Taxe scolaire: jouer avec le feu

« Actuellement, sur les 12,2 milliards nécessaires pour financer... (Photo Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse)

Agrandir

« Actuellement, sur les 12,2 milliards nécessaires pour financer les écoles primaires et secondaires, 2,2 milliards proviennent des taxes scolaires », souligne notre éditorialiste.

Photo Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse

Ah, la fameuse pensée magique... Si l'oie blanche revient au Québec tous les printemps, la pensée magique, elle, est invariablement de retour à l'approche de chaque scrutin.

Où l'observer ? Là où se regroupent nos élus, bien sûr. D'ailleurs, elle a déjà commencé à se manifester.

La Coalition avenir Québec a promis la semaine dernière de réduire la taxe scolaire des Québécois. Il s'agirait, selon les calculs de la formation politique, d'une réforme qui remettrait 1,37 milliard dans les poches des contribuables.

Le problème, c'est que la CAQ ne propose pas de véritables solutions de rechange pour financer l'éducation.

On rapporte qu'elle mise sur « les surplus accumulés, des économies à faire dans les systèmes informatiques et la croissance de l'économie québécoise ».

Hum... Il faut espérer que son plan financier démontrera qu'elle va trouver une façon responsable (et détaillée) de combler ce trou si elle forme le prochain gouvernement. Mais d'ici là, il y a de quoi être inquiet.

Parce qu'il serait béant, ce trou. Actuellement, sur les 12,2 milliards nécessaires pour financer les écoles primaires et secondaires, 2,2 milliards proviennent des taxes scolaires. Veut-on vraiment mettre en péril une part importante de ce financement ?

Lentement mais sûrement, l'éducation est en train de devenir un enjeu politique fondamental. Le gouvernement actuel est (enfin !) en train de réinvestir dans ce secteur après lui avoir imposé des compressions qui ont fait très mal. On fait désormais de la réussite des élèves une priorité.

Peu importe qui forme le prochain gouvernement, nos élus auraient tout avantage à ne pas jouer, une fois de plus, aux apprentis sorciers.

***

La CAQ joue un jeu dangereux, mais on ne peut pas la blâmer de vouloir rouvrir le débat sur le sort de la taxe scolaire. Le système actuel est aussi complexe qu'intenable.

Les propriétaires qui n'ont pas d'enfant fréquentant une école peuvent choisir de payer leur taxe à la commission scolaire de leur choix, au sein de leur région. Or, les taux de taxation peuvent varier dans une même région. Certaines commissions scolaires étaient donc, d'une certaine façon, boudées par les contribuables.

Un projet de loi visant à « faire disparaître l'iniquité liée aux écarts de taux de taxe scolaire pour les contribuables d'une même région » a d'ailleurs été déposé le mois dernier à Québec.

Mais comme la CAQ, le Parti libéral n'a pas pu s'empêcher d'en profiter pour promettre, du même coup, une baisse de taxes aux contribuables.

Sa réforme prive les commissions scolaires de quelque 670 millions (que la formation politique, elle aussi, a promis de rembourser).

« Le choix électoral qui est fait est celui de réduire les taxes scolaires au lieu de réinvestir en éducation », avait alors déploré le député péquiste sortant, Alexandre Cloutier. Comment lui donner tort ?

***

Dans ce dossier, nos élus jouent actuellement avec le feu. Ne devraient-ils pas, plutôt, se contenter de déterminer la façon de réformer le système de la façon la plus équitable possible ?

Offrir un taux unique pour tous les propriétaires de la même région administrative, comme le propose le Parti libéral, est certainement un pas dans la bonne direction.

Mais offrir un taux unique à tous les propriétaires du Québec est-il vraiment plus équitable, comme le soutient la CAQ ? Posons la question autrement : si on demande aux propriétaires qui habitent des régions où il y a moins de besoins en matière d'éducation de payer un taux aussi élevé que dans les régions où il y en a plus, est-ce équitable ? Si on imposait aux citoyens de Baie-Comeau un taux plus élevé de taxes municipales pour couvrir une partie des dépenses de la Ville de Montréal, par exemple, ils ne trouveraient probablement pas ça équitable...

Pourquoi ne pas en débattre sereinement plutôt que de chercher à promettre la lune aux électeurs en risquant de faire vivre une nouvelle crise à un milieu de l'éducation encore en train de panser ses plaies ?

EN CHIFFRES

Financement total du réseau primaire-secondaire pour 2017-2018

12,2 milliards

De cette somme

10 milliards proviennent du ministère de l'Éducation

2,2 milliards proviennent des revenus de taxation scolaire

Source : ministère de l'Éducation




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer