Le moins qu’on puisse dire, c’est que les démocrates ne souffrent pas d’âgisme ! Alors qu’on donne ce soir en Iowa le coup d’envoi de la course au leadership du Parti, deux septuagénaires caracolent en tête des sondages avec un indéniable dynamisme.

Alexandre Sirois Alexandre Sirois
La Presse

Joe Biden est âgé de 77 ans. Bernie Sanders, dont les médecins disent qu’il s’est bien remis de sa crise cardiaque en octobre dernier, a 78 ans.

Mais à part l’âge, ces deux candidats n’ont pas grand-chose en commun. Et ce qui se joue ce soir en Iowa, en raison de ce contraste évident, c’est carrément l’avenir du Parti démocrate.

Expliquons-nous.

On a souvent tendance à résumer la course avant tout comme un choix entre un candidat centriste (Biden) et un candidat nettement plus à gauche (Sanders). Ce n’est pas faux, mais c’est incomplet.

Le choix des démocrates sera lourd de conséquences, parce qu’ils devront trancher entre deux visions radicalement différentes pour le pays.

Joe Biden, qui soutient que Donald Trump est un président anormal, propose aux démocrates un retour à la normale.

Bernie Sanders leur promet une révolution.

Joe Biden, c’est le capitaine qui dit à son équipage, en pleine tempête, qu’il va rebrousser chemin et revenir au port.

Bernie Sanders est celui qui propose un chemin différent à son équipage, expliquant qu’il faudra traverser une autre tempête, mais que c’est le prix à payer pour atteindre les voies ensoleillées.

Joe Biden promet d’unifier un pays divisé comme jamais depuis plusieurs décennies.

Bernie Sanders ne promet rien de tel, sachant très bien qu’il est lui-même un politicien très clivant.

PHOTO ROBYN BECK, AGENCE FRANCE-PRESSE

Joe Biden et Bernie Sanders lors du débat du 14 janvier dernier à Des Moines, en Iowa

Si on demandait à Joe Biden ce que signifie rendre à l’Amérique sa grandeur, il dirait qu’il souhaite un retour à l’ère Obama.

Bernie Sanders promet au contraire, un peu comme Trump l’avait fait en 2016, de mettre le feu aux règles du jeu.

***

Le dilemme est d’autant plus délicat que les démocrates veulent par-dessus tout, d’ici la convention du Parti prévue en juillet, sélectionner le candidat qui aura le plus de chances de vaincre Donald Trump en novembre.

Le problème, c’est qu’ils ne s’entendent pas pour savoir si c’est la vision de Joe Biden ou celle de Bernie Sanders qui a le plus de chances de séduire une majorité d’Américains et de permettre à leur parti de s’emparer de la Maison-Blanche.

D’un côté, il y a des démocrates qui soutiennent Sanders et affirment qu’une révolution est nécessaire. C’est le cas de la populaire politicienne démocrate de l’État de New York, Alexandria Ocasio-Cortez.

« Des modifications mineures semblent parfois être ce qui est le plus faisable politiquement. Mais les gens vont continuer à souffrir si on ne réimagine pas nos systèmes de façon radicale », a-t-elle dit récemment en Iowa, où elle faisait campagne en compagnie de Bernie Sanders.

Aux antipodes, il y a des démocrates comme l’ancien gouverneur de l’Iowa, Tom Vilsack, qui soutient Joe Biden. Les Américains « veulent simplement quelqu’un dont ils peuvent être fiers, quelqu’un qui va leur permettre de dire à leurs enfants : hé, c’est le président, va lui serrer la main », a-t-il expliqué au New York Times, qui vient de publier un long reportage pour faire le point sur la campagne de Joe Biden.

Cela dit, même si Joe Biden et Bernie Sanders sont actuellement en tête des sondages, nous ne sommes pas à l’abri d’une surprise. Ni ce soir en Iowa ni ailleurs aux États-Unis au cours des prochaines semaines.

Une poignée de candidats peuvent encore brouiller les cartes.

Mais pour les démocrates, le choix déchirant va demeurer le même. Elizabeth Warren, comme Bernie Sanders, prône des solutions radicales. Pete Buttigieg, Amy Klobuchar et Michael Bloomberg, eux, n’ont pas d’instincts révolutionnaires.

En somme, les démocrates traversent une profonde crise d’identité. Elle avait commencé en 2016. Elle n’a pas cessé de s’amplifier depuis.

Comment parviendront-ils à la résoudre ?

L’avis des électeurs de l’Iowa, petit État que plusieurs candidats ont utilisé comme tremplin vers la Maison-Blanche (à commencer par le démocrate Jimmy Carter en 1976), pourrait nous éclairer à ce sujet dès aujourd’hui.

Le choix des électeurs démocrates

Bernie Sanders : 27 %

Joe Biden : 26 %

Elizabeth Warren : 15 %

Michael Bloomberg : 9 %

Pete Buttigieg : 7 %

Amy Klobuchar : 5 %

Source : sondage NBC News/Wall Street Journal du 31 janvier

Résultats en Iowa en 2016 chez les démocrates

Hillary Clinton : 49,9 %

Bernie Sanders : 49,6 %

Source : New York Times