Source ID:dc9a6fb6-bf5a-4b7d-9d7a-d294698d7211; App Source:alfamedia

Voies cyclables: le virage est bon, mais incomplet

Non, il n'y aura pas de révolution vélo dans les rues de Montréal cette année.

La nouvelle mairesse et certains ténors de son administration ont beau parcourir la ville sur deux roues depuis longtemps, ils ont récemment annoncé un plan d'action plutôt modeste pour les 12 prochains mois en matière de développement des voies cyclables.

La seule véritable différence avec ce que proposait l'administration du maire Denis Coderre est qu'on promet de privilégier la qualité plus que la quantité.

Rien ici de révolutionnaire. Néanmoins, il faut admettre que c'est une bonne nouvelle.

L'administration municipale précédente cherchait à ajouter chaque année, en moyenne, 50 km au réseau cyclable. C'était louable, bien sûr. Mais l'opposition reprochait alors au maire Coderre, non sans raison, de trop souvent se contenter de peindre une ligne blanche sur la chaussée et de ne ne pas assez offrir de pistes dites protégées. On estimait à l'époque que celles-ci ne représentaient que 10 % des nouveaux kilomètres de voies cyclables.

Cette année, ces « aménagements protégés de qualité » représentent plutôt 33 % des kilomètres annoncés (dont deux pistes unidirectionnelles sur l'avenue des Pins, qui seront les bienvenues). En contrepartie, les Montréalais n'auront droit qu'à 33 km de nouvelles voies sur le réseau cyclable plutôt qu'à 50 km.

Cette nouvelle stratégie est opportune et elle correspond à ce qui avait été promis lors de la campagne. Mais pour l'ambition et l'audace, il faudra attendre encore un peu.

En augmentant la proportion des pistes protégées, l'administration municipale est sur la bonne voie. Deux organismes incontournables dans ce dossier, la Coalition vélo de Montréal et Vélo Québec, ont d'ailleurs fait connaître leur satisfaction à l'égard du virage pris par la Ville, même s'il n'est pas majeur.

Il faut donner la chance au coureur. Il est peut-être mieux, somme toute, de ne pas se précipiter si c'est pour aboutir à un travail bâclé.

Pourtant, il faudra bien innover et faire preuve de plus de dynamisme pour parvenir à atteindre l'objectif ultime : faire grimper à 15 % la proportion des déplacements qui se font en vélo à Montréal. Projet Montréal, avant de se retrouver au pouvoir, avait dit se donner huit ans pour y arriver. Ce ne sera pas une mince affaire. 

Il faut rassurer ceux qui craignent encore de se rendre au travail en vélo, par exemple. Jusqu'ici, l'état actuel du réseau n'est pas un bon argument de vente. Et les pistes protégées qui s'ajouteront cette année sont loin d'être suffisantes. L'administration Plante aurait d'ailleurs pu, sans nécessairement se lancer immédiatement dans des projets d'envergure, multiplier les aménagements mineurs pour améliorer la sécurité des pistes existantes.

Il y a encore un trop grand nombre de cyclistes blessés chaque année sur le territoire montréalais. Et encore des décès : le premier accident mortel de l'année 2018 impliquant un cycliste s'est produit récemment.

L'administration Plante ne doit pas se leurrer : rares sont ceux qui seront indulgents l'an prochain si on n'offre rien de plus substantiel.

Même le budget consacré au vélo cette année - quelque 15 millions - n'a pas bougé par rapport aux sommes promises par l'administration Coderre en 2016 et 2017.

Ce qui est de bon augure bien, c'est que la nouvelle mairesse a déjà au moins deux projets majeurs dans ses cartons, qui sont susceptibles de changer la donne. Le premier, c'est le Réseau express vélo (REV) : sept pistes protégées sur autant de grands axes dans la ville. On vient de faire savoir qu'une consultation débutera bientôt à ce sujet.

Le deuxième, c'est le plan vélo pour le centre-ville de Montréal, qui avait été sollicité par l'administration Coderre. Ce projet sera achevé à la fin de l'été par Vélo Québec et remis à la nouvelle administration municipale. Les cyclistes qui empruntent le centre-ville méritent mieux.

Lors de la campagne électorale, l'actuelle responsable montréalaise du transport actif, Marianne Giguère, avait soutenu que son parti avait « le courage et la compréhension de l'importance de l'enjeu » et qu'il se démarquait par conséquent de l'administration Coderre pour ce qui est du vélo. Pour l'instant, ce n'est pas une évidence. Espérons que l'an prochain ce sera flagrant !

***

LES ACCIDENTS DE VÉLO À MONTRÉAL

2017

Nombre de morts : 4

Nombre de blessés graves : 32

Nombre de blessés légers : 657

2016 2/31/712

2015 3/40/720

2014 2/28/624

2013 6/45/691

Source : rapports annuels du SPVM (à partir de données de la Société de l'assurance automobile du Québec)




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer