Il y a quelque chose de désespérément ironique dans le lynchage dont a été victime Daniel Weinstock.

Paul Journet Paul Journet
La Presse

À l’invitation du gouvernement caquiste, le philosophe de l’Université McGill devait prononcer une conférence sur le futur cours d’éthique au primaire et au secondaire, en insistant sur l’importance d’apprendre à dialoguer. Puis mercredi, le ministre de l’Éducation l’a retiré de cette programmation, à cause de propos sur l’excision… qui ne sont pas les siens. Et ce, sans contre-vérifier cette fausse information relayée dans un média. Et sans non plus lui donner la chance de s’expliquer.

On récapitule : Québec organise un forum sur l’enseignement de l’éthique aux jeunes, et dans le cadre de l’organisation de ce forum, il relaye une fausse information au sujet d’un intellectuel puis le désinvite, salissant ainsi sa réputation.

Ça ne s’invente pas.

C’est, comme disent les anglophones, un « teachable moment ».

Un gâchis qui a pour seul mérite de démontrer comment nos débats peuvent déraper. Comment on peut basculer dans le lynchage.

Rappelons que le mois dernier, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a annoncé la fin du cours d’éthique et culture religieuse (ECR). Pour savoir par quoi le remplacer, il a lancé une série de forums à travers le Québec. Dans chacun d’eux, huit thèmes sont abordés, dont l’éthique. M. Weinstock devait prononcer une conférence d’environ 20 minutes sur ce thème, l’un des moins controversés de la réforme du cours.

La semaine dernière, le professeur a participé au forum à Québec. Il devait également être à celui qui se déroulera aujourd’hui à Montréal.

Or, une chronique parue dans le Journal de Montréal a attaqué M. Weinstock en le citant hors contexte.

On lui attribue ces propos : « Nous faisons la circoncision des garçons juifs et musulmans. Est-ce que nous pourrions proposer à cette communauté de faire quelque chose qui aurait pour impact de n’imposer aux fillettes qu’une marque ? […] Pourrions-nous proposer cela à la communauté musulmane pour éviter le pire ? »

Le problème, c’est que la citation est incomplète. Il manque un bout important, qui venait tout juste avant. Celui où le professeur prenait la peine de préciser : « j’ouvre les guillemets ».

Car Weinstock n’exprimait pas sa position personnelle. Il citait celle d’un autre groupe ! Cela était pourtant limpide dans cette conférence, qui date de 2012.

Croyant au débat rationnel, le philosophe a l’habitude de résumer de bonne foi les arguments des autres avant de les critiquer. C’est ce qu’il a fait avec l’excision. Il a rapporté que des médecins de l’Oregon se posaient la question suivante : faut-il pratiquer à l’hôpital l’excision des jeunes filles d’origine somalienne, même de façon symbolique, plutôt que de laisser leur famille le faire à la maison dans des conditions médicalement dangereuses ? Weinstock poursuit en rappelant que ces médecins s’inspiraient de l’approche éthique dite conséquentialiste, pour qui le but est de minimiser les conséquences négatives. Selon cette perspective, puisque l’excision sera pratiquée de toute façon, alors mieux vaut le faire de façon sécuritaire.

Si M. Weinstock avait proposé que les médecins québécois pratiquent des « excisions symboliques » sur les jeunes filles, ç’aurait en effet été choquant. Mais ce n’est pas le cas !

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Daniel Weinstock, professeur à l’Université McGill

Au contraire, il est contre. Il l’avait déjà écrit dans un ouvrage universitaire, et il l’a précisé à nouveau dans cette conférence.

Craignant d’être mal compris, le professeur a insisté à plusieurs reprises sur le fait qu’il ne faisait que rapporter la position des médecins américains, avant de la critiquer. Il ajoutait même ne pas appartenir à l’école dite conséquentialiste. Selon lui, certains principes ne peuvent pas faire l’objet de compromis, comme celui du contrôle du corps des femmes par des hommes. Un autre panéliste avait reproché au professeur de ne pas avoir dénoncé l’excision avec assez de vigueur. Cela peut se défendre, mais il serait malhonnête de prétendre que M. Weinstock la cautionne, même indirectement.

On en convient, cela prend une petite minute à expliquer. Reste que ce n’est pas pour autant si difficile à comprendre.

Le matin de la publication de la chronique du Journal de Montréal, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a dégommé M. Weinstock du forum. Tout cela sous prétexte de mieux réfléchir à la façon d’enseigner l’éthique et la délibération à la jeunesse.

Plus tard en journée, le Ministère s’est défendu en expliquant que « certains propos tenus par M. Weinstock par le passé portent à confusion ».

Encore une fois, quelle ironie… Cette « confusion », elle vient du Ministère lui-même, parce qu’il a commenté un dossier avant même d’avoir validé ses informations.

Et après, on se demande pourquoi les intellectuels ne participent pas davantage à nos débats publics. Peut-être parce qu’ils constatent à regret qu’il devient de plus en plus difficile de communiquer une pensée le moindrement nuancée.

M. Weinstock avait participé à la commission Proulx qui a mené à la création du cours ECR. Partisan de la laïcité dite ouverte, il a souvent critiqué les propositions péquistes et caquistes sur l’interdiction du port de signes religieux. Le gouvernement a le droit d’être en désaccord avec ses idées, qui étaient par ailleurs connues depuis longtemps. Ce qui est toutefois injustifiable, c’est de l’attaquer en lui attribuant des positions qu’il n’a jamais défendues.

Daniel Weinstock a été injustement sali. Il mérite des excuses.

VOYEZ l’extrait de la conférence (à partir de 1:56:30)

La citation intégrale

« Je n’ai jamais défendu l’excision. Je n’ai jamais défendu une pratique particulière. Ce que j’ai dit, c’est qu’il y avait eu un débat qui me semble très grave, très fondamental, par rapport auquel je n’aurais pas voulu être à la place de ces médecins, qui se sont demandé : Que faisons-nous devant cette situation ? Nous savons très bien que si nous renvoyons les gens à la maison, ils vont continuer à faire [l’excision], alors que faisons-nous ?

Alors la proposition, je la présente au public qui ne la connaît pas. Elle a été suggérée par certains médecins de l’Oregon.

J’ai, encore une fois, narré cette proposition plutôt que de la valider. [La proposition] consistait à dire la chose suivante : Écoutez, nous faisons la circoncision des garçons juifs et musulmans. Est-ce que nous pourrions identifier – alors là, encore une fois, je parle… je prends la précaution de bien le faire, comme il m’arrive souvent… de me mettre dans la voix des personnes dont j’essaie de présenter le point de vue. Alors les médecins, certains d’entre eux sont des femmes, se sont demandé, et j’ouvre les guillemets : Est-ce que nous pourrions proposer à cette communauté de faire quelque chose qui aurait pour impact de n’imposer aux fillettes qu’une marque physique ? »