de ce genre de potions, il y en avait déjà eu tout près, aux États-Unis, avec des boissons comme le Four Loko. On n'aurait pas dû avoir besoin d'une mort locale pour se réveiller !

Le fabricant du FCKD UP a retiré son produit des tablettes après la mort d'Athéna Gervais, mais ça, c'est de la gestion de réputation, pas de la santé publique. D'ailleurs, quand Santé Canada a demandé à l'industrie le nombre maximal de portions d'alcool (ou verres standard) qui devraient être permises dans les canettes de moins d'un litre, ses représentants ont suggéré de 2,2 à 3 portions. C'est dire si on peut se fier à eux...

Santé Canada, heureusement, ne les a pas écoutés et a réduit la limite à 1,5 verre standard par canette dans son règlement. C'est moins grave que quatre, mais c'est encore trop. Que la canette contienne 355 ml, 568 ml ou 740 ml de boisson, le consommateur considère qu'il s'agit d'une seule portion.

Une portion d'alcool est donc largement suffisante. En permettre davantage prête à confusion... et à la surconsommation.

Hélas, le règlement qui devrait entrer en vigueur dans moins d'un mois permettra jusqu'à 1,5 portion, nous a confirmé hier la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor. La ministre se dit ouverte à revoir la limite, mais seulement dans un deuxième temps, pour ne pas retarder la réduction de la limite. C'est bien joli, sauf que le coroner Larocque n'est pas le premier à préconiser la portion unique. Le Comité permanent de la santé des Communes avait fait la même recommandation dès juin 2018, et d'autres l'ont réitérée par après. Santé Canada aurait dû en tenir compte.

Et le problème du marketing auprès des mineurs, notamment par les réseaux sociaux, reste entier.

Encore là, la ministre se montre ouverte, disant avoir demandé à ses fonctionnaires de lui faire des suggestions. Est-ce trop leur demander de se presser ? Il y a des élections qui s'en viennent, vous savez...